Titan: un an sans victoire à domicile

Hormis une victoire sans enjeu pendant le dernier calendrier préparatoire, ça fait déjà plus d’un an que le Titan d’Acadie-Bathurst n’a pas remporté un vrai match au Centre régional K.-C.-Irving. Pour tout vous dire, ça remonte maintenant à 370 jours. Le 5 octobre 2018 pour être plus précis.

Ce soir-là, le Titan l’avait emporté 7-1 devant les Sea Dogs de Saint-Jean. Noah Dobson et Cole Rafuse avaient assuré le spectacle avec deux buts chacun. Dans le cas de Rafuse, ce doublé suivait le match de sa vie (quatre buts et deux passes) quelques jours plus tôt au Harbour Station.

Vous êtes sans doute plusieurs à avoir oublié tout ça puisque ces deux joueurs ont depuis vécu 1001 choses.

Dobson évolue aujourd’hui dans la Ligue nationale avec les Islanders de New York. Le printemps dernier, comme il l’avait fait un an avant pour le Titan, il a mené les Huskies de Rouyn-Noranda aux conquêtes de la coupe du Président et de la coupe Memorial.

Mardi, Dobson a même obtenu son premier point en carrière lorsqu’il a servi une belle passe sur la palette à Matt Martin.

Rafuse, pour sa part, fait désormais la pluie et le beau temps à 3800 kilomètres de Bathurst avec les Bombers de Flin Flon dans la Ligue junior A de la Saskatchewan. En neuf parties, Rafuse montre une fiche de cinq buts et 11 passes pour 16 points. Le Néo-Écossais évolue au sein d’un trio complété de deux Québécois, Alec Malo et Donovan Houle-Villeneuve. Les trois joueurs figurent dans le top-5 des meilleurs pointeurs du circuit.

Pendant ce temps, les hommes de Mario Durocher peinent à marquer des buts. Même que l’équipe produit à un rythme légèrement inférieur à l’an dernier.

Une «bien meilleure équipe»

Heureusement, la saison est toujours jeune et il y a amplement de temps pour corriger la situation. Bref, ce n’est pas encore le moment de presser le bouton de panique.

Le défenseur Jérémy Diotte est l’un de ceux qui croient que le Titan a un bien meilleur club que sa fiche n’indique.

«C’est évident que nous n’avons pas le début de saison que nous espérions. Mais si tu regardes les pointages de nos parties, nous ne sommes jamais loin de gagner. Il nous manque juste un petit quelque chose», assure le numéro 77 du Titan.

Selon Diotte, il est primordial que les vétérans en donnent encore plus.

«Nous nous devons de montrer l’exemple aux jeunes, dit-il. Nous devons utiliser notre bagage d’expérience pour montrer la voie aux jeunes.»

Et les jeunes dans tout ça. N’ont-ils pas un rôle à jouer?

«Ils doivent apprendre à jouer dans le système. Nous devons avoir confiance au système de jeu implanté par Mario Durocher. Actuellement, les gars jouent avec frustration et ils essaient de trop en faire», confie Diotte.

Ce que Diotte suggère, dans le fond, c’est que les joueurs prennent le temps de respirer par le nez et de se concentrer sur leur travail sans chercher à trop en faire. Un conseil vieux comme le Monde certes, mais qui tient toujours la route.

«Nous avons une bien meilleure équipe que les gens s’imaginent. Notre fiche en ce moment est trompeuse. Ça va finir par débloquer. Il y a trop de bons joueurs dans cette équipe pour que ça ne débloque pas», révèle le défenseur acquis des Saguenéens de Chicoutimi en retour de l’attaquant Mathieu Samson.

Par ailleurs, Jérémy Diotte compte bien profiter de sa dernière campagne dans la LHJMQ pour taper dans l’œil d’une équipe de la Ligue nationale.

«Le hockey est ma passion et je compte bien de continuer à jouer après ma saison de 20 ans. Mon objectif est de prendre part à un camp professionnel l’an prochain. Sinon, je veux jouer au niveau universitaire», indique Diotte qui dit n’avoir pas encore eu de discussions sérieuses avec une quelconque université.

Le Titan accueille jeudi soir les Huskies de Rouyn-Noranda. Il faut s’attendre à un beau contingent de partisans de la Péninsule acadienne puisque qui dit Huskies dit aussi Olivier-Luc Haché (Savoy Landing) et Jérémy Duguay (Tracadie).