Acadie-Chaleur: les Mooseheads promettent une forte équipe

NDLR: À l’aube de la saison de hockey senior, notre journaliste Robert Lagacé débute aujourd’hui un survol des ligues de la province qui s’étirera au cours des prochaines semaines.

Les Mooseheads de Chaleur seront à prendre au sérieux dans la Ligue de hockey senior Acadie-Chaleur. Le noyau est plus qu’intéressant. L’entraîneur Mike Nadeau croit avoir les éléments pour jouer jusqu’au printemps et les dirigeants de l’équipe font les bonnes choses pour que ça fonctionne aux guichets. Ça regarde tellement bien qu’on se dit que les partisans de la région vont passer une mozeusse de bel hiver à l’Aréna de Petit-Rocher.

Rappelons que la région Chaleur revient dans le giron de la LHSAC après une année d’absence, soit depuis le retrait des Rameurs de la Baie des Chaleurs en 2018.

Sachez qu’il règne en ce moment un optimisme on ne peut plus palpable chez les Mooseheads. C’est presque de l’euphorie.

Et à les écouter, ça va prendre encore plus d’ampleur d’ici le premier match à domicile le 26 octobre face aux Acadiens de Caraquet. Tout le monde en parle.

Pour un, le vétéran et principale vedette du club, Rémi Doucet, trépigne déjà d’impatience. Le vétéran âgé de 35 ans aime ce qu’il voit au camp d’entraînement.

«C’est beaucoup plus sérieux que ce l’était avec l’ancienne organisation, dit-il. Quand tu as de bons dirigeants, ça aide à convaincre les joueurs de venir jouer.»

«Nous avons de la profondeur à toutes les positions et le club est mieux balancé qu’il ne l’était même l’année où nous sommes venus à une victoire près de gagner le championnat des séries contre Caraquet en 2016. Sur papier, je crois que nous sommes plus forts», souligne-t-il.

Rémi Doucet est d’autant plus excité qu’il va retrouver son vieux complice Shawn Doucet (aucune parenté proche).

Les deux attaquants, qui ont joué ensemble une grande partie de leur hockey mineur, n’ont plus évolué dans la même équipe depuis 2002-2003, où ils avaient divisé leur saison avec le Titan d’Acadie-Bathurst et les Titans du Collège Laflèche de Trois-Rivières.

«Shawn a encore du hockey dans le corps, soutient Rémi. Et même si ça fait plusieurs années que nous n’avons pas joué ensemble, je suis convaincu que la magie va opérer encore.»

Le jeune vétéran Christopher Morrissette est lui aussi d’avis que les Mooseheads seront à prendre au sérieux.

«Nous allons avoir un très bon club. Nous avons tous hâte au 26 octobre. Nous avons un bon groupe de vétérans et des jeunes avec du talent», confie-t-il.

«Nos grandes forces seront l’esprit d’équipe entre les gars, notre défensive et notre offensive. Nous avons plusieurs gars qui peuvent la mettre dedans», révèle Morrissette.

«Nous nous attendons à ce qu’il y ait une belle parité dans la ligue. Toutes les équipes semblent bonnes. Je crois qu’il n’y aura pas de match facile cette saison», indique-t-il.

Morrissette est aussi d’avis que la décision de tenir un entraînement par semaine pendant la saison régulière va rapporter.

«Les gars ont mis ça au clair avant même le camp d’entraînement. La compétition sera féroce et nous voulons travailler sur le système de jeu et les unités spéciales», affirme Morrissette.

Bien que d’autres joueurs viendront se greffer à l’équipe d’ici le lancement de la saison, il est déjà acquis que les gardiens Jimmy Doiron, Cédric Chiasson et Jessie Pitre, les arrières Jacob Arseneau, Charles Couturier, Patrick Louden, Mathieu Boudreau, Matthew Jean, Sébastien Arseneau et André Godin, ainsi que les attaquants Rémi Doucet, Christopher Morrissette, Shawn Doucet, Morgan Nicolas, Jonathan Pitre, Jessey Aubé-Roy, Zachary Foulem, Samuel Cormier, Jean-Philippe Lévesque et Alain Chiasson seront de la partie.

Mike Nadeau à la barre

C’est à Mike Nadeau, un bonhomme qui a joué au hockey senior jusqu’au début de la quarantaine, que les dirigeants des Mooseheads de Chaleur ont confié les rênes de l’équipe.

Et d’après ce qu’il a vu jusqu’ici à l’entraînement, Nadeau est déjà convaincu d’avoir hérité d’un excellent club.

«Je suis très confiant pour la saison, dit-il. Nous avons de bons joueurs. Nous avons de la vitesse, quelques gros bonshommes, une défensive, de bons gardiens et trois bons trios. C’est excitant.»

Nadeau, qui avoue être un entraîneur de la vieille école, soutient cependant qu’il peut s’adapter au hockey qui se pratique aujourd’hui.

«Le hockey a changé et ça frappe moins dans les coins. Cela dit, les joueurs sont plus rapides parce qu’ils sont plus en forme. Un gars comme Rémi Doucet, qui a pourtant 35 ans, est dans une condition physique incroyable grâce au crossfit», mentionne-t-il.

Bien qu’il adore son offensive, Nadeau croit cependant que la défensive sera la grande force des Mooseheads.

«Si les gars jouent comme ils en sont capables, je sais qu’ils vont fermer la porte aux attaquants adverses. Ça va être dur de compter contre nous», confie-t-il.

En ce qui concerne son groupe d’attaquants, Mike Nadeau se croise toutefois les doigts afin que le vétéran Gary Frenette se laissera tenter par un retour au jeu.

«Un gars comme Gary pourrait avoir nous un impact similaire à celui de Samuel Paquet avec les Marchands de Shippagan. Un vétéran comme Gary nous aiderait autant sur la glace que dans le vestiaire. Un gars comme lui, quand il parle, les jeunes écoutent», indique Nadeau.

«Et puis je sais également que les partisans veulent le voir. Je travaille à l’aréna de Petit-Rocher et les gens m’en parlent régulièrement. En tout cas, si jamais Gary décide de venir, c’est sûr qu’il aura droit à des hugs de bienvenue. Je serai même celui qui va lui donner son premier hug», affirme-t-il.