LHSAC: que réservent les Acadiens?

Pour plusieurs raisons, les Acadiens de Caraquet représentent une énigme à l’aube de la quatrième saison de la Ligue de hockey senior Acadie-Chaleur. Leurs partisans verront-ils l’équipe qui a été couronnée dès la première année du circuit en 2016-2017, ou le club avec nettement moins d’éclat de la dernière campagne? Gageons qu’ils ont hâte de savoir.

Pour l’entraîneur-chef Claude Lagacé, il ne fait aucun doute que les Acadiens vont retrouver leur place dans l’élite de la LHSAC.

«Je vois mon club dans le milieu de peloton et même plus, affirme Lagacé. La saison dernière, des blessures majeures à mes meilleurs joueurs, quelques suspensions et des problèmes à l’interne ont fait en sorte que ç’a été difficile.»

«Par contre, je crois que mes joueurs ont bien rebondi en séries éliminatoires contre les Marchands de Shippagan. Si nous pouvons continuer à jouer de cette façon, ça devrait bien aller. Nous allons encore miser sur notre vitesse et nous aurons du punch à l’attaque», mentionne-t-il.

Il est vrai que de pouvoir compter sur un alignement en santé va faire une énorme différence.

Après tout, n’importe lequel club qui perd les services de joueurs importants comme Francis Thériault, Jean-Samuel Lagacé et Frédérick Landry est condamné à subir les contrecoups. Ces trois joueurs sont aujourd’hui en pleine santé.

Cela dit, les Acadiens ont essuyé quelques pertes pendant la saison morte. Ainsi, l’attaquant Joël Blanchard, ainsi que les défenseurs Pierre-Marc Thériault, Frédérick Noël et Jonathan Landry brilleront par leur absence. Il n’est cependant pas exclu que les Acadiens parviennent à convaincre Blanchard de revenir sur sa décision. Heureusement, les gardiens Nicolas Desrochers et Olivier Thériault sont de retour. Ce n’est pas rien.

En attendant, pour combler les départs, Claude Lagacé fera appel à des jeunes qui ont déjà goûté quelque peu au niveau de jeu la saison dernière.

«En défensive, nous allons permettre aux jeunes Andy Haché et Éric Thiffault de prendre du galon. Il y a aussi Christopher Ferron qui a été converti en défenseur. Il avait bien fait la saison dernière quand nous l’avons utilisé à l’arrière et c’est à cette position qu’il va commencer cette année», affirme Lagacé.

«Nous allons aussi intégrer graduellement deux jeunes attaquants sortant du hockey scolaire, soit Jérémie Haché et Samuel Roy. Il y a aussi le jeune Ian Lanteigne qui va avoir un rôle plus important», poursuit le pilote, qui en sera à sa troisième saison à la barre de l’équipe.

Claude Lagacé pourra compter sur les deux mêmes adjoints que la saison dernière, Guy Lagacé et Sébastien Decaens. Un troisième adjoint s’est toutefois greffé au groupe, soit Pierre Martinez.

Yan Rail plus confiant que jamais

À bientôt 37 ans (23 décembre), Yan Rail est non seulement le seul trentenaire des Acadiens de Caraquet, mais la moitié de ses coéquipiers avaient soit la couche aux fesses ou n’étaient pas encore de ce monde lorsqu’il a quitté la polyvalente Louis-Mailloux il y a 20 ans.

Pourtant, à le regarder jouer, on se dit qu’il ne détonne toujours pas aux côtés des jeunes jambes de l’équipe. Ce qui est plutôt impressionnant quand on sait que les Acadiens sont réputés pour être une formation misant sur la vitesse.

«Yan est quelqu’un qui prend soin de lui, affirme l’entraîneur-chef Claude Lagacé. C’est un gars qui s’entraîne sérieusement.»

Le capitaine des Acadiens confirme se sentir en pleine forme. Il dit aussi avoir retrouvé le plaisir de jouer après une saison quelque peu catastrophique.

«Tous les problèmes que nous avions ont été réglés. La dernière saison a été difficile avec les blessures et les problèmes à l’interne, entre autres. Nous avions aussi rarement un alignement complet comme c’était le cas les deux premières saisons», dit-il.

«Ç’a fait en sorte que je n’ai même pas pu avoir les mêmes compagnons de trios pour deux matchs en ligne. Mais là, au camp d’entraînement, tout semble être revenu à la normale. Ça s’annonce pour être une saison plaisante», révèle le numéro 9 de la formation caraquetoise.

«Je crois vraiment que nous allons flirter avec les meilleures équipes de la ligue. Après tout, nous avons pas mal le même noyau que lors de championnat en 2016-2017. Je sais que nous pouvons rivaliser avec toutes les équipes de la ligue», confie-t-il.

Rail ajoute toutefois qu’il aimerait voir quelques joueurs assumer un peu plus de leadership dans le vestiaire.

«Je pense que des gars comme Patrick Blanchard, Frédéric Landry, Mario Albert, Sébastien Lanteigne peuvent en donner plus à ce niveau. Et puis, je m’attends à ce que Frédéric, Jean-Samuel Lagacé, Francis Thériault connaissent de grosses saisons offensives», ajoute Rail.

Le quart-arrière Jean-Rémi Chiasson, qui est le plus âgé de la brigade défensive à seulement 25 ans, est lui aussi convaincu que les Acadiens vont rebondir.

«Honnêtement, le plaisir de jouer des gars est revenu pendant les dernières séries éliminatoires même si nous avions plusieurs bons joueurs blessés. Il nous reste juste à continuer comme ça», mentionne-t-il.

Avec le départ de trois défenseurs, Chiasson s’attend par ailleurs à voir ses responsabilités augmenter.

«Je me sens prêt pour ça, indique-t-il. Je crois aussi que je peux contribuer encore plus offensivement.»

Les Acadiens entament leur saison samedi soir en rendant visite aux Mooseheads de Chaleur à l’Aréna de Petit-Rocher.

En bref…

Saviez-vous que Yan Rail est le deuxième meilleur pointeur dans l’histoire de la LHSAC? En 83 parties, séries éliminatoires incluses, le capitaine des Acadiens montre un dossier de 68 buts, 96 passes et 164 points. En fait, seul Martin McGraw des Alpines de Tracadie a fait mieux que lui avec 184 points (71-113)… Frédéric Landry est le seul autre membre de l’équipe qui a franchi la barrière des 100 points en carrière. En 82 duels, Landry a enregistré 105 points, dont 43 buts… Toutefois, n’eût été des blessures, Francis Thériault (62 47-38=85) et Jean-Samuel Lagacé (54 37-42=49) auraient probablement eux aussi atteint la centaine de points… Saviez-vous que Patrick Blanchard n’a raté qu’un seul match depuis le lancement du circuit en 2016-2017? Blanchard a pris part à 67 des 68 parties de saison régulière, de même qu’aux 25 rencontres en séries éliminatoires. Ça en fait l’homme de fer de la LHSAC…