Titan: une après-coupe plus difficile que prévu

Il y a deux ans, Sylvain Couturier se doutait bien dans quoi il s’embarquait quand il est allé chercher à forts prix les German Rubtsov, Mitchell Balmas, Oliver Galipeau et Samuel Asselin. Ces quatre joueurs, ainsi que le gardien Evan Fitzpatrick acquit pour une bouchée de pain, ont quelques mois plus tard été des soldats importants dans les conquêtes de la coupe du Président et de la coupe Memorial.

Le DG savait que dans le hockey junior majeur, surtout après avoir atteint le sommet de la montagne, il faut aussi tenir compte de la reconstruction. Un passable obligé dont on ne sait jamais à l’avance comment ça va se dérouler.

Il n’y a qu’à regarder les Sea Dogs de Saint-Jean qui commencent seulement à sortir la tête de l’eau après deux saisons de misère. Le Titan traverse le même parcours, mais avec encore plus de difficulté.

Dimanche, le Titan a profité de son passage à Gatineau pour encaisser un 15e revers d’affilée, établissant du même coup une nouvelle marque pour un début de saison dans la LHJMQ. Comme record de médiocrité, difficile de faire plus gênant.

Bien sûr, les défunts Pioneers de Plattsburgh avaient fait encore pire en subissant 17 revers pour lancer la saison 1984-1985, mais toute trace de leur pathétique passage a été effacée du livre des records de la LHJMQ.

Depuis la conquête de la coupe Memorial en mai 2018, le Titan n’a savouré que huit petits gains en 83 rencontres, dont seulement un à domicile.

Ça explique pourquoi l’équipe encaisse de plus en plus de critiques. Et plus les défaites s’empilent, plus les commentaires négatifs se multiplient.

Que ce soit dans les médias sociaux, les médias écrits ou électroniques, les centres d’achat, les restaurants, les réunions de famille, sur le trottoir et alouette, toutes les occasions sont bonnes pour casser du sucre sur le dos de l’équipe. Certains ont gagné ce droit puisqu’ils paient pour voir les matchs.

«Je vais prendre une grande partie du blâme pour notre début de saison, confie Couturier. Les partisans peuvent pointer dans ma direction. Mais honnêtement, je ne pensais pas que le prix à payer pour la coupe Memorial serait si gros que ça.»

«En même temps, je ne regrette rien. Même que si c’était à recommencer, je referais probablement la même chose. Après tout, le but ultime dans cette ligue est de remporter la coupe Memorial. Et si l’occasion se présente encore une fois dans deux ans, j’achèterai encore une fois pour gagner, à moins que la direction me dise non parce que l’après-coupe Memorial est trop difficile», raconte Couturier.

Championnat ou pas, le fait demeure que Couturier croyait que les choses iraient beaucoup mieux après la saison de misère que l’équipe venait de traverser.

«C’est clair que nous n’avons pas les succès escomptés. Nous étions convaincus que ça allait aller mieux cette saison. C’est difficile. Ceci dit, je continue de croire que nous avons une meilleure équipe que ne l’indique notre fiche», mentionne-t-il.

Comme il l’avait dit la semaine dernière, Couturier croit néanmoins qu’une partie de la solution se trouve chez les vétérans. Certains d’entre eux n’offrent pas le rendement désiré.

«Ma plus grosse erreur aura probablement été l’évaluation de certains vétérans, indique le DG. Ils ne peuvent pourtant pas se plaindre de leur temps de jeu. Même que Mario (Durocher) fait tout pour les aider à se relancer en les utilisant à toutes les sauces. Mario se met le cou sur la bûche pour eux. Sauf qu’il sait très bien que c’est une ligue de 19-20 ans et il a besoin de ses vétérans pour compétitionner.»

Ne vous attendez tout de même pas à des changements majeurs d’ici la période des Fêtes.

«Nous ne pouvons pas vraiment faire beaucoup de choses d’ici Noël. Certains vétérans ont donc jusqu’à Noël pour prouver qu’ils méritent leur place. Ils ont encore un mois et demi pour le faire», soutient Couturier.

Le Titan reprend l’action vendredi en accueillant les Mooseheads de Halifax. Samedi, ce sera au tour des Islanders de Charlottetown de rendre visite aux hommes de Mario Durocher.

Kidney au Défi mondial U17

Riley Kidney s’absentera jusqu’au 11 novembre afin de prendre part au Défi mondial des moins de 17 ans. C’est donc dire qu’il ratera les cinq prochaines rencontres du Titan.

À ce sujet, Sylvain Couturier se demande bien pourquoi Cole Huckins n’a pas eu droit à la même invitation.

«Hockey Canada a commis deux erreurs à l’endroit de Cole. La première est d’avoir oublié de l’inviter à leur camp cet été. Et la deuxième aura été de ne pas avoir corrigé la première erreur lors de l’annonce des 66 joueurs retenus. Hockey Canada aurait pu facilement ajouter Cole dans la liste. C’est inconcevable qu’un tel joueur ne participe pas à ce tournoi. En Huckins et Kidney, nous avons deux futures superstars de la LHJMQ», révèle le DG du Titan.

Pour remplacer Kidney dans l’alignement, le Titan pourrait procéder à un rappel pour les deux matchs du week-end. Le moment est peut-être venu de jeter un œil sur le choix de troisième rond du dernier encan, Dylan Champagne. Ce dernier est le capitaine des Chevaliers de Lévis et montre un dossier de 16 points (5-11) en autant de parties.

Sylvain Couturier a également mentionné que l’équipe est actuellement à la recherche d’un agent libre à l’attaque à travers le pays.

«Nous aimerions nous trouver un joueur de 18 ou 19 ans avec de l’expérience junior majeur. Nous n’allons cependant pas trouver quelqu’un juste pour remplir un chandail. Nous voulons un joueur qui va pouvoir nous aider. Nous poursuivons nos recherches», ajoute-t-il.