Les Panthères veulent être plus que des premiers de classe

Au cours des trois dernières campagnes, les Panthères du Haut-Madawaska ont été chaque fois les premiers de classe en saison régulière. Tant au chapitre des victoires, des points au classement ou des buts marqués. Ils ont enregistré pas moins de 60 victoires en 76 rencontres, en plus de faire scintiller la lumière rouge à 510 reprises. Ça fait peur quand on y pense. Et quand on regarde leur alignement sur papier pour cette saison, les chances sont bonnes pour que le scénario se répète.

Toutefois, il y a un truc qui cloche et qui commence sérieusement à chatouiller l’organisation.

Malgré leur domination pendant le calendrier régulier, les représentants de Saint-François-de-Madawaska ont mis la main que sur une seule coupe Gérald-Martin pendant ces trois saisons.

Même que le printemps dernier, ils n’ont pas été en mesure de se qualifier pour la finale remportée par leurs tombeurs en demi-finale, les Castors de Saint-Quentin.

L’entraîneur-chef François Caron est même prêt à demander à ses joueurs à penser davantage à leur jeu défensif pour s’assurer que son équipe se présente dans les séries éliminatoires avec l’intention de se rendre jusqu’au match ultime le printemps prochain.

«Des buts, nous allons en compter je ne suis pas inquiet. Mais j’aimerais que les gars se concentrent davantage sur notre structure défensive, quitte à sacrifier un peu d’offensive. Nous avons du talent, mais si nous ne travaillons pas nous ne gagnerons pas», affirme Caron.

Le pilote des Panthères prend toutefois soin d’ajouter que les blessures et les pertes des frères Bezeau (Billy et Tommy) et Jacques Cormier dès le début de la saison ont fait mal à l’équipe. Mais bon, tout cela fait maintenant partie du passé.

Pendant la saison morte, à la suite de la demande d’une sabbatique d’un an des Ambassadeurs de Saint-Jacques, les Panthères ont pu s’assurer les services des attaquants Sylvain Dubé et Mathieu Loisel, ainsi que du défenseur Sébastien Bernier. Trois bonshommes qui font partie de la crème du CRH et qui, selon François Caron, vont apporter beaucoup de leadership à leur nouvelle équipe.

Ils se greffent à un noyau déjà impressionnant composé du capitaine Dean Ouellet, Danny Chiasson, Alex Émond, Adam Laite et Guillaume Pelletier à l’avant, Alexandre Soucy à l’arrière et Billy Asselin devant les buts.

Le gardien Samuel Pearson, les défenseurs Samuel Émond, Tommy Boulanger, Xavier Dumont et André Michaud, de même que les attaquants Andy Landry, Alex Larochelle, François Bossé, John Nadeau, Norbert Roy et Alain Michaud complètent l’édition 2019-2020.

«J’aime beaucoup la chimie entre les gars. L’organisation fait d’ailleurs tout ce qu’elle peut pour qu’il y ait un gros esprit de corps dans le club, révèle François Caron. Nous avons un club à maturité avec beaucoup d’expérience. C’est clair que nous nous voyons comme des prétendants au titre et nous allons tout faire pour remporter le plus de matchs possible.»

«L’ajout de Dubé et Loisel va beaucoup nous aider. On parle ici de l’un des trois meilleurs duos à l’attaque au cours des dernières années dans le CRH», dit-il.

Et comment l’entraîneur prévoit-il faire plaisir à tout ce talent offensif quand l’équipe profitera d’un avantage numérique?

«J’ai l’embarras du choix, mais je vais y aller au mérite», répond-il sans broncher.

Le pilote des Panthères croit par ailleurs que les partisans de la ligue seront gâtés cet hiver par la qualité du spectacle.

«Avec deux équipes qui ne sont plus là, le talent est moins dilué à travers la ligue. Ça permet donc aux équipes restantes d’avoir plus de profondeur. La ligue devient automatiquement plus forte. Il va y avoir une belle parité entre les équipes», ajoute Caron.

Les Panthères reprennent l’action samedi soir en rendant visite au Thunder de Perth-Andover. Dimanche après-midi, ils accueilleront les As de Saint-Basile.

Dubé veut une autre coupe avant la retraite

Après huit saisons avec les Ambassadeurs de Saint-Jacques, Sylvain Dubé se retrouve par la force des choses dans un vestiaire qu’il a appris à connaître un peu le printemps dernier à l’occasion de la coupe Allan. Même qu’il a des liens parentaux avec l’entraîneur François Caron, puisque les mamans des deux joueurs sont cousines.

«Il y a effectivement plusieurs visages familiers dans le vestiaire des Panthères. Mais je dois aussi ajouter que quand ça fait longtemps que tu joues dans une ligue, tu finis par connaître un peu les gars de chaque équipe», dit-il.

«Mais la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que je vais me faire applaudir au lieu de me faire huer», ajoute-t-il en riant.

Sylvain Dubé entend tout donner pour permettre aux Panthères de remporter la coupe Gérald-Martin.

«J’ai eu la chance de remporter la coupe en 2014-2015 et j’aimerais en gagner une autre avant d’accrocher mes patins, confie le hockeyeur qui soufflera ses 35 bougies le 10 janvier. C’est tellement plaisant de remporter un championnat en compagnie de gars avec qui tu as travaillé pour cela pendant toute une saison. Je me souviens que nous avions battu en finale le Thunder et sans avoir la meilleure équipe nous trouvions toujours une façon d’aller chercher le gros but. Pour gagner la coupe, le talent ne suffit pas. Il faut aussi de la volonté et de la chance.»

Auteur de 34 buts et 73 points la saison dernière, Dubé s’attend à voir son rôle changer un peu avec les Panthères. Il n’en fait toutefois pas un plat.

«Il y a beaucoup de punch offensif dans cette équipe. Il y avait déjà un bon noyau dans ce club avant que les gars des Ambassadeurs arrivent. Cette multitude de joueurs de talent est un heureux problème pour François (Caron). Pour ma part, ma priorité est d’aider l’équipe à gagner. Ça va être une saison excitante et un beau défi», révèle l’auteur de 447 points (223-224) en 189 matchs de saison régulière dans le CRH.

Dubé ne tarit par ailleurs pas d’éloges à l’endroit de Ouellet qu’il considère le meilleur joueur de la ligue.

«Quand je me suis entendu avec les Panthères cet été, Dean a été l’un des premiers à me souhaiter la bienvenue par texto. Je lui ai répondu que j’allais enfin l’avoir de mon bord», indique Dubé en riant.

«Dean est tellement intelligent sur la glace et cela avec ou sans la rondelle. C’est surtout un très bon passeur. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui peuvent réaliser les choses qu’il fait sur une patinoire. Il fait attention à tous les moindres petits détails», a-t-il ajouté.

Pour sa part, Ouellet croit de son côté que les arrivées de Dubé, Mathieu Loisel et Sébastien Bernier apportent non seulement de la profondeur, mais aussi beaucoup de vécu aux Panthères.

«Nous les avons côtoyés à la coupe Allan et ce sont vraiment de bons gars. Ils sont d’ailleurs déjà intégrés au groupe», mentionne le capitaine des Panthères.

Ouellet croit aussi que ces trois joueurs seront d’une grande aide dans les objectifs de cette saison.

«Nous voulons gagner un autre championnat. Oui nous avons gagné trois ans de suite le championnat de la saison régulière, mais nous n’avons qu’une seule coupe. Il y a trois ans, nous savions que nous étions dans un plateau de cinq ou six saisons où nous pouvions légitimement aspirer à la coupe. Nous sommes au milieu du processus et nous n’avons gagné qu’une fois. Nous en voulons plus. Avec le club que nous avons, nous nous fixons chaque année de grands objectifs», révèle Ouellet, qui approuve à 100% la volonté de l’entraîneur François Caron d’accorder plus d’importance au jeu défensif.

«Je suis complètement d’accord avec François. C’est vrai que des buts nous allons en marquer, mais il nous faut mettre l’accent sur notre structure défensive. C’est d’ailleurs ce qui a fait défaut le printemps dernier. Nous avons pris de mauvais plis en saison et une fois dans les séries notre jeu défensif en tant qu’équipe, soit les six joueurs sur la glace, n’était pas à point», analyse Ouellet.

En bref…

On retrouve pas moins de six anciens joueurs de la LHJMQ dans l’alignement des Panthères, soit Dean Ouellet, Danny Chiasson, Alex Émond, Sébastien Bernier, Guillaume Pelletier et Norbert Roy. Sept en comptant Jean-Philippe Soucy qui est venu dépanner pour une seule rencontre le week-end dernier… Parlant de Sébastien Bernier, saviez-vous qu’il avait porté les couleurs de sept équipes dans la LHJMQ? Bernier, qui a également joué professionnel en France (Avignon), a évolué dans l’ordre pour les Wildcats de Moncton, les Remparts de Québec, les Fog Devils de St. John’s, les Saguenéens de Chicoutimi, les Voltigeurs de Drummondville, les Olympiques de Gatineau et l’Océanic de Rimouski… À 46 ans, John Nadeau entame sa 27e saison dans le CRH et sa 26e avec les Panthères. En carrière, sa fiche est de 360 buts et 547 passes pour 907 points… Savez-vous combien de points Dean Ouellet a accumulé depuis son arrivée avec les Panthères en 2016-2017? Croyez-le ou non, il a amassé 216 points (62-154) en 69 rencontres de saison régulière, puis 96 autres (29-67) en 32 parties éliminatoires. Ça lui fait donc 312 points en 101 matchs pour une moyenne de 3,1 points par partie… Les statistiques de Danny Chiasson ne sont pas à dédaigner non plus, lui qui a produit dans la même période pas moins de 192 points (67-105) en 64 duels de saison régulière, ainsi que 88 points (42-46) en 32 rencontres éliminatoires. Au total, ça lui fait 280 points en 96 parties pour une moyenne de 2,92 points par match…