Tir au poignet: «mission accomplie» pour Sylvio Bourque

Sylvio Bourque est désormais fin seul au sommet de la montagne.

Et comme il l’avait rêvé avant son départ pour Constanta, en Roumanie, c’est avec une médaille d’or que l’homme fort de 60 ans a remporté sa 26e médaille aux Mondiaux de tir au poignet.

Il aura fallu quatre ans à Sylvio pour ainsi devancer par un podium le Britanno-Colombien Dave Hicks en tant que Canadien le plus décoré à ces championnats.

Il a triomphé chez les 75 kilos dans la division Grand maître de 60 ans et plus.

«Quand j’ai su que j’étais assuré d’un podium, la première chose qui m’est venue à l’esprit c’est ‘‘mission accomplie’’. Je suis fier. C’est un gros poids sur les épaules que je me suis enlevé. Ça faisait quatre ans que j’attendais ça», révèle l’Acadien de Grande-Digue qui habite depuis quelques années à Beresford.

Dave Hicks, qui était présent à Constanta où il agissait comme officiel, a tenu à aller féliciter lui-même Sylvio pour son exploit.

«Dave et moi étions en train de discuter quand une personne est venue lui demander s’il songeait à faire un retour. Dave a répondu que c’était hors de question et que de toute façon il venait de passer le flambeau. Il a ajouté que le flambeau était d’ailleurs entre bonnes mains», raconte l’Acadien.

De son propre aveu, cette médaille d’or n’a pas été facile à aller chercher.

«Nous étions 10 compétiteurs dans ma division, mais c’était la crème mondiale qui était là, dit-il. Dès mon premier combat, j’ai dû affronter le champion en titre l’Italien Ermanno Marangon et ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre. C’était la première fois qu’on s’affrontait du bras gauche, mais nous nous sommes mesurés à plusieurs reprises du bras droit dans le passé et il m’avait toujours battu.»

Sylvio a défait en finale le Russe Yurii Kim. L’Allemand Juergen Baumann a pris la quatrième place devant l’Italien Marangon.

Est-ce qu’il croit maintenant possible de se rendre à 30 médailles?

«Oui, c’est possible. Mais pour ça, il faudra que je sois encore plus fort. Parce que les gars vont m’étudier dans la prochaine année. Ils ont tous la vidéo de mes matchs. Je vais m’entraîner en conséquence», confie-t-il.

Mentionnons par ailleurs que Sylvio a dû se contenter d’une sixième position avec son bras droit.

«J’ai donné tout ce que je pouvais, affirme-t-il. J’ai l’impression que les possibilités de médaille du bras droit sont maintenant terminées.»

Même si le Canada était représenté par 12 athlètes, un seul autre est parvenu à se hisser sur l’une des marches du podium, soit le Québécois Martin Langlois avec une médaille d’argent.

Les 26 médailles de Sylvio Bourque aux Mondiaux (6 d’or, 13 d’argent, 7 de bronze):

  • 1999, Tokyo, Japon – argent (bras gauche), bronze (bras droit).
  • 2000, Rovaniemi, Finlande – argent (gauche), bronze (droit).
  • 2001, Gdynia, Pologne – bronze (gauche), bronze (droit).
  • 2002, Springfield, Illinois, États-Unis – bronze (droit).
  • 2004, Durban, Afrique du Sud – argent (gauche), argent (droit).
  • 2005, Tokyo, Japon – argent (gauche), argent (droit).
  • 2006, Manchester, Angleterre – bronze (gauche).
  • 2007, Veliko Tarnovo, Bulgarie – argent (gauche).
  • 2008, Kelowna, Colombie-Britannique, Canada – argent (gauche).
  • 2009, Rosolina Mare, Italie –  or (gauche), argent (droit).
  • 2010, Mesquite, Texas, États-Unis – or (gauche).
  • 2011, Almaty, Kazakhstan – or (gauche), argent (droit).
  • 2012, Sao Paulo, Brésil – or (gauche), or (droit).
  • 2013, Gdynia, Pologne – argent (gauche), bronze (droit).
  • 2014, Vilnius, Lituanie – argent (gauche).
  • 2015, Kuala Lumpur, Malaisie – argent (gauche).
  • 2019, Constanta, Roumanie – or (gauche)