Le Titan toujours au neutre

Il fallait s’y attendre, la magie opérée par l’acquisition du Gaspésien Rémy Anglehart ne pouvait durer qu’un temps. Surfant actuellement sur une séquence de cinq revers consécutifs, le Titan est replongé dans la médiocrité qu’il affiche avec une malheureuse constance depuis que l’équipe a entamé sa difficile reconstruction. On le dit et on le répète, ça coûte très cher remporter une coupe du Président et une coupe Memorial.

Une reconstruction retardée, il faut bien l’admettre, par un repêchage 2018 qui tarde à rapporter des dividendes.

Par exemple, le défenseur Benjamin Roode est encore très loin de jouer comme un choix de première ronde.

En fait, le pourra-t-il un jour? La question mérite d’être posée parce que tout indique que le Titan a fait fausse route en sélectionnant le grand Néo-Écossais au 14e échelon.

Surtout que des arrières comme Jordan Spence, Isaac Belliveau, Charlie DesRoches, Jérémie Biakabutuka et Miguel Tourigny étaient toujours disponibles à ce moment-là de l’encan.

Ce qui n’aide pas non plus, c’est de voir Alexandre David, le deuxième choix, évoluer au niveau junior A (LHM) avec les Tigres de Campbellton. L’Acadien de Pigeon Hill ne s’y débrouille toutefois pas trop mal avec une récolte de neuf points (4-5) en 10 rencontres. Le hic, c’est que David ne veut plus jouer pour le Titan.

Bref, tout ça pour dire que c’est difficile de commencer une reconstruction dans une pareille situation.

Heureusement, il y a l’encan de 2019.

Les deux premiers choix Riley Kidney et Cole Huckins sont assurément de la graine de superstars. On parle ici de deux attaquants qui feront à coup sûr partie de l’élite de la LHJMQ plus tôt que tard.

Les deux jeunes de 16 ans se dirigent vers une saison supérieure à 30 points. Dans un club qui peine à marquer des buts, ce sont là des chiffres qui sortent de l’ordinaire.

Et depuis quelques semaines, un troisième surdoué s’est imposé en Zach Biggar. Ce dernier évolue cette saison pour les Western Capitals de Summerside dans la MHL. L’éclosion du défenseur de 16 ans est exceptionnelle.

Biggar a produit au moins un point dans chacun de ses 11 derniers duels pour un total de quatre buts et 14 passes pour 18 points. Pour la saison, Biggar montre un dossier de 26 points (4-22) en 25 matchs. Seul l’ancien arrière du Titan Ian Smallwood, des Lumberjacks de South Shore, le devance dans la MHL avec 27 points. Et Smallwood, lui, a 20 ans.

Les chiffres de Biggar sont tels qu’on commence déjà à comparer son jeu avec celui de Jordan Spence, qui avait présenté des statistiques similaires avec les Western Capitals au même âge en 2017-2018.

«Ils ont un cheminement différent, mais c’est vrai qu’on peut les comparer, affirme le directeur général du Titan Sylvain Couturier. Zach joue actuellement avec beaucoup de confiance et l’entraîneur (Billy McGuigan) le fait jouer plus de 20 minutes par match.»

Couturier n’a par ailleurs même pas attendu que la question lui soit posée avant d’ajouter qu’il était hors de question d’amener Biggar avec l’équipe après la pause de Noël.

«Nous allons probablement le rappeler pour quelques matchs, mais il va terminer la saison avec Summerside, assure Couturier. C’est une bonne organisation et nous croyons que c’est un bon endroit pour Zach afin qu’il poursuive son développement. Une chose est sûre, Zach fait partie de la reconstruction du Titan. Et nous croyons qu’il va devancer plusieurs joueurs de l’édition actuelle quand il va se présenter au prochain camp d’entraînement.»

Biggar heureux

Joint alors qu’il était en route vers Dawson Creek, en Colombie-Britannique, où il va représenter le pays au Défi mondial junior A avec Équipe Canada Est, Biggar file le parfait bonheur avec la formation de Summerside.

«C’est un bon endroit pour moi. Les Western Capitals sont une organisation réputée pour faire du bon travail dans le développement tout en restant très compétitifs chaque année. Ici, j’ai la chance de jouer avec d’excellents joueurs comme Brodie MacArthur, Kallum Muirhead et plusieurs autres (Bennett MacArthur, Colby MacArthur et Marc-André LeCouffe). Ils me permettent de produire plus facilement en offensive tout en continuant d’améliorer mon jeu défensif», indique le Prince-Édouardien de Portage.

«J’ai travaillé beaucoup sur mon patinage depuis mon arrivée ici. Je veux être de plus en plus rapide afin de passer au prochain niveau. Ces derniers temps, j’ai également tiré plus de rondelles pour améliorer mon lancer et ç’a porté ses fruits. En gros, je tente de réparer les petits trous dans mon jeu pour me permettre de continuer à m’améliorer», ajoute l’arrière de 6 pieds et 175 livres.