Jacob LeBlanc prend son mal en patience à Drummondville

Il n’y a maintenant plus personne pour en douter, Jacob LeBlanc est destiné à devoir en faire plus que les autres pour avoir sa place au soleil. Heureusement pour lui, ça en prend beaucoup plus que ça pour le décourager.

Après avoir travaillé dans l’ombre pendant des années pour se faire un nom jusqu’à ce qu’il se taille un poste avec les Voltigeurs de Drummondville en septembre, une entorse à un genou à la mi-octobre l’a tenu à l’écart du jeu pour six semaines.

Puis le 15 décembre, alors que lors des deux soirées précédentes son brio avait permis à son équipe de triompher coup sur coup devant Sherbrooke et Gatineau, voilà qu’il apprend que le directeur général Philippe Boucher a fait l’acquisition dès l’ouverture de la période des transactions du gardien Francesco Lapenna, des Foreurs de Val-d’Or, âgé comme lui de 17 ans.

Même que Boucher lui a aussitôt donné le choix entre terminer la saison à titre de troisième gardien derrière le vétéran Anthony Morrone et le nouveau venu Lapenna, ou encore d’aller jouer les seconds violons derrière Dominik Tmej avec les Western Capitals de Summerside dans la LHM. Il a choisi la première option.

Comme Morrone est blessé, l’Acadien de Dieppe a depuis ce temps eu droit à deux autres départs, dont le dernier, face aux Huskies de Rouyn-Noranda, qui lui a permis de signer son premier jeu blanc en carrière dans la LHJMQ.

«C’était mon choix d’aller à Summerside ou de rester ici à Drummondville, confirme-t-il. Je n’étais pas intéressé d’aller à Summerside. Tant qu’à ne pas jouer souvent, j’aimerais autant mieux pratiquer à Drummondville avec de meilleurs joueurs. C’est mieux pour mon développement.»

Jacob LeBlanc, qui a été limité à un peu plus de 400 minutes de jeu depuis le début de la saison, croit néanmoins que son temps passé à Drummondville lui a permis de devenir un bien meilleur gardien.

«J’ai beaucoup travaillé avec l’entraîneur Olivier Michaud. Je suis sur la glace avec Olivier de deux à trois fois par semaine. J’ai réussi à améliorer mes déplacements, ma vitesse, mes prises de décisions, etc. En fait, j’ai amélioré mon jeu en général», dit-il.

«C’est sûr qu’à mes débuts dans la ligue je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais je me sens de plus en plus à l’aise. Mon rêve à court terme est de devenir un gardien numéro un dans la ligue. Et à plus long terme, je veux gagner la coupe du Président», révèle le portier de 5 pieds 11 pouces et 152 livres, qui espère obtenir au moins trois autres départs d’ici la fin du calendrier régulier.

Jusqu’à présent, LeBlanc présente une moyenne de buts alloués de 2,60 et un taux d’efficacité de ,886 en huit matchs. Ses statistiques sont toutefois beaucoup plus impressionnantes lors de ses six dernières sorties puisque sa moyenne se chiffre à 1,67 et son taux d’arrêt à ,925.

Rappelons que les Voltigeurs ont acquis LeBlanc des Eagles du Cap-Breton dans l’échange qui a envoyé le défenseur Jarrett Baker à Sydney.

Les Eagles avaient fait de LeBlanc leur sélection de 8e ronde (141e au total) lors de l’encan de 2018.