Memramcook se met au rythme du patin extrême

Pour la troisième année consécutive, la Ville de Memramcook accueillera une course de patin extrême amateur (crashed ice). Habitués comme novices sont invités à venir s’y essayer ou y assister le 8 février prochain.

L’an dernier, 65 patineurs ont pris part à la course Xtreme Race de Memramcook.

«Nous avons 52 personnes inscrites pour le moment, mais on en attend au moins 15 à 20 autres d’ici le 8 février, détaille Maryse Leblanc, directrice des loisirs et de la programmation de Memramcook. Les gens attendent souvent le dernier moment pour s’inscrire, car ils veulent s’assurer que les conditions météo soient bonnes.»

Pour cette troisième course à Memramcook, l’organisation a encore opté pour le format amateur.

«Notre objectif, c’est de créer un événement convivial, communautaire, associé à la région, qui donne de la visibilité à notre municipalité, assure Mme Leblanc. Nous avons des profils très divers qui prennent part à la course: des sportifs professionnels, des parents, ou des gens en quête d’un nouveau défi.»

L’organisation de l’événement n’exclut toutefois pas de rentrer sur le circuit professionnel à l’avenir.

«Nous avons des discussions à ce propos, et nous aurions pu avoir l’occasion d’intégrer la course dans le Redbull Crashed Ice (le championnat du monde de patinage de descente extrême), comme cela se fait à Percé, en Gaspésie, détaille la directrice des loisirs et de la programmation. Mais nous avons préféré cette année garder une compétition ouverte à tous. Pourquoi pas combiner les deux aspects au cours des prochaines années? Nous n’excluons rien.»

Totalement novice l’an dernier, Caroline LeBlanc avait décidé s’essayer à la course de patin extrême de Memramcook. Elle retentera sa chance cette année.

«Je n’en avais jamais fait auparavant, et j’ai presque réussi à me qualifier pour la finale, explique-t-elle. Cela prouve que n’importe qui peut participer, ce n’est qu’une question de volonté! Lorsque je me suis lancé dans la course l’an dernier, je n’avais quelques années de ringuette derrière moi. Je ne suis vraiment pas une experte du patin.»

Les sportifs qui s’élanceront sur la ligne de départ auront toutefois possibilité de faire quelques descentes de pratique avant la course.

Une discipline athlétique

Aussi appelé Ice cross downhill en anglais, le patinage de descente extrême voit des concurrents s’affronter lors de courses à élimination directe, sur un parcours long de 300 à 600 mètres, composé de divers éléments naturels ou artificiels comme des bosses, des courbes serrées, ou des tremplins.

«Il y aura moins d’obstacles et moins de grosses bosses que l’an dernier. On a essayé de rendre la piste plus relax», souligne Maryse LeBlanc.

Les adversaires s’affrontent quatre par quatre, et seuls les deux premiers de chaque course sont qualifiés pour l’étape suivante. Les courses continuent ainsi jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que quatre patineurs en lice, qui s’affrontent lors de la finale. Cette fois, il y aura une nouvelle catégorie junior, ouverte aux jeunes de 16 et 17 ans.

Par ailleurs, les organisateurs sont toujours à la recherche de bénévoles pour prendre part à la construction de la piste, qui débutera le 1er février prochain.

«C’est un événement unique en son genre, gratuit, et qui propose un beau spectacle, souligne Mme LeBlanc. En plus d’être la seule compétition de patin extrême cet hiver dans les Provinces atlantiques, il y aura des activités, de la musique, ou encore un feu de joie.»

L’an passé, la course avait attiré près de 2000 spectateurs selon les chiffres de la municipalité. Elle espère en séduire 3000 pour cette nouvelle édition, pour que ce rendez-vous devienne une belle tradition hivernale.