Tokyo: Bernard Lapointe garde espoir

Bien que ses chances de prendre part aux Jeux paralympiques de Tokyo sont aussi minces qu’une crêpe écrasée à la spatule dans un poêlon, le joueur de parabadminton Bernard Lapointe continue de croire qu’il peut y arriver. Comme les six meilleurs joueurs au monde sont déjà assurés d’y prendre part, l’Acadien de Saint-Léonard vise l’un des deux laissez-passer disponibles en simple.

La 19e raquette mondiale en fauteuil roulant niveau 2 aura sa réponse sous peu, puisqu’il entame à compter de lundi un rallye de trois tournois internationaux en cinq semaines qui vont le mener au Brésil (Sao Paulo, 10 au 16 février), au Pérou (Lima, 18 au 23 février) et en Espagne (Cartagena, 10 au 15 mars).

En attendant, Bernard Lapointe dit avoir retrouvé son aplomb en remportant un troisième titre consécutif en simple aux Championnats canadiens présentés le week-end dernier à Winnipeg. Une victoire qui arrive effectivement à un bien bon moment, lui dont la confiance avait été mise à rude épreuve l’an dernier en raison de la maladie.

«J’ai raté six tournois internationaux en 2019 parce que j’ai été victime de deux infections aux reins, dit-il. Ça me complique drôlement la vie pour les Jeux paralympiques parce que j’ai perdu l’occasion d’aller chercher beaucoup de points. Sans ces deux infections, je serais probablement déjà dans le top-10 mondial.»

Selon Lapointe, il devra dire adieu à Tokyo s’il ne parvient pas à terminer sur le podium à chacun des trois tournois à venir. Plus facile à dire qu’à faire puisque l’élite mondiale sera présente à chaque épreuve.

«Ça fait seulement quatre ans que je pratique le parabadminton et le plan au départ était de viser les Jeux de 2024 à Paris. Mais tant qu’il y a une chance de prendre part à ceux de Tokyo, je vais tout donner pour y arriver. Mais si je n’y parviens pas, je suis convaincu que ça va se réaliser en 2024», révèle l’athlète âgé de 35 ans, dont le sport fera son entrée officielle dans la programmation paralympique à Tokyo.

Bernard Lapointe, qui se consacre entièrement à son sport, dit passer de 10 à 12 heures d’entraînement sur le terrain par semaine à l’Université de Moncton, en plus d’une dizaine d’heures au gymnase. C’est sans oublier bien sûr les tournois où il prend également part aux épreuves du double et du mixte. Ses partenaires sont normalement Richard Peter et Yuka Chokyu, originaires tous deux de la Colombie-Britannique.

Bernard Lapointe est devenu paraplégique en 2013 à la suite d’un accident de VTT. Au lieu de broyer du noir, il a préféré se lancer dans le paratennis et le parabadminton, deux sports où il n’a pas mis de temps à s’imposer sur la scène nationale. Pas si mal pour quelqu’un qui n’a pas la chance d’avoir un entraîneur.

Outre ces deux sports de raquette, il pratique l’hiver le hockey sur luge avec Équipe Nouveau-Brunswick. Lui et ses coéquipiers ont d’ailleurs remporté un tournoi récemment à Fredericton, où on retrouvait des formations des autres provinces de l’Atlantique. L’été, il joue au golf et il termine régulièrement ses rondes en ramenant une carte variant entre 90 et 100 coups.