Hockey féminin: Népisiguit signe une saison parfaite

S’il est vrai que le hockey scolaire en prend pour son rhume ces temps-ci dans le Nord – gracieuseté d’un gardien trop fringant pendant une poignée de main d’après-match qui fera histoire et du retrait volontaire d’une équipe à l’aube des séries éliminatoires – il ne faudrait quand même pas oublier qu’il y a aussi de belles histoires à raconter. Celle de l’équipe féminine des Rebelles de l’École secondaire Népisiguit de Bathurst arrive cette fois en tête de liste.

À la surprise générale, l’entraîneur-chef Christian Richard est parvenu à mener ses joueuses à une fiche immaculée de 18 victoires en autant de matchs.

À l’ÉSN, personne ne l’avait vu venir.

Après tout, une saison sans revers ce n’est normalement pas à la portée d’une équipe qui compte sur seulement trois patineuses de 12e année. D’autant plus que l’exploit a été réalisé avec deux gardiennes qui ne sont qu’en 9e et 10e année.

Ce duo, composé de Laurence-Olivia Arseneau – la plus vieille des deux à seulement 15 ans – et Jolyève Cormier, a complété la saison avec des moyennes de buts alloués respectives de 1,28 et 1,90. C’est très impressionnant.

Pas besoin de s’appeler Scotty Bowman pour comprendre que le brio des deux jeunes portières est l’une des grandes forces des Rebelles.

L’autre aspect du jeu qui fait des représentantes de l’ÉSN une puissance est sans aucun doute le premier trio. Myriam Frenette (30-33=63), Sara Haché (26-27=53) et Zoé Bard (20-31=51) ont pris les trois premières places des meilleures pointeuses de la Conférence Nord. Ces trois filles ont tellement dominé que celle qui suit au quatrième rang est trois loin derrière: Mackenzie Tozer (25-9=34) des Pulamoos de Miramichi Valley.

«Leurs succès ne sont pas seulement dus à leur talent, affirme Christian Richard. Elles sont grandes, athlétiques et très fortes physiquement. Ce sont aussi de grosses travaillantes. Elles n’hésitent pas à aller dans les coins de patinoire. Elles sont toutes les trois ce qu’on appelle le full package.»

Cela dit, malgré ce premier trio de rêve, ce n’était écrit nulle part que les Rebelles remporteraient leurs 18 matchs dans la Conférence Nord. Et encore moins qu’elles domineraient les autres formations avec 102 buts marqués tout en n’allouant que 28 buts aux clubs adverses.

«C’est sûr qu’on s’attendait pas à ça, mentionne l’entraîneur. Nous avons une jeune équipe. Nous étions en reconstruction la saison dernière et je n’ai que trois filles de 12e année cette année, soit Myriam et Zoé ainsi que l’arrière Geneviève Chiasson.»

La capitaine du club Sara Haché est elle aussi surprise de cette saison parfaite.

«Lors des parties préparatoires ça n’allait pas si bien que ça, dit-elle. Nous avions de la misère et la chimie n’était pas encore là. Plusieurs des filles arrivaient du hockey masculin et elles ont donc eu besoin d’une période d’adaptation. Ce n’est qu’au tournoi de Caraquet en novembre que les choses ont commencé à bien aller.»

Des propos corroborés par Christian Richard. Quoiqu’il y met un petit bémol.

«Le plan initial était de développer des duos à l’attaque. J’ai alors tenté des expériences pendant nos parties préparatoires et aussi lors du tournoi de Caraquet, mais ça ne fonctionnait pas. J’ai donc décidé de mettre tous mes œufs dans le même panier à la fin du tournoi et c’est là que j’ai vu que ça pouvait fonctionner», révèle-t-il.

Selon Sara Haché, l’esprit d’équipe est une autre grande force des Rebelles.

«Nous sommes une vraie famille, mentionne le numéro 8 de l’ÉSN. C’est quelque chose d’important dans nos succès. Et puis, même si l’offensive vient principalement de notre trio, les autres commencent à contribuer davantage. Tant que nous jouons en équipe, je crois que nous pouvons battre n’importe qui.»

Christian Richard partage l’optimiste de sa capitaine.

«Le fait que le deuxième trio contribue plus à l’attaque nous donne une arme supplémentaire, confie-t-il. Je crois sincèrement que nous pouvons procurer une bannière à l’école. C’est du moins l’objectif de l’équipe.»

Les Rebelles affronteront d’abord les Pulamoos de Miramichi Valley dans une série 2 de 3 pour le Championnat de la Conférence Nord. Le calendrier n’est pas encore connu.

Cette série permettra par ailleurs de déterminer les positions en vue du Championnat régional. En cas de victoire, les les Rebelles disputeront une série 2 de 3 à l’équipe finaliste de la Conférence Est et les Pulamoos seront confrontés à l’équipe championne. Sinon, ce sera le contraire. Les Championnats régionaux à travers la province devront être complétés d’ici le 15 mars.

Les quatre meilleures équipes se retrouveront aussi au Championnat provincial AAA qui prendra l’affiche du 20 au 22 mars à Dieppe.

Ailleurs dans la province, les équipes à surveiller sont les Royals de Riverview et les Titans de Tantramar dans l’Est, les Black Kats de Fredericton et les Républicaines de la Cité des Jeunes d’Edmundston dans l’Ouest, de même que les Crusaders de Kennebecasis Valley et les Spartans de St. Stephen dans le Sud.