Marc Roy honoré à Rivière-du-Loup

Jusqu’au milieu des années 1990, Marc Roy représentait pour les amateurs de hockey senior de Campbellton l’équivalent d’un Brendan Shanahan ou d’un Gary Roberts dans la Ligue nationale. Un attaquant en mesure de marquer des buts à la pelle et capable de tenir son bout devant n’importe lequel bagarreur adverse.

Sauf qu’avant de devenir une légende dans le Restigouche, Marc Roy a auparavant eu le temps de se faire un nom dans le junior majeur (Chicoutimi et Trois-Rivières), chez les professionnels (Muskegon et Peoria) et dans la défunte et mythique Ligue républicaine avec le 3L de Rivière-du-Loup.

Et à n’en point douter, il a laissé des souvenirs mémorables dans chacune de ces municipalités.

Samedi, Rivière-du-Loup a justement décidé d’immortaliser son passage (1984 à 1987) dans le Bas-Saint-Laurent, où Roy a fait la pluie et le beau temps pendant trois saisons dans le vétuste Stade de la Cité des jeunes.

Pour le hockeyeur originaire de Forestville, ça aura d’ailleurs été ses derniers exploits en sol québécois avant de déménager ses pénates à Campbellton en 1987, où il demeure toujours.

Samedi donc, une bannière sur laquelle apparaissent son nom et son célèbre numéro 26 a été hissée au plafond du Centre Premier Tech construit au début des années 2000. Roy est le troisième ancien joueur à avoir sa bannière dans l’aréna après Réjean Hamelin et Jean-Claude Lepage, deux anciennes vedettes du hockey senior dans les années 1960, 1970 et 1980. Ces derniers ont été honorés en 2019.

«Pour un athlète, un tel honneur est le summum. Il n’y a rien de plus gros que ça», affirme Marc Roy, qui a célébré vendredi son 59e anniversaire de naissance.

«J’ai disputé à Rivière-du-Loup trois saisons inoubliables en compagnie de mes compagnons de trio André Côté et Mario Roberge. J’y ai même gagné le championnat de la Ligue républicaine dès ma première saison en 1984-1985», confie-t-il.

Dès sa première campagne à Rivière-du-Loup, Roy a compilé 41 buts et 36 passes pour 77 points en 35 duels, bons pour le deuxième rang des meilleurs pointeurs. Il ajoutera six buts et cinq mentions d’aide en huit parties éliminatoires. Lors du gala annuel de la ligue, il recevra le titre de joueur le plus utile en plus de se tailler une place au sein de la première équipe d’étoiles.

Au total, il a enregistré 122 buts et 96 passes pour 218 points en 104 matchs dans l’uniforme du 3L, en plus de purger 466 minutes de pénalités.

«Il y avait de très bons joueurs dans ce temps-là dans la ligue, se rappelle-t-il. Les Eskimos d’Edmundston avaient René Labbé, les Mariners de Rimouski comptaient sur le défenseur Jacques Huard et les Tigres de Campbellton étaient menés par Sterling Loga et John Smrke.»

C’est à la suite d’un sondage mené auprès des amateurs de hockey de Rivière-du-Loup et des environs que le nom de Marc Roy s’est retrouvé dans le top-5 des joueurs les plus méritants des 40 dernières années de hockey senior dans la municipalité.

Pour l’instigateur du projet Daniel St-Pierre, qui est également le directeur de la programmation et de l’information de Ciel-FM, Marc Roy est le joueur le plus complet, toutes époques confondues, à avoir porté l’uniforme du 3L de Rivière-du-Loup.

«Marc était une denrée rare, dit-il. Encore aujourd’hui, un joueur comme lui est rare. Il pouvait terminer parmi les meilleurs pointeurs et jouer en même temps le rôle de policier. C’était un joueur redoutable autant à l’attaque qu’au bout de ses poings.»

Ce n’est pas la première fois que Marc Roy est honoré puisqu’il se trouve déjà au Temple de la renommée du Nouveau-Brunswick et de Campbellton avec l’édition de 1987-1988 des Tigres. Rappelons que les Tigres ont remporté la coupe Hardy au printemps de 1988 avec dans leurs rangs, avec Roy, des joueurs de la trempe de Sterling Loga, René Labbé, Luc Bernard, Marcel Dumais, Ghislain Provencher et Lowell Loveday.

En fait, Roy est doublement immortalisé à Campbellton puisqu’il y figure également avec l’équipe de 1997-1998 des River Rats du Restigouche. Roy, qui était alors l’entraîneur-chef, avait guidé les River Rats au championnat de la Ligue junior A des Maritimes.

Enfin, Marc Roy a également été honoré par la municipalité de Forestville, son lieu de naissance. Une plaque à son honneur se trouve d’ailleurs dans le Complexe Guy-Ouellet.

Repêché par les Saguenéens de Chicoutimi en 1977 (15e au total), Roy a amassé 154 buts et 189 passes pour 343 points en 264 parties dans la LHJMQ. Notons qu’il a aussi porté les couleurs des Draveurs de Trois-Rivières.

Ses 343 points en carrière le placent au 100e rang parmi les meilleurs pointeurs dans l’histoire du circuit.

Repêché par les Flames de Calgary en 1980 (4e ronde, 76e au total), il a disputé trois saisons dans la Ligue internationale où il a obtenu 80 buts et 79 passes pour 159 points en 184 rencontres.