Olivier-Luc Haché: l’ailier droit devenu défenseur

Parfois, la vie réserve des surprises tellement inattendues que même les principaux acteurs se grattent la tête pour tenter de comprendre ce qui se passe. Mario Pouliot et Olivier-Luc Haché sont justement deux gars qui se grattent la tête ces temps-ci.

Même que Pouliot, qui cumule à la fois les fonctions de directeur général et d’entraîneur-chef des Huskies de Rouyn-Noranda, passe aussi bien dire pour un génie après avoir transformé Haché en défenseur.

En moins d’un mois, le hockeyeur de Savoy Landing est passé d’ailier droit de quatrième trio à défenseur de premier plan. Depuis quelques matchs, Haché évolue en compagnie de Samuel Régis au sein de la première paire défensive des champions en titre de la coupe Memorial.

Certes, Haché doit d’abord ce changement par les nombreux blessés dans le camp des Huskies, particulièrement chez les défenseurs. À un certain moment donné, les Huskies étaient privés de quatre arrières réguliers en Alexis Arsenault, Loïc Bergeron, Tristan Dubois et Thomas Belzile. Dubois a récemment réintégré l’alignement, mais les trois autres brillent toujours par leur absence.

Cela dit, jamais au grand jamais Pouliot se serait douté que l’Acadien s’acclimaterait aussi rapidement à sa nouvelle position.

«Nous sommes vraiment contents de la façon dont Olivier-Luc joue, affirme Pouliot. Il fait très bien ça. C’est un bon patineur, son patinage arrière est naturel, il est bon en relance, il affronte les meilleurs attaquants adverses et je l’utilise plus de 20 minutes par match. Vraiment, il est très solide.»

En fait, Haché joue tellement bien que Pouliot entend le garder au sein de sa brigade défensive lorsque les blessés reviendront au jeu.

Haché n’est d’ailleurs pas contre l’idée de changer de position. Même qu’il y pense de plus en plus sérieusement.

«J’adore ça, affirme le numéro 18. J’apprends encore c’est sûr, mais je crois que je me débrouille bien. J’ai beaucoup de temps de jeu et Mario m’utilise à toutes les sauces, même en fin de période. En tout cas, ça fait de moi un joueur plus polyvalent. Je crois que ça peut m’aider à l’avenir.»

«Comme défenseur, j’aime particulièrement le fait qu’on voit mieux le jeu. Tu as plus de temps avec la rondelle et ça te permet du même coup d’être plus créatif», mentionne-t-il.

– L’idée de changer officiellement de position est-elle une option en vue de la prochaine saison afin d’améliorer ses chances de se trouver une place comme joueur de 20 ans?

«C’est possible. Pour l’instant, je prends ça un match à la fois. Mais je peux te dire que j’adore ça. Et de la façon que les choses vont, je crois que l’équipe veut me garder à l’arrière jusqu’à la fin de la saison», ajoute l’athlète âgé de 19 ans qui, grâce à sa vitesse, s’est même permis de marquer un but à la Bobby Orr lors du dernier match contre Chicoutimi en s’échappant fin seul devant le gardien.

En 50 rencontres, l’athlète de 5 pieds 10 pouces et 166 livres montre un dossier de six buts et neuf passes pour 15 points.

Notons que ce n’est pas la première fois que Mario Pouliot transforme un attaquant en défenseur. Il y a 14 ans, alors qu’il dirigeait les Gaulois du Collège Antoine-Girouard, Pouliot avait convaincu un certain Simon Jodoin d’abandonner sa position d’attaquant pour le transformer en défenseur. Ce même Jodoin, qui a malheureusement vu sa carrière de joueur prendre fin en raison de commotions cérébrales, a ensuite porté les couleurs des Wildcats de Moncton et des Aigles Bleus de l’Université de Moncton.

Mentionnons par ailleurs que Haché et les Huskies sont de passage dans les Maritimes, où ils disputeront trois rencontres en trois jours. Ils seront les visiteurs des Wildcats, vendredi soir, au Centre Avenir. Ils compléteront leur séjour au Scotiabank Centre de Halifax (samedi) et au Harbour Station de Saint-Jean (dimanche) afin de se mesurer respectivement aux Mooseheads et aux Sea Dogs.