Le Bleu et Or comme baume pour Mika Cyr

Mika Cyr aura encore besoin de quelques jours pour digérer la décision de la Ligue canadienne de hockey d’annuler les séries éliminatoires de ses trois circuits affiliés, ainsi que le tournoi de la coupe Memorial. Le hockeyeur de Sainte-Anne-de-Madawaska a le sentiment d’être la victime d’un tour pendable du destin.

Dès les salutations d’usage, il est évident que le talentueux attaquant des Wildcats n’a pas le cœur à rire.

«Ça pourrait aller mieux», affirme-t-il après que je lui ai demandé comment il se sentait.

«La pilule est difficile à avaler. Je suis très déçu. C’est cruel de terminer ainsi ma carrière junior. Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai tout de suite pensé à mes coéquipiers. Nous avions tellement une bonne équipe. Nous avions de bonnes chances de tout gagner. C’est plate que nous n’ayons même pas pu essayer d’y arriver», confie le numéro 24 des Wildcats.

En fait, je devrais plutôt dire l’ex-numéro 24 puisqu’avec l’annonce de lundi sa carrière junior est désormais officiellement terminée.

Évidemment, Cyr comprend les raisons qui ont mené à cette décision. C’est la faute à cette maudite COVID-19. Et à cause d’elle, c’est la santé du monde entier qui prime avant tout.

Mais en même temps, on peut compatir avec sa douleur. Le gars a disputé cinq saisons pour atteindre un objectif qui lui est soudainement arraché. Un rêve brisé au fil d’arrivée, ça fait mal. Il a 1000 fois raison, c’est cruel comme fin de carrière.

Heureusement, il y a les Aigles Bleus pour lui changer un brin les idées. D’ailleurs, on devine aisément que ce n’est pas une coïncidence si sa décision de joindre les rangs du Bleu et Or est tombée la même journée que la mauvaise nouvelle encaissée plus tôt dans la journée de lundi.

Même que le ton de voix de Cyr a changé pour le mieux quand la conversation a bifurqué sur l’U de M.

«Bien que ç’a pris du temps avant que j’en fasse l’annonce, ma décision était prise depuis longtemps, révèle-t-il. Ça fait déjà cinq ans que je suis à Moncton et ç’a joué un rôle dans ma décision. Je me sens chez nous ici et j’aime l’idée de continuer à jouer à Moncton pour les quatre ou cinq prochaines années.»

Les Aigles Bleus l’attiraient également en raison des nombreux amis qu’il compte dans l’équipe.

«Je dirais que je connais déjà la moitié du club, dit-il. Il y a d’abord mon chum Denis (Toner), avec qui j’ai joué longtemps dans le hockey mineur. Ça va être plaisant de rejouer ensemble après avoir été séparé pendant cinq saisons.»

Cyr a également joué avec plusieurs autres gars de l’équipe. C’est le cas de Ryan Chiasson et Alexandre Bernier avec les Commandos de Dieppe, de Francis Thibeault et Olivier Desjardins avec les Wildcats et de William Basque au sein de multiples équipes provinciales. Il connaît également assez bien Joey Richard et Alexandre Jacob.

«Je sais aussi déjà à quoi m’attendre avec le calibre de jeu parce que j’ai été voir de sept à huit parties cet hiver. J’ai même eu l’occasion de voir la plupart des équipes de la ligue. C’est différent du junior majeur. C’est plus rapide et plus robuste. C’est également plus intense. Le calendrier n’est que de 30 matchs et les gars ont donc plus d’énergie. C’est une ligue pour les hommes», mentionne-t-il.

«J’ai aussi beaucoup aimé voir les Aigles Bleus travailler pour améliorer l’équipe. Ils ont fait de belles acquisitions dans les derniers mois. Félix Robert et Alex-Olivier Voyer sont des joueurs spéciaux et ils ont eu des saisons exceptionnelles à Sherbrooke. Pour eux aussi ça doit être difficile l’annulation de la saison. Eux aussi ils avaient une bonne équipe», souligne-t-il.

Après une légère pause, Cyr retourne aux Aigles Bleus.

«À Moncton, il y a déjà de bons vétérans avec (Vincent) Deslauriers et (Étienne) Montpetit, entre autres. Le noyau est là. Et moi je veux faire partie de ça», raconte Cyr, qui espère avoir un impact immédiat dans les succès de l’équipe.

«J’ai vu jouer des gars comme Keith Getson et Mitchell Balmas cet hiver et même s’ils en étaient à leur première saison ils ont eu un gros impact avec leur équipe. Je vais essayer de faire comme eux», indique-t-il.

Getson et Balmas ont effectivement été des éléments importants des Huskies de Saint Mary’s dans la dernière saison. Particulièrement Balmas qui a été le troisième meilleur pointeur dans tout le pays avec 43 points (17-26).

Y a-t-il une possibilité qu’il fasse le saut chez les professionnels à l’automne? À l’écouter, les chances sont minces.

«C’est sûr que j’ai comme objectif de jouer pro à un moment donné, mais pour l’instant je m’enligne pour jouer avec les Aigles Bleus. Surtout que je ne veux pas jouer dans la East Coast. Mon style de jeu ne va pas avec cette ligue», estime-t-il.

– En tout cas Mika, je te verrais bien dans un trio complété par Félix Robert et Alex-Olivier Voyer, que je lui ai balancé en conclusion.

«Moi aussi je pense», a-t-il répondu avec humour.

Je vous le jure, il a presque rit.

Ramener la fierté parmi les objectifs du Bleu et Or

Les Aigles Bleus de l’Université de Moncton ne mentent pas quand ils disent qu’ils veulent remettre le programme de hockey masculin sur les rails de l’élite canadienne.

Et de la façon dont le Bleu et Or a progressé dans les derniers mois – incluant le recrutement en vue de la prochaine saison –, ça ne sera pas long avant que le sentiment de fierté qui habitait l’Acadie envers son équipe universitaire ne fasse son retour.

En attendant, ce qui est certain c’est que si les huit joueurs qui ont signé leur lettre d’intention se présentent comme prévu au camp d’entraînement à la fin août, les décibels seront à la hausse dans le vieil aréna J.-Louis-Lévesque.

D’autant plus que dans cette huitaine on retrouve un quatuor d’attaquants à faire baver de jalousie n’importe lequel entraîneur universitaire.

Ces bonshommes, qui ont pour nom Félix Robert, Alex-Olivier Voyer, Mika Cyr et Rémy Anglehart, ont marqué à eux quatre 146 buts cette saison dans la LHJMQ. Même que Voyer (44, 2e), Cyr (37, 7e) Robert (36, 9e) ont terminé dans le top-10 des meilleurs buteurs du circuit. Anglehart, lui, a pris le 24e échelon avec ses 29 réussites.

Évidemment, ces quatre joueurs viendront s’intégrer immédiatement au noyau dur du club dès leur arrivée dans le vestiaire de l’équipe. Noyau qui, en passant, comprend aussi le capitaine Vincent Deslauriers et le gardien Étienne Montpetit.

Cela dit, les quatre autres nouveaux venus, Émile Samson, Yann-Félix Lapointe, Denis Toner et William Basque, apporteront tous un petit quelque chose qui viendra aider la cause de l’équipe.

C’est justement pourquoi, parce qu’on sent que le vent est en train de pousser du bon côté, que l’entraîneur-chef Judes Vallée n’hésite pas à dire qu’à court terme on pense avoir une chance légitime d’aller gagner un titre national. C’est du moins l’objectif.

«Nous visons vers le haut, dit-il. Suite à la progression de l’équipe cette saison et les nouvelles acquisitions, nous voulons nous positionner pour le championnat canadien d’ici deux ans. Je peux d’ailleurs te dire que les gars qui seront de retour et qui ont pris part aux dernières séries ont déjà hâte à la prochaine saison. Les gars sont très motivés par la qualité des joueurs qui s’en viennent.»

«Nous voulons que les gens soient fiers de porter les couleurs des Aigles Bleus. Et cette fierté, de ce que j’ai vu en fin de saison, elle est encore là. Les partisans méritent tellement un club compétitif», confie l’entraîneur.

Cela dit, le recrutement n’est pas encore terminé puisque des pourparlers sont en cours avec deux autres attaquants de la LHJMQ. Judes Vallée garde bien sûr le secret quant à leur identité, mais il laisse entendre qu’ils pourraient avoir un impact aussi important que les quatre autres mentionnés en début de texte.

«Compte tenu de la qualité des gars que nous avons été chercher, ça se pourrait que nous en perdions au profit des ligues professionnelles, affirme Vallée. Sauf que nous avons aussi visé des gars pour qui l’école est importante. Ce sont des joueurs qui, si ça ne fonctionne pas chez les pros, vont venir jouer ici.»

Les autres joueurs confirmés pour la saison 2020-2021 sont les défenseurs Vincent Lanoue, Alexandre Bernier, Wilson Forest, Olivier Desjardins, Francis Thibeault et Michael Kemp, de même que les avants Joey Richard, Édouard Michaud, Gabriel Vanier, Samuel Guilbault, Alexandre Jacob, Vincent Milette et Ryan Chiasson. Il n’est également pas impossible que l’arrière Danick Crête soit de retour, mais on chuchote entre les branches qu’il envisage sérieusement d’aller jouer en Europe.