La «bible» des Jeux de l’Acadie maintenant sur les tablettes

C’est beaucoup grâce à Jean-Luc Bélanger, le père des Jeux de l’Acadie, si depuis plus de 40 ans, beau temps, mauvais temps, notre jeunesse peut exprimer son savoir-faire sportif et artistique. Pourtant, en 1979, dans cette modeste chambre d’hôtel de Moncton où les Jeux ont été conçus en catimini, il y avait un autre gars dont le rôle aura été d’une importance capitale dans la conception. Son nom est Léger. Normand Léger.

Ce n’est donc pas une coïncidence si c’est vers ce journaliste de carrière que s’est tournée la Société des Jeux de l’Acadie (SJA) afin d’immortaliser les 40 premières années du plus grand rassemblement annuel de la jeunesse acadienne.

De ce projet est né Jeux de l’Acadie: Je suis avec toi depuis 40 ans!, un livre de 200 pages publié aux Éditions de la Francophonie.

Normand Léger ne pouvait évidemment pas laisser passer une telle occasion, lui qui voue pour les Jeux une grande affection. Il n’y a qu’à l’écouter parler pour réaliser à quel point son attachement pour les Jeux est sincère.

D’ailleurs, on trouve tout ce qu’il faut savoir sur les Jeux de l’Acadie dans cet ouvrage. C’est tellement complet que le sobriquet «Bible des Jeux» ne tardera pas à lui être collé.

C’est sans compter qu’elle a de la gueule cette petite «bible» avec ses nombreux témoignages, ses statistiques on ne peut plus complètes et ses plus de 400 photos.

Au niveau des anecdotes qui s’y trouvent, sachez qu’au départ les Jeux ne devaient être qu’un événement d’une seule année. Jean-Luc Bélanger et Normand Léger étaient juste curieux de voir ce que l’organisation d’un tel événement pouvait donner en Acadie. Il faut dire que le premier avait pris plaisir à organiser les Jeux du Restigouche, alors que le second flottait encore sur un nuage après avoir couvert les Jeux du Commonwealth à Edmonton en 1978.

«Ça ne devait que durer une fin de semaine, mais vu le succès c’est resté. Je me souviens encore de Vance Toner et Donat Thériault, le président du COFJA des premiers Jeux, qui étaient venus nous dire avant même la cérémonie de clôture qu’ils n’avaient pas le choix de continuer. Ça avait vraiment été un grand succès cette première édition», raconte Normand Léger.

La popularité des Jeux de l’Acadie ne s’en démord effectivement pas puisque plus de 39 500 athlètes et artistes ont depuis pris part à l’une des 40 Finales. Ça fait beaucoup de monde.

«Nous avons travaillé fort pour compléter ce livre, affirme d’autre part Normand Léger. Je dis nous parce que ça ne s’est pas fait tout seul. Il y a eu de belles collaborations et la SJA possédait une banque d’archives pas mal intéressante. Je dirais que le plus difficile aura été de trouver des photos. Au total, j’ai consacré 14 mois pour la rédaction de ce livre.»

L’auteur de Jeux de l’Acadie: Je suis avec toi depuis 40 ans! est d’autant plus emballé que ça lui a permis de replonger tête première dans son passé.

«La première Finale avait été vraiment incroyable. J’en ai encore des frissons juste d’en parler. C’était beau de voir l’énergie des jeunes. Ils étaient tellement contents que nous ayons eu l’idée d’organiser un tel événement pour eux», confie-t-il.

«Encore aujourd’hui, les Jeux de l’Acadie me font beaucoup d’effet. J’adore toujours autant de voir les couleurs des délégations, les cérémonies et les disciplines», ajoute Normand Léger qui est aussi l’auteur de De Che nous à la butte, un livre historique sur les sportifs de la communauté de Saint-Paul-de-Kent.

En raison de la COVID-19, il est toutefois impossible de savoir quand aura lieu le lancement du livre.

Mentionnons par ailleurs que la SJA fera dans les prochains jours une annonce concernant la 41e Finale.

Bien qu’il n’y a encore rien d’officiel, il ne faudrait pas s’étonner que la Finale de Saint-Jean, qui doit avoir lieu du 24 au 28 juin, soit à son tour annulé comme tous les autres événements sportifs et culturels à travers le monde.