Félix Rioux: un joueur-étudiant exemplaire

Quand il en aura terminé avec ses études, Félix Rioux rêve d’aventures sur la scène internationale. En attendant, entre deux coups de patin, l’ailier gauche du Blizzard d’Edmundston ne cesse d’étoffer son curriculum vitae. Un mois après avoir été choisi le joueur-étudiant de la dernière saison dans la Ligue junior des Maritimes (MHL), l’athlète de Saint-Jean-de-Dieu s’est vu remettre la semaine dernière une bourse d’études de 1000$ de la famille Nickerson.

Rioux était en lice pour le prix de joueur-étudiant de l’année de la Ligue de hockey junior canadienne (LHJC), mais c’est finalement Jojo Tanaka-Campbell, des Vipères de Vernon (BCHL), qui l’a emporté. L’autre finaliste, Adam King, des Golden Hawks de Trenton (OJHL), a reçu une bourse de 500$.

«Ça faisait un bout que j’attends pour cette nouvelle, raconte Rioux, qui célébrera son 20e anniversaire de naissance le 15 juin prochain. Je suis vraiment content de cette bourse. Ça va bien paraître dans mon CV plus tard.»

Rioux étudie actuellement en science sociale avec majeure en science politique et mineur en histoire. Il compte ensuite aller chercher une maîtrise en relation internationale.

«Je rêve d’aventure, dit-il. J’aimerais travailler pour l’ONU par exemple.»

«Dans mon cas, les études ont toujours passé en premier. Plus jeune, mes parents m’ont fait comprendre dès le départ que je devais d’abord prioriser mes études. Ils m’ont prévenu que si jamais ça allait moins bien à l’école, le hockey allait prendre le bord. Et comme j’aime beaucoup jouer au hockey, j’ai vite compris le message», confie-t-il en riant.

Joueur d’énergie, Félix Rioux entamera sa troisième campagne avec le Blizzard cet automne, à moins que la pandémie ne vienne tout saboter.

«J’ai déjà parlé avec l’entraîneur (Emery Olauson) et il m’a fait savoir qu’il voulait m’avoir pour une troisième saison. Je ne sais pas si mon rôle va changer, mais je vais continuer de jouer comme je l’ai toujours fait. J’ai toujours fait ma marque avec mon éthique de travail. Les statistiques ne m’ont jamais vraiment intéressées. J’ai aussi l’intention d’apporter plus de leadership dans le vestiaire. Par exemple, je ne me gênerai pas pour promouvoir l’importance des études», affirme Rioux.

Au fil des années, Félix Rioux s’est fait une spécialité de jouer en compagnie de plusieurs joueurs qui ont ensuite porté les couleurs du Titan d’Acadie-Bathurst. On retrouve dans cette longue liste le gardien Tristan Bérubé, les défenseurs Félix-Antoine Drolet, Antoine Leblanc et Yan Aucoin, ainsi que les attaquants Mathieu Desgagnés, Rémy Anglehart, William Champagne et Mathieu Samson.

«C’est vrai que j’ai joué avec pas mal de gars qui se sont retrouvés à Bathurst. À un moment donné, je crois que je connaissais près de la moitié de l’équipe», révèle en riant l’ancien choix de 9e ronde (154e au total, 2016) des Saguenéens de Chicoutimi.

En 100 rencontres avec la formation d’Edmundston, Rioux totalise 8 buts et 17 passes pour 25 points. Réputé pour son intensité dans les coins de patinoire, l’ailier gauche de 5 pieds 11 pouces et 175 livres a aussi accumulé 227 minutes au cachot.

Ah oui, le numéro 11 du Blizzard est également le frère cadet du gardien Jason Rioux des Aigles Bleus de l’Université de Moncton. C’est justement avec le Bleu et Or que Félix Rioux espère terminer ses études universitaires, une fois qu’il en aura terminé avec le hockey junior. Il rêve bien sûr de porter les couleurs de l’équipe.

Notons par ailleurs que le gardien Devon Levi, des Canadiens de Carleton Place (CCHL), a été choisi le joueur de l’année dans la LHJC. En 37 duels, le Québécois de Dollard-des-Ormeaux a maintenant une moyenne de buts alloués de 1,47 et un taux d’arrêts de ,941. Cet honneur vient s’ajouter à une pluie de prix remportés ces derniers mois, dont le titre de Joueur par excellence, le Gardien de l’année et le Meilleur espoir de la CCHL, le Meilleur gardien et la Meilleure recrue de la LHJC, de même que le titre de Joueur par excellence du Défi mondial junior A 2019.