Jett McCullum, l’un des surdoués des Flyers

Si vous suivez ne serait-ce qu’un tantinet le hockey midget AAA, vous avez probablement déjà entendu parler des quatre jeunes surdoués de la brigade défensive des Flyers de Moncton. Ils sont dans l’ordre (de préférence du Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ) Matteo Mann, Dyllan Gill, Coen Strang et Jett McCullum. Tout un chacun ont du talent qui lui sort par les oreilles et qui font saliver plusieurs formations du circuit.

Des quatre, le journal a choisi de vous présenter Jett McCullum, le moins bien répertorié par le CSR qui le voit comme un espoir de 9e à 12e ronde.

Pourtant, en dépit de ses prénom et nom qu’on croirait emprunté à un personnage de la série de films d’action Fast and Furious, Jett McCullum est celui qui a amassé le plus de points en saison régulière malgré une blessure à l’aine qui lui a fait rater six rencontres.

En 33 duels, l’arrière gaucher de 5 pieds 9 pouces et 165 livres a amassé sept buts et 15 passes pour 22 points.

Né d’un père anglophone (Daniel McCullum) et d’une mère francophone (Rachel Richard), le jeune Jett nous vient, à l’instar de Jacob Long, d’une véritable famille de hockeyeurs.

Son oncle Jacques Richard a évolué pour les Harfangs de Beauport en 1993-1994. Le cousin de sa mère, Patrice Thériault, a lui joué pour les Wildcats de Moncton, les Huskies de Rouyn-Noranda et les Tigres de Victoriaville de 1998 à 2002. Et il y a aussi son cousin David Doucet, que le Titan d’Acadie-Bathurst a acquis pendant la dernière période des Fêtes des Eagles du Cap-Breton. Bref, de quoi bâtir un club champion pour un tournoi de famille.

«Je suis excité à l’idée d’être repêché par une équipe de la LHJMQ», s’exclame le sympathique adolescent de Moncton, qui fréquente l’école L’Odyssée.

«Je m’entraîne depuis des années pour ça, dit-il. C’est un moment excitant pour moi et ma famille. J’ai déjà parlé à la majorité des équipes et je n’ai aucune préférence où aller. Je serai content peu importe l’équipe qui va me choisir. Je veux jouer dans la LHJMQ.»

Bien que sa blessure à l’aine lui a fait rater le Ice Jam – un tournoi présenté à Halifax qui attire chaque année des tonnes de recruteurs -, ce qui ça lui a probablement coûté quelques rangs dans la liste du CSR, Jett n’en fait aucun cas.

«Honnêtement, je ne suis pas certain que ç’a eu un effet, confie-t-il. De toute façon, il n’y a rien que je puisse faire pour changer ça. Et pour tout dire, ça ne me dérange pas vraiment. Je connais mes habiletés et je ne demande pas mieux que de montrer aux équipes que je suis en mesure de jouer au prochain niveau.»

Comme il n’aura 16 ans que le 30 octobre, Jett devra attendre en 2023 avant d’être disponible pour l’encan de la LNH. Ça en fait donc l’un des joueurs les plus jeunes pour le repêchage de la LHJMQ qui aura lieu dans deux semaines.

Ces jours-ci, le jeune arrière s’entraîne chaque jour pour améliorer sa force physique.

«Je suis un maniaque de l’entraînement, avoue-t-il. Je prends ça très au sérieux parce que je veux faire carrière dans le hockey. J’ai toujours été quelqu’un qui travaille fort. C’est justement ce qui m’a permis de me rendre jusqu’ici.»

Par ailleurs, en ce qui concerne ses trois coéquipiers qui évoluent comme lui en défensive, Jett assure qu’il n’y a aucune rivalité entre eux. Matteo Mann est considéré le 15e meilleur espoir de l’encan et Dyllan Gill figure au 47e échelon. Quant à Coen Strang, le CSR le catalogue comme un espoir de la 6e à la 8e ronde.

«Nous étions déjà de bons amis avant de jouer pour les Flyers et nous nous sommes encore plus rapprochés pendant la dernière saison. Nous sommes quatre défenseurs différents dans notre façon de jouer. Je suis convaincu que nous allons tous passer au prochain niveau», mentionne celui qui se voit comme un arrière capable de jouer des deux côtés de la patinoire, qui voit bien le jeu et qui est habile avec la rondelle.

Outre ces quatre défenseurs, plusieurs autres porte-couleurs des Flyers devraient trouver preneur lors de l’encan, à commencer par Samuel Savoie, répertorié au quatrième rang. Les autres sont Braeden MacPhee et Tristan Sanchez (6e à 8e ronde), ainsi qu’Alexis Daniel (9e à 12e ronde). Alex Ferguson et Alex Petrie ont aussi de bonnes chances d’être repêchés.

– En terminant Jett, peux-tu bien m’expliquer pourquoi tu as reçu un tel prénom?

«Je n’en suis pas certain, mais je crois que mon père voulait que je sois un jour un athlète et que je sois rapide», rétorque-t-il en riant.

Daniel McCullum serait-il un devin?