Michaël Poirier évoluera au Royaume-Uni

Dans quelques semaines, Michaël Poirier s’envolera vers l’Écosse où il effectuera cet automne ses débuts professionnels avec les Stars de Dundee, dans la Ligue de hockey élite du Royaume-Uni (EIHL).

L’Acadien de Moncton, qui vient de compléter sa quatrième et dernière campagne avec les Gee-Gees de l’Université d’Ottawa, ne cache pas son émoi à l’idée de cette nouvelle aventure qui l’attend.

«Je me sens très bien dans mes souliers, s’exclame en riant le défenseur de 6 pieds 1 pouce et 190 livres. C’est mon agent Adrian Soun (Import Sports Management) qui m’a trouvé ce contrat. Il était en contact avec des équipes de France et du Royaume-Uni. L’entraîneur de Dundee, Omar Pacha, a alors appelé l’entraîneur des Gee-Gees Patrick Grandmaître qui a parlé en bien de moi.»

Poirier se voit comme un arrière capable de bien jouer dans les deux zones de la surface glacée, en plus d’être en mesure de contribuer à l’attaque.

«Jouer dans la East Coast ne m’intéressait pas, soutient-il. Mon plan A c’était l’Europe. Et maintenant que je me suis mis les pieds, on va voir comment ça va aller. Si tout va bien, peut-être que je pourrai jouer dans un calibre de jeu encore plus élevé à l’avenir .»

«En attendant, je ne me mets pas de pression. Ce n’était pas prévu quand je me suis présenté à l’Université d’Ottawa de jouer professionnel. Si je joue au hockey, c’est surtout parce que j’aime ça. Et si jamais ça ne fonctionne pas, j’aurai mon bac en économie que je termine actuellement en ligne», confie l’ancienne défenseur étoile des Commandos de Dieppe.

Selon Poirier, ce premier contrat professionnel prouve qu’il n’est pas nécessaire d’avoir été une vedette dans le junior majeur pour se rendre jusqu’au niveau professionnel.

«Je suis pas mal excité de mon parcours. À 15 ans, j’ai dû passer le hockey scolaire avec les Olympiens de L’Odyssée avant de pouvoir jouer avec les Flyers de Moncton dans le midget AAA. Je n’ai également pu jouer qu’une dizaine de matchs avec les Wildcats. C’est surtout avec les Commandos que je me suis développé grâce à des entraîneurs comme Jeff LeBlanc, Doug Doull, Alexandre Vigneault et Jean-François Damphousse», mentionne Poirier.

«À Ottawa, Patrick Grandmaître m’a permis de peaufiner tous les aspects de mon jeu, en plus de moi un homme. Quand je suis arrivé à Ottawa, je ne pesais que 165 livres», ajoute-t-il avec humour.

À Dundee, Michaël Poirier retrouvera son bon ami Connor Sills, avec qui il a joué ses quatre saisons à Ottawa. Il y a aussi l’ancienne vedette des Wildcats Matt Marquardt qui porte les couleurs des Stars.

«Tout dépend de la pandémie, mais ça augure bien pour que la saison débute à la mi-octobre», termine-t-il.

En 94 parties avec les Gee-Gees, Michaël Poirier a compilé 11 buts et 38 passes pour 49 points. Il a ajouté quatre filets et sept mentions d’aide en 22 duels éliminatoires.

Le Circuit du Royaume-Uni, qui a vu le jour en 1929, comprend présentement 10 équipes, soit les Flyers de Fife, le Clan de Glasgow, le Blaze de Coventry, les Flames de Guildford, le Storm de Manchester, les Giants de Belfast, les Devils de Cardiff, les Panthers de Nottingham les Steelers de Sheffield et bien sûr les Stars de Dundee.