Trois Néo-Brunswickoises invitées au camp d’Équipe Canada M18

Dominique Cormier, Érica Plourde et Abby Hustler ont été invitées au camp estival de l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans, en vue d’une possible participation au Championnat mondial de 2021 de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) qui sera présenté dans les villes de Plymouth et Ann Arbor, dans l’état du Michigan, du 15 au 25 avril prochain.

Si l’invitation de Cormier ne surprend personne – elle qui a goûté au hockey international en août dernier au sein du même programme à l’occasion d’une série de trois rencontres face aux États-Unis – celles de Plourde et Hustler sont de belles surprises.

«Je ne m’y attendais pas du tout, révèle Plourde, qui dit avoir appris la nouvelle il y a déjà deux mois. J’ai obtenu l’invitation par courriel et il a fallu que je la relise une deuxième fois pour être certaine que c’était vrai. De prendre part à un camp d’Équipe Canada, j’en rêve depuis longtemps. Mon rêve ultime c’est de prendre part un jour aux Jeux olympiques et j’y crois.»

Réputée pour la qualité de son jeu offensif, l’attaquante de Pigeon Hill a amassé pas moins de 54 buts et 23 passes pour 77 points en 42 rencontres au cours des deux dernières saisons dans la Ligue midget AAA de la Nouvelle-Écosse.

Des chiffres fort impressionnants quand on sait qu’il lui reste encore une autre saison d’éligibilité dans ce circuit. Plourde évolue pour les Rockets d’Edza Est.

«Les filles qui font partie du noyau de l’équipe sont pas mal toutes de retour et nous avons l’objectif de remporter au moins le Championnat de l’Atlantique», dit celle qui a déjà fait savoir qu’elle allait rejoindre les Aigles Bleues de l’Université de Moncton à compter de la saison 2021-2022.

«Ç’a toujours été clair dans ma tête que j’allais aller jouer pour les Aigles Bleues, mentionne-t-elle. Je veux suivre les traces de ma marraine, Marie-Hélène Plourde.»

Cormier, pour sa part, est l’une des cinq vétéranes du programme nationale qui sont de retour. Les quatre autres sont la Québécoise Ève Gascon, l’Ontarienne Lindsay Bochna, la Britanno-Colombienne Sarah Paul et l’Albertine Sara Wozniewicz.

En raison de la pandémie, il est toutefois déjà assuré que la série contre les Américaines n’aura pas lieu. Il reste donc à l’enjeu une participation au Mondial des moins de 18 ans.

«S’il y a un camp d’entraînement ce sera en décembre. Je suis optimiste. Je suis convaincu que ça va revenir à la normale d’ici la fin de l’automne», indique celle qui disputera une troisième et dernière campagne avec l’équipe du Collège Stanstead au Québec.

En 2021-2022, l’arrière de Sainte-Marie-de-Kent rejoindra le programme de l’Université Princeton, dans l’état du New Jersey, au sein de la NCAA.

Mentionnons qu’Abby Hustler, qui est originaire de Hardwicke, est une attaquante à qui il reste une ultime saison avec le programme de la Ontario Hockey Academy Tardiff. À compter de 2021-2022, elle portera les couleurs de l’Université St. Lawrence, située dans l’état de New York, également dans la NCAA.

À noter que Dominique Cormier et Érica Plourde sont respectivement les soeurs du défenseur Lukas Cormier, des Islanders de Charlottetown, et Yan Plourde, ex-attaquant du Titan d’Acadie-Bathurst.

Au total, 59 joueuses ont été invitées à ce camp virtuel, soit neuf gardiennes, 20 arrières et 30 attaquantes. Le camp comprendra aussi 50 joueuses du programme de développement des moins de 23 ans.

«Il est important de reconnaître au sein de nos programmes le travail accompli par les athlètes qui ont attiré notre attention. Elles sont des éléments importants de notre avenir», affirme la directrice des équipes nationales féminines de Hockey Canada Gina Kingsbury.

«Les séances virtuelles nous permettent de fournir des renseignements à nos athlètes à propos de leur développement et d’interagir avec elles. Nous essayons aussi de profiter de cette occasion pour nos athlètes de la prochaine génération et nos athlètes seniors, ce qui crée un lien solide entre les générations de notre programme», ajoute Mme Kingsbury.

Les séances virtuelles au fil de l’été porteront notamment sur des plans de préparation physique à domicile, des plans et des suivis relatifs à la performance mentale, la nutrition, les habiletés hors glace, des simulations de patinage, des activités de promotion du travail équipe, la préparation aux compétitions internationales de courte durée et des réunions avec le personnel des entraîneurs.

Les séances en ligne auront lieu jusqu’à deux fois par semaine.