LHSAC: les Ice Dogs déménageraient à Miramichi

Bien que la pandémie laisse encore plusieurs trucs en suspens, la Ligue de hockey senior Acadie-Chaleur (LHSAC) devrait néanmoins opérer avec six clubs en 2020-2021.

Si les Alpines de Tracadie, les Acadiens de Caraquet, les Marchands de Shippagan, les Mooseheads de Chaleur et les Maraudeurs de Dalhousie ont confirmé leur présence lors de l’assemblée annuelle, mardi, les Ice Dogs de Néguac devraient de leur côté déménager leurs pénates à Miramichi.

«Olivier Savoie m’a déclaré qu’il abandonnait Néguac. Mais Allen Menzies, qui n’était pas présent à la réunion, s’est fait le porte-parole d’un groupe de Miramichi qui veut poursuivre l’aventure. L’équipe conserverait le même nom», a déclaré le président de la LHSAC Charles Albert.

Un groupe de Lamèque a par ailleurs fait une demande pour adhérer à la ligue, mais le tout a été refusé.

«Shippagan occupe déjà le territoire et l’équipe a fait savoir qu’elle serait de retour avec un nouveau groupe de dirigeants. Et tant que Shippagan sera dans la ligue, il n’y aura pas de place pour Lamèque», a mentionné le président Albert.

Plusieurs modifications ont d’autre part été apportées à la constitution de la LHSAC.

Ainsi, le règlement qui permettait à chaque équipe de faire jouer un maximum de six joueurs âgés de 31 ans et plus au 31 décembre de l’année en cours a été modifié. Il a été décidé que l’âge maximum allait augmenter d’une année chaque saison, ce qui signifie que chaque club pourra habiller six joueurs âgés de 32 ans et plus lors d’un match à compter de 2020-2021. La saison suivante, l’âge maximum permis sera de 33 ans et ainsi de suite.

«Trois équipes (Tracadie, Dalhousie et Chaleur) voulaient carrément abolir le règlement de la limite d’âge, mais nous en sommes finalement venus à ce compromis. Il ne faut pas oublier que nous avons un produit à vendre et si on fait exception de Dalhousie, les foules n’ont pas été extraordinaires la saison dernière. Nous voulons présenter un produit de qualité aux partisans et c’est donc important que les meilleurs joueurs de chaque territoire puissent jouer», a confié Charles Albert.

Parmi les autres changements, il y en a deux qui visent à diminuer la violence lors des matchs.

Par exemple, un joueur qui était impliqué dans une deuxième bagarre pendant la saison était jadis automatiquement suspendu pour un match, puis pour trois parties après une troisième bagarre, cinq parties pour un quatrième combat et suspendu pour la saison après une cinquième altercation. Désormais, le fautif sera chassé pour trois duels à son deuxième combat, pour cinq rencontres à la troisième bagarre et suspendu pour la saison à son quatrième combat.

De plus, comme cela se fait au hockey mineur, tous les actes de violence (coup de coude, double-échec, dardage, etc.) seront désormais regroupés dans une seule catégorie d’infractions graves et entraîneront des sanctions plus sévères.

Mentionnons aussi qu’il n’est pas assuré que le week-end des étoiles soit présenté en 2020-2021.

«Il faut d’abord savoir quand nous allons pouvoir débuter la saison. Si nous ne pouvons commencer qu’en janvier, je doute fort que nous ayons le temps pour présenter un week-end des étoiles. Et aussi, il faut également qu’une équipe soit intéressée à s’en occuper. En janvier dernier, comme la journée de dimanche coïncidait avec la finale du Mondial junior, il n’y avait pas beaucoup de monde dans le complexe S.-A.-Dionne», a révélé le président Charles Albert.

Enfin, la ligue prévoit se réunir à nouveau en septembre afin de préparer la prochaine saison. Les équipes ont d’ailleurs été avisées de réfléchir à un plan B si jamais la COVID-19 continue de compliquer les choses, dont la distanciation sociale qui demeure en vigueur jusqu’à avis contraire.