Dominic Cormier jouera à Reading

Décidément, les équipes professionnelles semblent avoir pris goût aux hockeyeurs acadiens des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa. Moins de trois semaines après Michaël Poirier et Mathieu Newcomb, c’est maintenant au tour de Dominic Cormier de fait le grand saut. Le défenseur de Moncton vient de parapher un contrat d’un an avec les Royals de Reading dans la Ligue de la Côte-Est.

Âgé de 22 ans, Cormier aura eu le temps de compléter une seule saison avec les Gee-Gees, au cours de laquelle il s’est illustré au point d’être choisi au sein de l’équipe des recrues du Circuit universitaire ontarien. En 27 parties, il a enregistré 20 points, dont trois buts.

«C’est excitant, s’est exclamé Cormier. C’est mon rêve depuis longtemps de jouer professionnel.»

L’arrière de 5 pieds 11 pouces et 181 livres s’amène à Reading avec la ferme intention de gravir les échelons. Notons que les Royals sont affiliés aux Flyers de Philadelphie dans la Ligue nationale et aux Phantoms de Raleigh dans la Ligue américaine.

«Mon objectif est de convaincre l’organisation de m’offrir un deuxième contrat, dit-il. Les Royals m’ont dit qu’ils aimaient mon style.»

Réputé pour ses qualités offensives, Cormier dit avoir grandement amélioré son jeu défensif à Ottawa. Quoique l’ancienne vedette des Tigres de Victoriaville a réussi à transposer son jeu offensif dans le hockey universitaire, il croit que son travail pour améliorer son jeu défensif explique d’abord et avant tout l’intérêt des Royals à son endroit.

«Mon jeu n’a pas vraiment changé au cours des dernières années, mais j’ai beaucoup travaillé sur mon jeu défensif à Ottawa. Je suis certain que ça m’a aidé pour avoir ce contrat», confie-t-il.

À savoir si quitter les Gee-Gees a été difficile, Cormier répond dans la négative. La reconstruction du club n’a également aucun rapport quant sa décision.

«Avec la saison universitaire qui pourrait ne pas avoir lieu à cause de la COVID-19 et aussi parce que je réalise mon rêve, j’ai décidé d’accepter l’offre des Royals. Je n’ai rien contre les Gee-Gees qui sont l’une des meilleures organisations universitaires au Canada. J’ai confiance qu’ils vont continuer de bien aller avec les excellents joueurs qu’ils ont recrutés», mentionne-t-il.

Cormier, qui habite cet été à Victoriaville, s’entraîne cinq fois par semaine sur la glace en compagnie d’un entraîneur privé, Nicolas Latulippe. Ce dernier n’est pas inconnu des amateurs de hockey du Nouveau-Brunswick puisqu’il a porté les couleurs du Titan d’Acadie-Bathurst pendant une centaine de matchs de 2013 à 2015.

En 259 matchs dans la LHJMQ, Cormier a totalisé 30 buts et 102 mentions d’aide pour 132 points. À noter qu’il a aussi porté les couleurs de l’Océanic de Rimouski, qui l’avaient d’ailleurs repêché en sixième ronde (95e au total) lors de l’encan de 2014.

Rappelons que Michaël Poirier (Moncton) et Mathieu Newcomb (Grande-Digue), qui sont eux aussi des anciens des Gee-Gees, ont respectivement accepté des offres des équipes de Dundee (Écosse, EIHL) et de Huntsville (SPHL).