Danick Crête quitte le Bleu et Or pour devenir un Scorpion

Mardi, le défenseur âgé de 23 ans a confirmé qu’il venait de parapher une entente avec les Scorpions de Mulhouse dans la Ligue Magnus en France.

En entrevue, Crête a révélé qu’il était également courtisé par une équipe de Division 1 en France, de même que par une formation d’Italie et une autre de l’Angleterre.

L’offre des Scorpions se voulait toutefois la meilleure. D’autant plus que le nouvel entraîneur des Scorpions, Alexandre Gagnon, le connaît bien puisqu’il l’a vu jouer à plusieurs reprises dans la Ligue junior AAA du Québec. À l’époque, Crête évoluait pour les Braves de Valleyfield et Gagnon dirigeait les Panthères de Saint-Jérôme.

«Les Scorpions m’ont promis un poste top-4 et Alexandre Gagnon, qui est Québécois comme moi, me connaît bien. C’est d’ailleurs avec lui que j’ai surtout parlé», raconte Crête, auteur de 12 buts et 25 passes pour 37 points en 85 matchs avec les Aigles Bleus.

«Le hockey professionnel, j’en rêve depuis très longtemps. Comme tous les autres, j’ai rêvé moi aussi à la Ligue nationale, mais je suis rapidement devenu plus réaliste dans mes objectifs. Je me souviens qu’à l’âge de 13 ou 14 ans, je disais que je voulais aller jouer au hockey en Europe quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard dans la vie», confie Crête.

En fait, Crête a bien failli réaliser son rêve il y a trois ans après avoir complété son hockey junior.

«J’avais commencé à regarder les possibilités en Europe quand Jean-François Damphousse, m’a contacté pour me parler des Aigles Bleus», dit-il.

En d’autres mots, l’ancien directeur général du Bleu et Or l’a convaincu de mettre en veilleuse ses plans professionnels. La pandémie, qui menace la prochaine saison universitaire, et le fait qu’il peut compléter la dernière année de son bac en comptabilité à distance, l’a finalement convaincu de faire le saut.

Crête se joint à une équipe qui a pris la cinquième place sur 11 équipes en 2019-2020 dans le meilleur circuit de hockey en France. Les Scorpions ont terminé la saison avec 21 victoires, dont quatre en prolongation, et 19 revers, dont trois en prolongation, pour un total de 62 points au classement.

Parmi ses nouveaux coéquipiers, Crête pourra compter sur l’ancienne vedette du Titan d’Acadie-Bathurst Jonathan Lessard, l’ancien porte-couleurs des Wildcats de Moncton et des Commandos de Dieppe Cody Drover, l’ancien des Sea Dogs de Saint-Jean Colin Campbell et l’ex-joueur étoile des Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard, des Foreurs de Val-d’Or et des Olympiques de Gatineau Louick Marcotte.

«Je ne connais pas vraiment mes nouveaux coéquipiers, mais je sais par contre que Yann Sauvé, qui est originaire de Rigaud comme moi, évolue pour les Brûleurs de Loups de Grenoble», signale Crête en riant.

À moins d’un changement de plan, la Ligue Magnus devrait entamer sa saison le 24 septembre. Crête s’envolera vers Mulhouse le 10 août afin de se familiariser avec la ville avant le début du camp d’entraînement prévu pour le 17 août.

Dans un communiqué publié par l’organisation des Scorpions, l’entraîneur Alexandre Gagnon a vanté les qualités de son nouveau joueur.

«Danick est un défenseur qui est aussi bon offensivement que défensivement. C’est un arrière très mobile sur ses patins et agile avec la rondelle. Il n’a pas un gros gabarit, mais les attaquants adverses devront rester vigilants, car il sait donner de bonnes mises en échec. Danick est ultra-polyvalent. Il est capable de jouer dans toutes les situations de jeu et même à l’attaque au besoin», a fait savoir Gagnon.

Outre les Aigles Bleus, Crête a aussi porté les couleurs des Tigres de Victoriaville pendant 40 matchs. Il y a compilé 12 points (1-11).

Justin Miron se joint aux Aigles Bleus

À la suite du départ de Danick Crête, les Aigles Bleus de l’Université de Moncton n’auront pas mis de temps à ajouter un nouvel élément à leur brigade défensive. Il s’agit du Québécois Justin Miron, un colosse de 6 pieds 2 pouces et 205 livres originaire de Mirabel.

Âgé de 21 ans, l’ancien défenseur de l’organisation des Huskies de Rouyn-Noranda, avec laquelle il n’aura toutefois disputé qu’un seul match, a évolué au cours des deux dernières années avec les Lumberjacks de Hearst dans la Ligue junior AAA du Nord de l’Ontario (NOJHL).

En 100 matchs de saison régulière, Miron y a amassé 41 points (10-31), en plus de deux mentions d’aide en 17 parties éliminatoires. En 2018-2019, il a d’ailleurs aidé les Lumberjacks à remporter le championnat des séries.

«Je suis excité de me joindre aux Aigles Bleus, a révélé Justin Miron dans un communiqué des Aigles Bleus remis aux médias. Je ne connais pas grand-chose du hockey universitaire, mais c’est un niveau élevé et c’est cela que je cherche.»

«Afin de percer l’alignement, je sais que je devrai travailler fort et de faire mes preuves. J’ai bien joué avec les Lumberjacks les deux dernières saisons. J’ai réussi à me développer davantage comme joueur de hockey», mentionne Miron, qui rêve des Aigles Bleus depuis déjà quelques années.

Éric Lafrance, un gardien qui a porté les couleurs du Bleu et Or pendant cinq saisons entre 2003 et 2008 et qui est marié avec l’une des cousines de la mère de Justin, avait fortement encouragé ce dernier, alors qu’il était encore adolescent, à fréquenter le campus de Moncton. À l’évidence, Miron n’a pas oublié son conseil, quoique ce n’est que l’an dernier qu’il a vraiment été convaincu que l’U de M était le meilleur endroit pour lui.

«Je suis quelqu’un qui possède une bonne éthique de travail et qui travaille fort dans tout ce qu’il entreprendre», ajoute Miron, qui poursuivra des études en kinésiologie.

«J’ai bien hâte de retrouver Justin à l’entraînement, indique l’entraîneur-chef Judes Vallée. Il ajoute de la profondeur, de la taille et de la force à notre défensive.»