Un ancien Wildcats est décédé à 42 ans

Alexei Tezikov, l’une des premières grandes vedettes dans l’histoire des Wildcats de Moncton, est décédé jeudi à l’âge de 42 ans.

Le défenseur gaucher aurait été victime d’un malaise alors qu’il marchait dans une rue de Togliatti, sa ville natale. Il serait décédé avant l’arrivée des secours.

Premier choix européen des Wildcats en 1997, le quatrième au total, Tezikov s’est immédiatement imposé à la ligne bleue des Chats Sauvages.

L’entraîneur adjoint Roland Collette se souvient d’un défenseur au talent illimité.

«Il était le prototype du défenseur parfait que toutes les équipes recherchent aujourd’hui, raconte Collette. C’est le plus beau talent naturel avec lequel j’ai eu la chance de travailler.»

«Il avait des habiletés incroyables. Il savait manier la rondelle. Il avait un gros lancer et son coup de patin était exceptionnel. Il me faisait un peu penser à Paul Coffey par sa façon de patiner. Nous l’utilisions à toutes les sauces et il était de loin notre meilleur joueur», confie Collette.

«Malheureusement, il était habité par des démons intérieurs à l’extérieur de la patinoire qui l’ont empêché d’avoir une grande carrière dans la Ligue nationale», ajoute l’ancien adjoint de Lucien Deblois et de Réal Paiement.

«Tezi était un homme parmi des enfants, mentionne Alexandre Vigneault. J’ai justement parlé de lui avec David Comeau plus tôt aujourd’hui. Même s’il venait de la Russie, il a rapidement maîtrisé le hockey nord-américain. Je me souviens qu’il nous traitait de moumounes quand nous étions fatigués après un entraînement.»

«Mon fils m’a demandé aujourd’hui où je le mettrais dans l’histoire des Wildcats. Je lui ai dit qu’en matière de talent, il fait certainement partie du top-3. Sa carrière professionnelle ne rend nullement justice au joueur qu’il était. Il était notre meilleur joueur à l’équipe. C’était un joueur spécial et il était fort comme un boeuf. Ses cuisses ressemblaient à des troncs d’arbre», révèle Vigneault.

«Tezi s’était rapidement intégré à la communauté. Il allait même s’amuser régulièrement avec des joueurs oldtimer sur l’heure du midi et il avait autant de plaisir à jouer avec eux qu’avec nous», indique Vigneault.

«Il a été le premier joueur avec qui j’ai joué que je savais qu’il se rendrait jusqu’à la Ligue nationale, lance Dominic Noël. J’ai eu la chance d’être son co-chambreur à quelques reprises sur la route et c’était un Européen différent des autres. Il était drôle et il dégageait une grande confiance en lui sans être arrogant.»

«Je me rappelle aussi qu’il jouait avec une très petite palette sur son bâton. Il limait sa palette tellement mince que je me suis déjà dit que je n’aimerais pas me faire darder par lui», poursuit Noël.

«C’est jeune 42 ans pour mourir, déclare pour sa part Jean-François Damphousse. Il a été un joueur très important dans l’histoire de l’équipe. Quand il est arrivé à Moncton, il a immédiatement apporté de la crédibilité et de la stabilité à l’équipe. Il avait beaucoup de talent. Pour moi, c’est un grand mystère qu’il n’ait pas eu une longue carrière dans la LNH.»

«C’est certainement le joueur le plus talentueux avec lequel j’ai joué, souligne Sébastien Roger. Les Européens qui arrivaient dans la ligue avaient la réputation d’être un peu frileux. Pas lui. Il avait non seulement beaucoup de talent, mais il donnait aussi de grosses mises en échec et il pouvait jeter les gants. Il a joué un grand rôle dans ma saison de 53 buts et 114 points.»

«Ironiquement, j’ai récemment retrouvé de vieilles VHS de l’époque des Wildcats que j’ai regardé avec mon fils. Nous sommes tombés sur une cassette dans laquelle on voyait Tezikov marquer un but à la Bobby Orr», termine Roger.

En plus d’avoir amassé 89 points (27-62) en 95 matchs, séries éliminatoires incluses, en une saison et demie à Moncton, Tezikov a aussi disputé 30 rencontres dans la LNH avec les Capitals de Washington et les Canucks de Vancouver. Il a réussi un but et une passe.

Après sa saison recrue à Moncton, Tezikov avait reçu le trophée Raymond-Lagacé à titre de recrue défensive, en plus d’être sélectionné au sein de la deuxième équipe d’étoiles de la LHJMQ et dans l’équipe des recrues. Il avait aussi aidé la Russie à remporter une médaille d’argent au Mondial junior de 1998.