Marc Saumier de retour avec le Titan

C’est bien connu, dans une équipe il n’y a jamais assez de bonnes têtes de hockey. C’est dans cette optique que le Titan d’Acadie-Bathurst a confirmé mardi l’embauche de Marc Saumier, moins de 24 heures après que ce dernier ait annoncé qu’il quittait les Olympiques de Gatineau.

Pour Saumier, il s’agit d’un retour dans une organisation qu’il connaît fort bien puisqu’il y a œuvré pendant six saisons en tant que recruteur et une autre comme entraîneur adjoint en 2016-2017.

Saumier, âgé de 53 ans, agira en tant que conseiller principal et directeur du développement des joueurs.

«Compte tenu de tout ce que j’ai vécu avec les Olympiques, c’est sûr que ç’a été une décision difficile de quitter Gatineau», affirme Saumier, qui a cumulé les fonctions de directeur des opérations hockey par intérim avant l’embauche de Louis Robitaille.

«J’ai tellement d’histoire avec les Olympiques, que ce soit comme joueur ou encore dans les opérations hockey. J’ai travaillé très fort lors des trois dernières années pour bâtir une équipe qui possède un très bel avenir devant elle. En fait, les Olympiques sont sensiblement rendus à la même étape que le Titan dans leur développement», mentionne Saumier, qui est l’un des deux seuls joueurs dans l’histoire de la LHJMQ à avoir remporté le trophée Guy Lafleur (joueur le plus utile des séries éliminatoires) à deux reprises. L’autre est Maxime Talbot.

«Quand j’ai quitté le Titan, pour des raisons familiales, l’équipe était à quelques mois de connaître sa grosse année avec les conquêtes de la coupe du Président et de la coupe Memorial. Quelque part, j’avais le sentiment qu’il y avait un peu de moi dans ces championnats parce que j’y avais travaillé très fort. J’ai d’ailleurs été l’un des premiers à féliciter Mario (Pouliot), André (Lévesque, recruteur-chef) et mon grand chum Sly (Couturier). J’aurais tellement aimé être là avec eux», raconte-t-il.

Saumier arrive dans une période qui s’annonce intéressante pour le Titan.

«Les visages n’ont pas beaucoup changé à Bathurst, à part Mario Durocher qui a remplacé Mario Pouliot. Je connais cependant très bien Mario. Sinon, André et Sly sont encore là et les proprios sont les mêmes. Le Titan avait bien pris soin de moi le temps pendant les six ou sept saisons que j’y ai passé», dit-il.

«Jusqu’à Noël, mon rôle sera surtout de me concentrer sur les équipes de la LHJMQ en vue de la période des transactions. Puis, pour la deuxième moitié, je vais aider André à préparer le repêchage, en plus d’aller voir jouer des agents libres en Ontario avec le recruteur du Titan sur ce territoire, Trevor Scott. Je vais donc voir beaucoup de matchs de hockey dans les prochains mois», annonce le membre du Temple de la renommée de la LHJMQ.

Sylvain Couturier était évidemment content d’annoncer le retour de Saumier.

«Avec Roger Shannon, André et Marc, je suis très bien entouré. Ce sont toutes de bonnes têtes de hockey», le directeur général du Titan.

Un calendrier de 60 matchs

Sylvain Couturier se dit très satisfait de la décision de la LHJMQ de séparer les 18 équipes en trois divisions distinctes en raison de la COVID-19.

Au cours de la saison 2020-2021, les équipes de chaque division se disputeront un calendrier de 60 matchs.

À compter du 1er octobre, date retenue pour l’éventuelle saison, le Titan affrontera donc à 12 reprises les cinq autres formations des Provinces maritimes, soit les Wildcats de Moncton, les Sea Dogs de Saint-Jean, les Islanders de Charlottetown, les Mooseheads de Halifax et les Eagles du Cap-Breton.

«Je suis excité par cette saison qui s’en vient. Le président (Gilles) Courteau et la ligue démontrent qu’ils ont à cœur la sécurité des joueurs. Ce calendrier va aussi réduire de beaucoup les voyages. Ça devrait être du bon hockey parce que ce sont de belles rivalités», souligne Couturier.

Moins d’invités au camp

À noter que les équipes ne pourront inviter que 34 joueurs à leur camp d’entraînement. Ce qui veut dire que les organisations devront dire à certains de leurs espoirs qu’ils ne pourront les inviter au camp.

«Toutes les équipes sont dans le même bateau, signale Couturier. Notre plan est d’inviter 18 attaquants, ainsi que quatre ou cinq gardiens et 11 ou 12 défenseurs. Nous allons prendre le temps d’appeler tous les gars que nous ne pourrons inviter au camp afin de leur expliquer la situation.»

Le camp d’entraînement du Titan est prévu pour le 26 août.

Tommy Da Silva s’amènerait à Bathurst

Tommy Da Silva – LHJMQ

Comme le gardien tchèque Jan Bednar risque de s’absenter pendant de longues semaines en cours de route (camp d’entraînement de la LNH et Championnat mondial junior), le Titan d’Acadie-Bathurst aurait fait l’acquisition du vétéran de 19 ans Tommy Da Silva des Olympiques de Gatineau.

Du même coup, le défenseur gaucher Zachary Racicot prendrait pour sa part la route de l’Outaouais. Selon le confrère Jean-François Plante du quotidien Le Droit, si Racicot ne dispute pas un certain nombre de matchs, les Olympiques auront alors droit à un choix compensatoire.

Cet échange viendrait ainsi confirmer les plans du directeur général Sylvain Couturier qui, le mois dernier, avait laissé entendre que l’équipe songeait sérieusement à y aller d’un ménage à trois devant le filet.

Joint en fin d’avant-midi pour d’autres raisons (lire autre texte), Couturier n’a cependant pas voulu confirmer ou commenter ladite transaction.

Cela dit, en tenant pour acquis que la transaction a bel et bien été réalisée, l’arrivée d’un Da Silva ne devrait aucunement empêcher l’un des jeunes portiers de l’organisation de se tailler un poste. C’est donc dire que tout est encore permis pour l’Acadien Pierre-Vincent Guignard, le Prince-Édouardien Jack Howatt, de même que l’Américain Charlie Zolin.

En Da Silva, le Titan mettrait la main sur un portier qui, un temps, était considéré comme l’un des plus beaux espoirs de la LHJMQ à cette position. Malheureusement pour le colosse de 6 pieds 2 pouces et 201 livres, il n’a jamais su s’établir.

En 24 matchs dans la LHJMQ, la fiche de Da Silva est d’une victoire contre 15 défaites. Il a aussi maintenu une moyenne de buts alloués de 6,44 et un taux d’efficacité de ,840.

En ce qui concerne Racicot, âgé de 18 ans, il ne figurait plus dans les plans de l’équipe depuis qu’il a décidé de quitter volontairement l’équipe en décembre dernier. En 25 rencontres, il n’a pas été en mesure de noircir la feuille de pointage. Le Titan a repêché le défenseur de 5 pieds 11 pouces et 180 livres en cinquième ronde (89e) en juin 2018.