Camille Thériault se penchera sur le harcèlement dans la LCH

L’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick et ancien chef de direction d’Uni Coopération financière, Camille Thériault, s’est trouvé une nouvelle cause, et pas la moindre.

L’ex-Aigle Bleu de l’Université de Moncton présidera un comité d’examen indépendant de la Ligue canadienne de hockey (LCH). Sa mission sera de passer en revue les politiques et pratiques actuelles de la ligue en ce qui a trait aux initiations, aux abus, au harcèlement ainsi qu’à l’intimidation, en plus de réviser les allégations de comportements répréhensibles pour lesquels les joueurs ne sont pas à l’aise de dénoncer.

Pour ce travail, M. Thériault sera accompagné de l’ancien joueur de la LNH Sheldon Kennedy et de Danièle Sauvageau, ancienne entraîneure-chef de l’équipe nationale féminine de hockey médaillée d’or olympique en 2010.

«En tant qu’ancien des Aigles Bleus de l’Université de Moncton et partisan de longue date du hockey, je peux affirmer que le hockey à tous les niveaux représente un élément clé de la culture canadienne, a mentionné Camille Thériault, par voie de communiqué. J’ai bien hâte de me mettre au travail avec mes collègues du comité afin de réviser les politiques et les pratiques de la LCH afin d’assurer la sécurité et le bien-être de tous les joueurs.»

L’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick est membre de l’Ordre du Canada et a aussi été président du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST). Récemment retraité de son poste chez UNI, il a notamment été listé à deux reprises dans le Top 50 des hommes d’affaires les plus influents par le magazine Atlantic Business. Il a reçu la médaille du Jubilé de la Reine Elizabeth en 2012 et est également détenteur d’un doctorat honorifique de l’Université de Moncton.

Sheldon Kennedy, ancien champion de la Coupe Memorial, est reconnu pour avoir dénoncé les abus dans le sport ainsi que celles dont il a lui-même été victime de la part de son ancien entraîneur Graham James. Il a été un acteur clé pour amener les gouvernements, le public ainsi que les partenaires du secteur privé à travailler en collaboration pour changer les politiques en place et améliorer la manière dont les abus de jeunes sont gérés. Il a cofondé le Calgary and Area Child Advocacy Centre ainsi que l’initiative Respect et sport. Il a reçu plusieurs distinctions et doctorats honorifiques, incluant une nomination à l’Ordre du Canada en 2014 ainsi que l’Ordre du hockey au Canada en 2020.

Danièle Sauvageau est reconnue pour son expérience exhaustive dans le domaine de l’enquête, la sécurité publique, le sport de haut niveau, l’entrepreneuriat ainsi que pour sa carrière d’entraîneure. Elle détient plus de 33 années d’expérience dans la police où elle a notamment occupé des postes stratégiques en enquête et en développement. Elle a également participé à 10 Jeux olympiques (médaillée d’or en 2010 en hockey féminin), en plus de plusieurs Jeux panaméricains et Championnats du monde en tant qu’entraîneure et directrice générale. Elle a reçu un bon nombre de prix au fil des années, notamment la Croix du service méritoire, l’Ordre du Canada en plus d’être nommée Entraîneure de l’année à trois reprises au Québec.

La LCH est engagée auprès de 1400 jeunes hommes qui évoluent dans divers circuits et la sécurité des joueurs a toujours été et sera toujours la principale préoccupation, a souligné le président de la LCH, Dan MacKenzie.

«C’est la raison pour laquelle nous avons mis sur pied ce comité d’examen indépendant pour évaluer l’efficacité de nos politiques en places, les programmes d’expérience des joueurs, ainsi que les procédures pour dénoncer les comportements hors glace, permettant du même coup d’offrir un environnement sécurité libre d’abus, de harcèlement et d’intimidation.»

Au cours des 20 dernières années, la LCH, en collaboration avec les ligues régionales de la Western Hockey League, de la Ontario Hockey League ainsi que de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, ont instauré le programme «Les joueurs avant tout», qui rassemble notamment des politiques et des pratiques exhaustives afin d’éduquer les joueurs et le personnel des équipes sur le respect dans le sport, la prévention des abus, du harcèlement ainsi que de l’intimidation. Elle a aussi mis en place un programme de santé mentale «Parlons-en», en partenariat avec l’Association canadienne pour la santé mentale.

L’objectif est que le comité d’examen indépendant dépose son rapport à temps pour le début de la saison 2020-2021.