Quatre joueurs du N.-B. avec les Huskies

Quand Mario Pouliot dit qu’il a adoré ses quatre années au Nouveau-Brunswick, ce ne sont pas des paroles en l’air. Il est le premier à dire que l’Acadie a été très bonne pour lui.

Son passage avec le Titan d’Acadie-Bathurst lui a non seulement permis de soulever au printemps de 2018 les coupes du Président et Memorial, en plus de retrouver un statut de gagnant qu’il avait quelque peu entaché après des saisons légendaires au début du nouveau millénaire avec les Gaulois de Collège Antoine-Girouard, mais elles l’ont aussi convaincu qu’il y avait beaucoup de talent dans les Provinces maritimes.

Fort de cette certitude, Pouliot, qui est devenu le premier entraîneur-chef de la LHJMQ à compter deux bagues de la coupe Memorial (il a répété l’exploit en 2019 à sa première saison à la barre des Huskies de Rouyn-Noranda), a décidé de miser sur quatre hockeyeurs du Nouveau-Brunswick en vue de la prochaine campagne.

Il s’agit du vétéran de 20 ans Olivier-Luc Haché, ainsi que des recrues Dyllan Gill, Coen Strang et Jared Cosman. C’est sans oublier le Prince-Édouardien Donovan Arsenault et le Néo-Écossais Carter Murchison qui ont aussi réussi à se tailler un poste.

Les Maritimes ont donc la cote à Rouyn-Noranda. Même l’un des adjoints de Pouliot, Brad Yetman, est originaire de Terre-Neuve-et-Labrador.

À noter que Cosman, dernier joueur réclamé au repêchage de 2019 (14e ronde, 252e au total) est âgé de 17 ans, alors que les quatre autres n’ont que 16 ans. Strang, qui a toujours 15 ans, soufflera les bougies le 18 septembre.

«Une équipe ne doit surtout pas rapetisser le bassin de joueurs dans lequel elle peut repêcher, affirme Pouliot, qui cumule aussi les fonctions de directeur général avec les Huskies. Ça adonne que c’était une bonne cuvée pour les Maritimes cette année et c’est pourquoi nous n’avons pas hésité à choisir dans ce territoire. Quand nous aimons un joueur, nous le choisissons.»

Gill, le premier joueur réclamé au 20e rang, est selon Pouliot une future vedette de la LHJMQ.

«Nous l’aimons beaucoup. C’est clair qu’il va devenir un joueur d’impact dans la ligue. Il a beaucoup de sang-froid, il patine bien et il possède une bonne anticipation. Nous aimons aussi qu’il soit en mesure de se porter à l’attaque, un peu comme le fait Noah Dobson. Nous comptons d’ailleurs l’utiliser dans la deuxième vague en avantage numérique», révèle l’entraîneur-chef des Huskies.

De Strang, choisi au 30e échelon, Pouliot souligne son calme, son coup de patin en ligne droite et son jeu physique, en plus d’un certain talent offensif.

«C’est sûr qu’il lui faudra améliorer son jeu défensif et son jeu de pied, mais le talent est là», révèle-t-il.

«Même chose pour Cosman, dont nous aimons beaucoup la vision du jeu. Le fait qu’il ait joué dans la Ligue junior des Maritimes (LHM) l’a aidé c’est évident. Il a formé un duo avec Evan White à Fredericton et nous avons rapidement vu qu’il y avait quelque chose dans ce joueur», explique Pouliot, qui avait aussi de très bons mots à dire au sujet de Donovan Arsenault.

«Ça fait longtemps que je n’ai pas vu un joueur de 16 ans aussi mature physiquement, indique Pouliot au sujet du costaud ailier droit de 6 pieds 2 pouces et 195 livres. En plus, il possède un bon coup de patin. Nous voulons le développer comme un attaquant de puissance. Nous aimons le fait qu’il ait marqué 30 buts la saison dernière à Kensington dans le midget AAA. Ce n’est pas rien.»

Au total, c’est pas moins de 10 joueurs de 16 et 17 ans qui évolueront pour les Huskies en 2020-2021. Ajoutez à cela cinq patineurs de 18 ans.

«Ça fait de notre équipe l’une des plus jeunes de la ligue, soutient-il. Mais nous ne sommes quand même pas en reconstruction. Il s’agit plutôt d’une période de transition. Notre brigade défensive est composée d’un bon groupe de vétérans avec Alexis Arsenault, Xavier Bouchard, Samuel Régis et Thomas Belzile. Ça va donc nous permettre de faire jouer les jeunes Gill, Strang, Cosman et (Zachary) Cardinal en duo avec des vétérans. Nous sommes également très à l’aise avec nos gardiens, même s’il est possible que Zachary Émond soit de retour.»

«À l’attaque, Alex Beaucage est l’un des meilleurs joueurs de la ligue. Et même si les autres avants n’ont encore rien prouvé, nous en avons plusieurs qui auront l’occasion de s’illustrer. Je pense à des gars comme William Rouleau, qui a été blessé la saison dernière, Alexis Brisson et Samuel Johnson. Alex Labbé, Charles-Édouard Drouin et Mathieu Gagnon sont d’autres joueurs qui seront à surveiller. Nous avons toutefois hâte que nos deux Euros (Danila Klimovich et Oleksii Miklukha) arrivent», mentionne Pouliot.

Haché: «Je veux mettre des points au tableau»

Contre toute attente, l’attaquant Olivier-Luc Haché est parvenu à se tailler un poste comme joueur de 20 ans chez les Huskies de Rouyn-Noranda en compagnie des défenseurs Alexis Arsenault et Xavier Bouchard.

Sa place est tellement assurée que même le retour possible du gardien Zachary Émond ne changera en rien son statut dans l’équipe.

Foi de Mario Pouliot, l’Acadien de Savoy Landing est là pour rester.

«Nous aimons beaucoup Olivier-Luc. Il a prouvé qu’il était un vrai Huskie. C’est un joueur très apprécié dans le vestiaire. C’est aussi vers lui que se tournent nos nombreux jeunes joueurs des Maritimes. Il joue un peu le rôle de grand frère», confie le directeur général et entraîneur-chef de la formation abitibienne.

Selon Pouliot, la polyvalence de Haché (il a donné un fier coup de main comme défenseur en raison des nombreux blessés la saison dernier), en plus de sa vitesse et le fait qu’il peut aider sur le plan offensif en font un incontournable.

«Nous croyons qu’Olivier-Luc sera en mesure de produire offensivement cette saison. Il possède de bonnes mains et il joue présentement avec beaucoup de confiance. Il est ici pour rester. Je me suis d’ailleurs assis avec lui récemment pour lui parler de la possibilité que Émond soit de retour. Si ça arrive, nous aurons quatre 20 ans pour un bout jusqu’à ce que la situation soit réglée. Mais il n’est pas question qu’Olivier-Luc parte», explique Pouliot.

Le principal intéressé est évidemment heureux de tout ça et assure qu’il n’a jamais douté en ses chances d’être retenu malgré des statistiques modestes.

«Je me suis entraîné très fort cet été et jamais je n’ai pensé à mes chances de faire le club. Je savais ce que je pouvais apporter à l’équipe et je suis donc arrivé ici l’esprit ouvert. J’étais positif. Pour ce qui est du retour possible de Zach, j’y vais un jour à la fois. Je sais que Mario a un plan pour moi», dit-il.

Comme ses responsabilités seront à la hausse, l’attaquant de 5 pieds 11 pouces et 175 livre s’attend de doubler ses chiffres, lui qui a compilé 18 points (6-12) en 59 duels la saison dernière.

«C’est l’objectif. Je veux mettre des points au tableau et je sais que j’ai tous les outils pour y arriver. Je veux également apporter du leadership auprès des jeunes des Maritimes. Je veux les aider à se sentir à l’aise. Ils sont loin de la maison. Je suis passé par là plus jeune. L’Abitibi, c’est loin et c’est frette l’hiver», révèle Haché en riant.

Questionné à propos de Yanic Duplessis, qui a surpris la planète hockey en début de semaine en révélant son homosexualité, Haché s’est dit impressionné par la force de caractère du jeune attaquant de Saint-Antoine, un espoir des Voltigeurs de Drummondville.

«Je suis content pour lui. Je suis fier de lui. Je crois qu’il va ouvrir les yeux à plusieurs joueurs. Il faut que la culture du hockey change dans les vestiaires. C’est à nous de faire attention à ce que l’on dit», affirme Olivier-Luc Haché.

Gill excité de suivre les traces de Myers

Dernier joueur choisi dans la première ronde du dernier repêchage, le 20e au total, Dyllan Gill est un adolescent on ne peut plus heureux dans la grande famille des Huskies. Manifestement, Rouyn-Noranda fait de moins en moins peur aux hockeyeurs anglophones.

Il faut dire que l’ancien défenseur étoile des Flyers de Moncton est comblé en Abitibi. Pour un jeune de 16 ans, de se retrouver aussi loin de la maison familiale de Riverview avec trois autres gars du Nouveau-Brunswick, ç’a quelque chose de réconfortant.

Coen Strang, originaire de Moncton, était même son partenaire de jeu au sein de la brigade défensive des Flyers. Il connaissait aussi déjà un peu Jared Cosman, qui nous vient de Grand Bay-Westfield.

Et la présence du «vieux» Olivier-Luc Haché, qui a beaucoup de vécu, est loin de nuire. Haché est aussi bien dire le grand-frère des trois autres.

«Je me sens très honoré de faire partie d’une aussi grande organisation, mentionne l’arrière de 6 pieds 1 pouce et 170 livres. Je suis très excité de commencer ma carrière ici, au même endroit où Philippe Myers a joué son hockey junior.»

«C’est une belle occasion qui m’est offerte et j’espère en profiter au maximum. Je suis excité de faire partie de ce groupe de joueurs et j’ai hâte de voir ce que l’avenir nous réserve» Gill a récolté 26 points (7-19) en 43 matchs la saison dernière avec les Flyers, séries éliminatoires incluses. Ça lui a permis d’être choisi au sein de la deuxième équipe d’étoiles de la Ligue Midget AAA du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard.