Mathias Savoie veut retrouver son admissibilité pour la NCAA

Comme il a perdu tout intérêt pour la LHJMQ, le gardien Mathias Savoie a décidé de changer son plan de carrière. L’Acadien de Memramcook rêve désormais de porter les couleurs d’une équipe de la NCAA. Et pour y arriver, il a pris la décision de s’exiler au Manitoba afin de se joindre aux Kings de Dauphin.

Dauphin, une petite ville d’environ 8000 habitants qui, au 18e siècle, se voulait d’abord un poste de traite pour les coureurs des bois, les trappeurs canadiens-français et les Métis, est l’une des 12 municipalités possédant un club dans le circuit junior A manitobain.

Pour la petite histoire, sachez que 19 anciens joueurs des Kings ont été repêchés dans la Ligue nationale, dont les anciennes vedettes Butch Goring et Blaine Stoughton. Même l’actuel entraîneur-chef des Islanders de New York Barry Trotz y a déjà évolué, en plus de diriger les Dauphins à ses débuts derrière le banc au milieu des années 1980.

Bref, Mathias Savoie met les pieds dans une excellente organisation.

«Ça faisait deux ans que j’essayais de percer l’alignement des Sea Dogs et je me suis dit cet été qu’il était temps de changer mes plans. J’y ai beaucoup pensé depuis juillet. Mon objectif est maintenant de retrouver mon éligibilité pour évoluer dans la NCAA», affirme Savoie, qui était en quarantaine au moment de l’entrevue.

Selon les règlements en vigueur, tout joueur ayant joué dans la Ligue canadienne de hockey (LHJMQ, OHL, WHL) peut intégrer un programme de la NCAA une fois que l’école intéressée dépose un appel afin que l’étudiant-athlète retrouve son admissibilité. Par contre, ce dernier doit déjà être inscrit sur le campus au moment de l’appel et sera sanctionné pour un minimum d’une saison d’admissibilité. En d’autres termes, au lieu de pouvoir prendre part à quatre saisons dans la NCAA, le joueur ne pourra en disputer que trois.

«C’est mon agent Norm Conway qui m’a parlé de ce règlement et Adrien Lemay (entraîneur des gardiens du Titan d’Acadie-Bathurst) m’a ensuite confirmé que le règlement existait. Je ne connais pas tous les détails, mais je sais que je vais devoir attendre un an avant de pouvoir jouer avec l’équipe de la NCAA qui me donnera ma chance», révèle-t-il.

«Abandonner l’idée de jouer dans la LHJMQ était la bonne décision pour moi. Il n’est cependant pas question de dire du mal de l’organisation des Sea Dogs qui a toujours été franche et correct avec moi. Même que le directeur général Trevor Georgie m’a encouragé à aller de l’avant avec mon projet. Il m’a soutenu dans ma décision dès que je lui ai annoncé que je n’allais pas au camp d’entraînement», dit-il.

Niveau plus élevé

Savoie, dont les droits dans la LHM appartiennent aux Ramblers d’Amherst, a pris la décision d’aller jouer dans l’Ouest du pays parce que le niveau de jeu y est un peu plus élevé.

«De ce qu’on me dit, le calibre de jeu est très bon. C’est plus fort que dans les Maritimes ou encore au Québec. J’ai choisi les Kings parce qu’ils ont été les premiers à m’approcher et que j’ai eu un bon feeling. Ils m’ont assuré d’un poste. Ils ne m’ont pas fait de promesse quant à mon utilisation, mais je me dis qu’ils ne m’ont sûrement pas fait venir ici pour rien. Mon utilisation va donc dépendre de mes performances», raconte le portier âgé de 18 ans, que les Sea Dogs avaient sélectionné en 4e ronde (62e) en 2018.

«C’est pas mal l’inconnu ici pour moi. Je ne connais personne. Je suis actuellement en quarantaine avec un Américain (Braeden Lacomy) et nous passons le temps en nous entraîn/1ant du mieux qu’on peut, ou encore en jouant aux cartes. Nous jouons entre autres au Black Jack, mais sans argent», lance en riant le gardien de 6 pieds 1 pouce et 160 livres.

Et que fera-t-il si jamais aucun club de la NCAA ne lui fait signe?

«Les Aigles Bleus de l’Université de Moncton pourraient être un très bon plan B. Je vais d’ailleurs suivre des cours de l’U de M en ligne pendant ma saison de hockey», mentionne Mathias Savoie.

Les Kings lanceront leur camp d’entraînement vendredi. Une trentaine de joueurs devraient se présenter à l’entraîneur-chef Doug Hedley, qui cumule aussi les fonctions de directeur général.

À noter que la saison du circuit manitobain prendra son envol le 9 octobre.

La saison dernière, Mathias Savoie a maintenu une moyenne de buts alloués de 2,43 et un taux d’arrêt de ,899 avec les Flyers de Moncton dans la Ligue midget AAA.

Savoie soutient Duplessis

Mathias Savoie et Yanic Duplessis ont joué ensemble dans les niveaux bantam AAA et midget AAA. Les deux bonshommes se connaissent donc fort bien.

Et c’est pourquoi Savoie a tenu à témoigner de son amitié envers son ancien coéquipier qui, la semaine dernière, est devenu le plus jeune hockeyeur élite à admettre son homosexualité.

«Je soutien Yanic à 100%. Il a toujours été l’un des meilleurs amis, que ce soit sur la glace ou à l’extérieur de l’aréna. Nous étions souvent ensemble», dit-il.

«Qu’il soit homosexuel ou hétérosexuel ne change rien. C’est seulement une étiquette que l’on donne aux gens pour dire qu’ils préfèrent soit les garçons ou les filles. Sinon, Yanic reste la même personne. J’espère qu’il va inspirer d’autres jeunes qui seront un jour dans le même bateau que lui. Je suis chanceux d’avoir Yanic parmi ses amis parce que c’est un maudit bon gars», termine Mathias Savoie.