Un bel avenir attend Marc-André Gaudet avec le Titan

Depuis que le Titan d’Acadie-Bathurst a repêché Marc-André Gaudet en juin 2019, l’organisation n’a eu de cesse de vanter le potentiel du grand défenseur gaucher. Son calme, son intelligence et son jeu dans les deux sens de la patinoire sont autant de qualités qui font de l’Acadien de Saint-Ignace un espoir de premier plan.

L’entraîneur-chef Mario Durocher est d’ailleurs le dernier surpris de voir Gaudet parmi les défenseurs retenus pour commencer la saison 2020-2021.

«Définitivement pas, affirme Durocher. Nous l’avions vu à quelques reprises la saison dernière et je me doutais qu’il allait faire le club. Marc-André est rendu là où il doit être dans son développement.»

«Il est bon dans les deux sens de la patinoire, dit-il. Il n’a pas encore atteint sa maturité physique, mais ça va venir. Cela dit, il n’a pas peur de s’impliquer physiquement. Il joue avec intelligence. Il est efficace. Je n’ai pas peur de l’utiliser déjà dans des missions importantes.»

Comme Frank Jenkins en aura pour encore près de deux mois avant de revenir au jeu, lui qui a dû être opéré la semaine dernière pour une fracture à une cheville, et que le Letton Harijs Brants n’a toujours pas obtenu l’autorisation de mettre les pieds au pays, Marc-André Gaudet est déjà assuré de jouer le match d’ouverture.

«C’est vrai qu’il nous manque deux défenseurs, mais je peux te dire que ça ne sera pas facile de sortir Marc-André de l’alignement. Il a été vraiment solide pendant le camp d’entraînement», souligne Mario Durocher.

Le principal intéressé est évidemment heureux de son sort, lui qui s’est présenté à son deuxième camp d’entraînement avec cette fois-ci un titre de défenseur le plus utile du circuit midget AAA et une place au sein de la première équipe d’étoiles. Ses 14 buts en 32 parties ont aussi représenté un sommet dans la ligue.

«Je me suis présenté au camp avec confiance, mais je savais que j’avais quand même des choses à prouver. Seulement 34 joueurs ont été invités au camp et c’était les 34 meilleurs joueurs de l’organisation», mentionne l’arrière de 6 pieds 2 pouces et 168 livres.

«J’ai eu la chance de montrer au groupe d’entraîneurs que j’étais capable de bien jouer autant en offensive qu’en défensive. J’étais surtout un défenseur offensif avant de faire le saut dans le midget AAA. Charles LeBlanc (entraîneur-chef du Moose du Nord) m’a beaucoup aidé à améliorer mon jeu défensif. Je savais que je devais améliorer mon jeu dans mon territoire pour passer au prochain niveau et Charles m’a permis d’y arriver», révèle Gaudet.

Pour sa première saison, Gaudet s’est fixé comme objectif de devenir un joueur régulier au sein de la brigade défensive. En d’autres mots, la sélection de septième tour (109e au total) en 2019 veut forcer Mario Durocher à ne pas l’envoyer dans les gradins.

Se sent-il nerveux à l’approche du match d’ouverture? Il répond dans la négative. En fait, de son propre aveu, ça en prend beaucoup pour lui faire perdre son calme.

«J’ai toujours été comme ça, mentionne-t-il d’un ton de voix qui transpire la tranquillité. Tout ce que je veux c’est d’avoir une bonne saison et d’aider le club. Je veux prouver à mon entraîneur que je suis un défenseur complet et que s’il a besoin d’un gars pour une mission je suis là.»

J’en profite pour lui demander s’il a demandé conseil auprès de son cousin Lukas Cormier des Islanders de Charlottetown.

«Un peu, mais pas plus que ça. Même si on est deux défenseurs avec des qualités offensives, nous sommes quand même différents sur la glace. Et puis, je préfère faire mon propre chemin», répond le nouveau numéro 45 du Titan.