Maritza Labrie fera partie des Aigles Bleues l’an prochain

Maritza Labrie aurait pu faire comme bien d’autres Acadiennes avant elle et se laisser tenter par les collèges américains. D’ailleurs, il y a un an, son nom circulait pendant qu’elle peaufinait son talent dans une école privée de Cornwall, qui abrite l’Académie de hockey de l’Ontario.

La Saint-Quentinoise a plutôt choisi de laisser son cœur décider et c’est pourquoi elle a confirmé plus tôt cette semaine son intention de joindre dès la saison prochaine les rangs des Aigles Bleues de l’Université de Moncton.

Cette nouvelle acquisition du Bleu et Or survient deux semaines après celle d’Érica Plourde de Pigeon Hill.

«J’ai toujours voulu jouer pour les Aigles Bleues. C’était important pour moi d’aller y jouer. Et puis, je tenais aussi à étudier en français», mentionne la gauchère de 5 pieds 7 pouces âgée de 17 ans.

«Cela dit, je sais que les Aigles Bleues suivent mon développement depuis que je suis en 9e année. Ils ont vraiment commencé à s’intéresser à moi lors de la Coupe Défi Atlantique de 2017 qui avait lieu à Moncton. Nous avions gagné l’or et j’avais été la meilleure pointeuse d’Équipe Nouveau-Brunswick», confie-t-elle.

Ce qu’il faut d’abord savoir au sujet de Maritza Labrie, c’est qu’elle avait toujours joué avec des garçons avant de s’exiler le temps d’une saison à Cornwall l’an dernier.

Elle a même porté les couleurs des Dragons de la polyvalente A.-J.-Savoie en 2018-2019, où elle a trouvé le moyen d’enregistrer 16 points, dont huit buts, en 22 rencontres contre les garçons. Elle n’était alors pourtant qu’en 10e année. C’est vous dire son potentiel.

Maritza, qui se décrit comme un garçon manqué (tomboy), estime que ces nombreuses années dans le hockey masculin ont façonné la joueuse qu’elle est devenue.

«J’ai commencé à jouer avec les garçons dès l’âge de 5 ans et mon jeu physique vient de là, dit-elle. J’ai aussi un bon coup de patin et suis en mesure de contribuer à l’attaque. Et puis je fais toujours passer les succès de l’équipe avant mes résultats personnels.»

Dans un communiqué émis par l’U de M, Maritza n’a pas caché sa hâte d’endosser pour la première fois les couleurs du Bleu et Or.

«J’ai déjà très hâte à l’automne prochain. Je vais travailler fort pour bien représenter mes racines acadiennes. Ma passion pour le hockey remonte à mes débuts à l’âge de 5 ans. J’ai aussi toujours été soutenue par ma famille, mes amis et mon entourage», révèle-t-elle «Je n’oublie pas aussi Kim Deschênes et Kristine Labrie qui sont deux grands modèles féminins pour moi et je veux suivre dans leurs traces. Kim a évolué pour les Carabins et les Canadiennes de Montréal, alors que Kristine, qui est une cousine au quatrième degré comme Mathieu Labrie d’ailleurs, a déjà joué pour les Aigles Bleues. Alors intégrer les rangs de cette équipe est un grand défi dont je suis très fière», ajoute Maritza Labrie.

L’entraîneur-chef du Bleu et Or, Marc-André Côté, était évidemment content d’avoir pu convaincre l’Acadienne de venir jouer à Moncton.

«Au fil des années, Maritza s’est continuellement améliorée et c’est normalement bon signe, mentionne-t-il. Elle possède un bon coup de patin, un bon lancer et peut récupérer des rondelles libres. Nous avons hâte de travailler avec elle afin qu’elle poursuive sa progression.»

Au cours des prochains mois, Maritza Labrie évoluera pour les Reds Edza Ouest des moins de 18 ans de Fredericton.