Le Canadien se moque des Oilers, 5-1

Le Canadien a servi sa propre médecine aux Oilers d’Edmonton, samedi soir, et a profité d’une autre splendide performance de Carey Price.

La formation montréalaise a été étourdissante en première moitié de rencontre et Price s’est chargé du reste en repoussant 34 tirs, en route vers une victoire de 5-1.

« Nous sommes rapides nous aussi », a rétorqué l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, lorsque questionné sur ce que son équipe avait fait pour freiner les Oilers.

« Nous savions également qu’ils en étaient à leur troisième match en quatre soirs et que la fatigue pouvait être un facteur. C’était à nous d’être intelligents et d’en tirer avantage. »

Jeff Petry et Tomas Tatar ont réussi des doublés, alors que Jake Evans a également touché la cible pour le Canadien (1-0-1). Brendan Gallagher et Phillip Danault ont amassé chacun deux aides.

Pendant ce temps, Price a passé la soirée à frustrer les étoiles des Oilers Connor McDavid et Leon Draisaitl. Seulement Slater Koekkoek l’a déjoué en fin de rencontre, quand la défaite des Oilers ne faisait plus de doute.

« Nous ne sommes pas aveugles et nous avons vu les chances de marquer. Price a été solide, a reconnu Julien. Il est un excellent gardien et c’est une bonne chose, mais nous avons des petites choses à améliorer. Nous avons accordé trop de chances par moments. »

Mikko Koskinen, chancelant, a stoppé 31 tirs devant le filet des Oilers (1-2-0), qui avaient amassé au moins un point à leurs six rencontres précédentes contre le Canadien (5-0-1).

Par ailleurs, Julien a indiqué que l’ailier Josh Anderson était sorti indemne d’une chute maladroite contre la bande en fin de rencontre.

Le Canadien et les Oilers croiseront à nouveau le fer lundi. Le Tricolore prendra ensuite la direction de Vancouver pour une série de trois rencontres face aux Canucks.

À sens unique

Les Oilers ont cru avoir ouvert le pointage après 3:04 de jeu, mais les arbitres ont vite annulé le but de Dominik Kahun puisque Draisaitl venait d’entrer en contact avec Price.

À l’autre bout de la patinoire, Koskinen s’est distingué en frustrant Tyler Toffoli en échappée.

Le Canadien a finalement touché la cible à 6:50, en avantage numérique. Petry a joué de chance quand il a poussé le disque avec son gant d’un côté à l’autre du filet et qu’il a pu le récupérer pour tirer dans un filet ouvert.

Le Tricolore a continué à appliquer de la pression, se retrouvant avec un avantage de 12-3 au chapitre des tirs au but à mi-chemin de la période.

Price a dû demeurer vigilant, stoppant McDavid en échappée avec un peu moins de trois minutes à faire au premier vingt.

Tatar a creusé l’écart à 2:19 du deuxième engagement, marquant grâce à un tir sur réception précis.

Koskinen s’est battu avec la rondelle tout au long du match et il a joué de malchance sur le troisième but du Canadien, à 7:27 du deuxième vingt. Koskinen a stoppé un tir inoffensif de Petry, mais le retour a dévié contre la cuisse du défenseur Ethan Bear avant d’aboutir derrière la ligne des buts.

Les Oilers auraient pu renverser la vapeur en avantage numérique en deuxième moitié de deuxième période. C’est plutôt le Canadien qui a trouvé le fond du filet. Evans a marqué en infériorité numérique lors d’une attaque à deux contre un à 9:17.

Tatar a inscrit son deuxième du match en échappée à 9:47 du dernier engagement, puis Koekkoek a privé Price d’un 49e jeu blanc en carrière en le battant d’un angle restreint avec 7:01 à écouler.

Échos de vestiaire

Jeff Petry était bien content du travail effectué contre les étoiles des Oilers.

« Il était important de rester devant leurs attaquants quand ils prenaient de la vitesse. Nos attaquants ont fait du bon travail pour nous aider à réduire l’espace de leurs attaquants. »

Brendan Gallagher a fait l’éloge de Carey Price.

« Je crois qu’il continue à s’améliorer. Il travaille tellement fort sur son art. Je pense qu’il va aimer jouer derrière cette équipe et nous voulons l’aider sur la glace. »

Carey Price n’a pas bronché devant Connor McDavid en échappée.

« J’ai simplement réagi sur le jeu. Il arrivait avec beaucoup de vitesse. J’ai fermé les ouvertures. (…) Vous voulez jouer contre les meilleurs au monde et je crois que Connor est le meilleur au monde. Il a le coup de patin, les mains et la vision du jeu. C’est un plaisir de me retrouver sur la même patinoire que lui. »