Alex Arsenault rejoint Olivier-Luc Haché en Abitibi

Mario Pouliot aime les joueurs qui ont du caractère et il sera bien servi avec Alex Arsenault qu’il est allé chercher à Baie-Comeau en retour du colosse Alex Labbé. L’Acadien de Saint-Charles aura par ailleurs l’occasion de s’intégrer rapidement au groupe puisque les Huskies de Rouyn-Noranda reprennent l’action vendredi soir face aux Cataractes de Shawinigan.

Outre Arsenault, Pouliot a également obtenu un choix de quatrième tour en 2021, une sélection qui à l’origine appartenait justement aux Cataractes. Labbé, un solide gaillard de 6 pieds 3 pouces et 200 livres âgé de 19 ans, en compagnie d’un choix de 10e tour en 2022, fait le chemin inverse.

C’est lors de la visite du Drakkar, en novembre dernier, que Pouliot est tombé sous le charme du jeune ailier gauche de 18 ans.

«Nous avons disputé nos trois dernières parties contre Baie-Comeau avant la pause de Noël et j’ai beaucoup aimé Arsenault lors des matchs 2 et 3. Il était régulièrement jumelé à (Nathan) Légaré et (Nataël) Roy. C’est même lui qui a marqué le but vainqueur du Drakkar dans le deuxième match en faisant dévier un tir devant nos deux vétérans en défensive, Alexis Arsenault et Samuel Régis», raconte Pouliot. (N.D.L.R. – Ne pas confondre l’Acadien avec le Gaspésien de Bonaventure Alexis Arsenault, un défenseur que les Huskies ont récemment échangé aux Tigres de Victoriaville).

«Arsenault est un jeune qui a beaucoup d’énergie et qui malgré son petit gabarit n’a pas peur d’aller dans le trafic. Pour nous, il représente un pari fort intéressant. Le fait que nous ayons plusieurs gars des Maritimes devrait aussi l’aider à bien s’intégrer», souligne le double vainqueur de la coupe du Président et de la coupe Memorial en 2018 (Acadie-Bathurst) et en 2019 (Rouyn-Noranda).

Joint au téléphone alors qu’il était en route vers Shawinigan, Alex Arsenault a d’abord tenu à remercier l’organisation du Drakkar de lui avoir donné la chance de jouer dans la LHJMQ.

«J’ai passé de bons moments avec le Drakkar. J’aimais ça jouer à Baie-Comeau et je ne m’attendais vraiment pas à être échangé», révèle l’attaquant de 5 pieds 9 pouces et 150 livres.

Arsenault se console toutefois à l’idée de joindre l’une des meilleures organisations de la ligue.

«J’ai hâte de commencer, dit-il. Je n’ai entendu que de bons mots à l’endroit de cette organisation. Quand j’ai parlé avec Mario, il m’a dit qu’il aime bien ma façon de jouer. Je ne suis pas gros, mais je joue gros.»

À Rouyn-Noranda, Arsenault aura la chance de retrouver plusieurs visages connus, soit les Néo-Brunswickois Olivier-Luc Haché, Coen Strang et Dyllan Gill. Il connaît également fort bien le Néo-Écossais Carter Murchison.

«Strang, Gill et Murchison, je me suis entraîné avec eux l’été dernier. Comme je connais déjà quelques gars, l’adaptation va se faire rapidement», confie-t-il.

Arsenault est l’auteur d’un but et trois passes en 15 rencontres jusqu’ici cette saison. Il a également obtenu 27 tirs au but et distribué 14 mises en échec.

Malgré ses succès, pas question de revoir ses objectifs à la hausse.

«Mes objectifs pour ma première saison restent les mêmes, prévient l’ancien porte-couleurs du Blizzard d’Edmundston. Quand je me suis présenté au camp d’entraînement, j’étais conscient d’avoir été repêché sur le tard (10e ronde, 184e au total) et je n’avais donc pas de grandes attentes. Tout ce que je voulais pour ma première saison était de prouver que je pouvais jouer dans cette ligue et convaincre l’entraîneur de m’utiliser le plus possible. Jusqu’ici, à part peut-être un ou deux matchs, je trouve que ça va bien. La saison prochaine, mes attentes seront plus élevées.»

Alex Arsenault endossera le numéro 13 avec les Huskies.

Notons qu’Arsenault est le quatrième Néo-Brunswickois à être échangé depuis le début de la période des transactions après Jaxon Bellamy (Acadie-Bathurst), Sam McKinney (Moncton) et Dawson Stairs (Cap-Breton).