Un prix national pour Louis Melanson

Déjà célébré par une multitude de récompenses sur les scènes de l’Atlantique au cours des deux dernières décennies, Louis Melanson est désormais reconnu sur la scène nationale. Vendredi, PGA Canada a annoncé que l’entraîneur de Sainte-Marie-de-Kent était le gagnant du prix Jack-McLaughlin remis annuellement au leader par excellence de golf junior.

Melanson, qui dirige le programme provincial junior depuis 14 ans, est évidemment fier de cette annonce qu’il considère comme une bonne tape sur l’épaule.

«Ça me dit que j’ai fait de bonnes choses, affirme l’homme âgé de 51 ans. C’est quand même ma 12e nomination pour ce prix et ça fait 23 ans que je roule ma bosse là-dedans. C’est quand même fou quand on y pense, parce que j’ai étudié pour devenir enseignant. Malheureusement, je n’ai jamais pu me trouver un travail permanent et je ne faisais que de la suppléance dans les écoles.»

«Pendant l’été 1996, j’ai décidé sur un coup de tête de commencer à entraîner des jeunes. J’ai tellement aimé ça que j’ai décidé de continuer. En 2001, quand Golf Canada a décidé de créer le programme de haute performance et j’ai été choisi pour m’occuper de l’Atlantique. J’ai réalisé qu’il y avait peut-être la possibilité pour moi de faire un bout de chemin comme entraîneur de golf», raconte-t-il.

«J’espère que cette récompense va inspirer d’autres passionnés à suivre mes traces et continuer ce que j’ai commencé. J’ai travaillé dur pour développer ce que nous avons aujourd’hui pour le développement de nos jeunes golfeurs en Atlantique. Avant que je fonce là-dedans, personne ne faisait du développement au Nouveau-Brunswick. J’ai créé en quelque sorte un besoin», révèle l’ancien hockeyeur qui a d’ailleurs remporté un titre canadien avec les Aigles Bleus de l’Université de Moncton en 1990. Lui et ses coéquipiers ont été intronisés au Temple de la renommée sportive en 2018.

Louis Melanson croit cependant qu’il y a moyen de faire beaucoup mieux. Par exemple, il croit que le temps que chaque club de la province se dote d’un entraîneur pour les jeunes.

«C’est bien beau vendre des cartes de membre, le développement devrait être la priorité. De toute façon, c’est prouvé que le développement permet ensuite la hausse des membres. Plus nous aurons d’entraîneurs, plus nous allons développer de bons golfeurs», confie-t-il.

En plus de diriger l’équipe provinciale junior, Louis Melanson est aussi le directeur du Canada atlantique pour le Maple Leaf Junior Golf Tour, en plus de s’occuper de l’Acadie de golf qui porte son nom au club Fox Creek de Dieppe. Il préside également le seul programme de sports-études au Canada atlantique.

«Le programme de sports-études est l’un des trucs dont je suis le plus fier. Ça n’arrête pas de prendre de l’ampleur et nous voyons déjà de gros progrès chez les jeunes. Et si nous n’étions pas pris avec cette pandémie, les progrès seraient encore plus grands. Nous allons récolter les fruits de tout ça d’ici cinq ans», croit-il.

Quand on lui demande quelle serait pour lui la plus belle récompense à venir, il répond: «Mon rêve serait de voir de mon vivant un golfeur d’ici remporter un tournoi majeur de la PGA», lance-t-il instantanément.