Alexandre Paulin se joint aux Filons de Thetford Mines

Et de cinq! Manifestement, les Castors de l’école Sainte-Anne de Fredericton sont en train de devenir une vache à lait pour les programmes de football des cégeps du Québec. Après Caden Coghlan, Ayden Rotteau et les frères Tremblay, Caleb et Samuel, c’est maintenant au tour d’Alexandre Paulin d’aller poursuivre son développement sur les terres découvertes il y a près de 500 ans par Jacques Cartier.

Paulin rejoindra dès la saison prochaine les Filons du Cégep de Thetford Mines en deuxième Division du Réseau du sport étudiant du Québec.

Le demi défensif de 17 ans était également courtisé par trois formations de troisième Division, soit les Voltigeurs du Cégep de Drummondville, les Pionniers du Cégep de Rimouski et les Gaulois du Cégep de La Pocatière, où on retrouve déjà son bon ami Rotteau.

Notons que les frères Tremblay sont les seuls du quintette qui évolueront en première Division.

«Le fait que Caden fait partie de l’équipe a évidemment joué un rôle dans ma décision, mais c’est surtout pour la qualité des entraîneurs que j’ai choisi les Filons, affirme Alexandre. J’ai le sentiment qu’ils vont m’aider à passer à l’étape suivante. Je veux jouer plus tard au niveau universitaire et ultimement je rêve d’une carrière professionnelle. Mes études sont toutefois importantes. Je veux avoir un plan B.»

S’il n’est pas le plus grand à 5 pieds 9 pouces, Alexandre affiche tout de même 190 livres sur le pèse-personne. Il compte cependant faire fondre un peu de gras pour transformer tout ça en muscles supplémentaires.

«Je suis déjà rapide, mais tu n’es jamais assez rapide au football. Je suis un gars qui fait une bonne lecture du jeu et je joue avec passion et agressivité. J’aime frapper l’adversaire», raconte le sympathique jeune homme.

S’il ne s’est rien fait promettre par l’entraîneur-chef Kevin MacKay, Alexandre Paulin croit malgré tout qu’il saura imposer sa présence dès sa première saison.

«Je sais qu’il n’y aura que deux ou trois demis défensifs qui seront de retour, alors il y a de place dans l’alignement partant. Je veux être un joueur régulier ou du moins jouer le plus souvent possible. Je sais que j’en suis capable. Rien n’arrivera si je ne travaille pas dur. C’est moi à ne pas me poigner le cul. Comme Caden est lui aussi un demi défensif et qu’il veut un poste, nous serons donc engagés dans une compétition amicale», confie-t-il.

De son côté, l’entraîneur-chef des Filons Kevin MacKay ne tarit pas d’éloges à l’endroit de son nouveau joueur.

«Alexandre, c’est une couleuvre sur le terrain, s’exclame-t-il. Il est rapide, il joue avec intelligence, il fait une belle lecture du jeu, il possède une bonne éthique de travail et il est agressif sur le terrain. Il est également capable de faire des gros jeux. Enfin, c’est un bon athlète, un passionné de football et un excellent étudiant.»

À savoir pourquoi ce soudain intérêt des Filons pour les joueurs du programme de l’école Sainte-Anne, MacKay mentionne qu’une grosse part du mérite revient à Steve Drisdelle, l’entraîneur des Castors.

«Nous avons une bonne relation avec Steve qui fait vraiment du très bon travail avec son jeune programme de football. Nous aimons aussi le fait que les jeunes de cette équipe ont de belles valeurs. Caden a été le premier que nous avons recruté et il est en quelque sorte un pionnier. Mais c’est clair que nous allons continuer de suivre de près ce qui se passe au Nouveau-Brunswick. D’ailleurs, nous avons déjà commencé à travailler sur notre recrutement pour la saison 2022», ajoute Kevin MacKay.

En bref…

Alexandre Paulin a pratiqué plusieurs autres sports avant de se tourner vers le football. Il a entre autres joué au hockey jusqu’au niveau des écoles secondaires. «J’étais un joueur correct, mais j’évoluais surtout dans un quatrième trio», dit-il. Il a également joué au volleyball et au soccer, en plus de suivre des cours de karaté. Il détient d’ailleurs sa ceinture brune. «Le karaté m’a appris la discipline et la concentration. J’ai dû arrêter parce qu’il y avait un conflit d’horaire avec le football» Alexandre passe également beaucoup de temps au gymnase…

L’un de ses objectifs est d’aller jouer au football universitaire dans la NCAA. «C’est l’un de mes rêves. Ce qui est certain, je vais évaluer toutes mes options après mon cégep. Ça serait réaliste de demeurer au Québec, surtout qu’il y a de bons clubs, mais les Maritimes pourraient aussi m’intéresser», mentionne-t-il…

Alexandre Paulin est un excellent étudiant. La preuve, il est même passé directement de la quatrième à la sixième année scolaire. C’est ce qui explique pourquoi il va entamer le cégep à 17 ans. À Thetford, il étudiera en science de la nature. «Ça va m’ouvrir les portes pour toutes les sciences. Mon plan est d’étudier en médecine à l’université.» Tiens, tiens, un autre Laurent Duvernay-Tardif?…

C’est son ami Jonah Lockhart, qui porte lui aussi les couleurs des Castors de l’école Sainte-Anne, qui lui a fait découvrir le football au printemps de 2015. «J’étais âgé de 11 ans et Jonah voulait que j’embarque dans son équipe. Mais comme mes parents (Stéphane Paulin et Marsha Lapointe) ne voulaient pas, ce sont finalement les parents de Jonah qui les ont convaincus de me laisser essayer. Je suis tombé aussitôt en amour avec le football»…

Alexandre a également une sœur, Isabelle, âgée de 15 ans, qui est elle aussi une bonne athlète. Elle évolue comme gardienne de but pour une équipe de ringuette de Fredericton. Elle a aussi pris part au camp d’évaluation de l’équipe provinciale…

S’il se plaît davantage à la position de demi défensif, Alexandre peut également se débrouiller comme maraudeur et comme secondeur de ligne. «Je suis cependant trop petit pour jouer comme secondeur maintenant. J’adore également évoluer sur les unités spéciales», souligne-t-il…

Alexandre aime l’aspect mental de son sport de prédilection. Il compare d’ailleurs le football à une partie d’échecs. «Le football est un sport différent des autres. Il y a tellement de choses à retenir et à comprendre. Et comprendre est justement quelque chose que j’aime»…

Alexandre a tenu à remercier tous les entraîneurs qui l’ont aidé à devenir l’athlète qu’il est aujourd’hui. «Ils m’ont tous aidé à m’améliorer grâce à leur passion. Steve Drisdelle m’a vraiment bien préparé pour l’étape que je m’apprête à amorcer. Je lui dois beaucoup à Steve. C’était important pour moi d’étudier en français. C’est grâce à lui si j’ai pu continuer à pratiquer mon sport tout en étudiant dans ma langue. Je suis également reconnaissant envers le programme provincial des moins de 16 ans. J’y ai joué deux ans et j’étais l’un des capitaines de l’équipe à ma dernière année. J’ai même été choisi dans le top-100 des meilleurs joueurs de ce groupe d’âge au Canada. Ce programme a été pour moi une belle occasion», indique-t-il…

Grâce à Caden, Alexandre Paulin porte déjà les couleurs des Filons. «Caden avait un t-shirt qui était trop grand pour lui et il m’en a fait cadeau. J’ai déjà commencé à le porter», lance-t-il en riant…