Elsipogtog élue Hockeyville

Depuis samedi soir, les habitants de la Première nation d’Elsipogtog affichent des sourires radieux et on peut les comprendre assez facilement. Le Centre récréatif Chief Young Eagle, que plusieurs surnomment encore aujourd’hui la maison d’Everett Sanipass, a non seulement remporté le concours Kraft Hockeyville et les 250 000$ qui serviront à rénover l’amphithéâtre vieux de 42 ans, mais accueillera aussi cet automne un match préparatoire de la Ligue nationale de hockey.

L’annonce a été faite par le commissaire de la LNH Gary Bettman pendant l’émission Hockey Night in Canada.

Cette victoire d’Elsipogtog survient exactement deux ans après celle de Renous.

Rappelons qu’en 2019, le concours Kraft Hockeyville avait permis à l’aréna Tom Donovan de subir une cure de jeunesse. La majorité de la population du village avait aussi pu assister à une rencontre préparatoire opposant les Canadiens de Montréal et les Panthers de la Floride au Centre régional K.-C.-Irving.

Pour la population d’Elsipogtog, cette annonce ne peut survenir à un meilleur moment.

«En cette période de pandémie, nous avions besoin d’un projet rassembleur comme celui-là», révèle Everett Sanipass, qui a disputé 169 rencontres dans la LNH avec les Blackhawks de Chicago et les Nordiques de Québec.

«C’est une annonce incroyable en ces temps difficiles, dit-il. C’est pratiquement impossible d’expliquer à quel point je suis fier et content. Notre aréna avait besoin de réparations pour lui permettre de continuer à jouer son rôle dans notre communauté.»

Comme tous les jeunes hockeyeurs et hockeyeuses d’Elsipogtog, c’est au Centre récréatif Chief Young Eagle que Sanipass a donné ses premiers coups de patin.

«Le hockey, c’est ma passion et c’est dans cet aréna que tout a commencé pour moi. Je suis fier de mes origines, de ma culture et de ma communauté. Je suis très fier d’être un Mi’kmaq et d’avoir eu l’occasion de représenter mon peuple. C’était important pour moi de revenir à la maison après ma carrière afin de partager mes expériences avec les plus jeunes», confie-t-il.

«Nous avons produit plusieurs bons joueurs de hockey ici et ça démontre à quel point l’aréna a été important. Notre victoire et celle de Renous il y a deux ans démontre au Canada entier la passion que nous avons ici pour le hockey», ajoute Everett Sanipass.

Une communauté passionnée

Tristan Joseph, l’un des trois survivants de la tragédie du bateau FV Tyhawk qui a fait deux victimes, la semaine dernière, en est un autre qui ne cache pas sa joie concernant l’heureuse nouvelle.

«Le Centre récréatif Chief Young Eagle a été le théâtre de tous les bons joueurs de hockey qui ont grandi dans notre communauté», mentionne celui qui a évolué pour l’équipe senior il y a quelques années.

«Dans ses jeunes années, mon père Jeremy a joué pour les Hawks d’Elsipogtog, l’équipe midget de la communauté, en compagnie de Jumbo Sock, dont le fils Tyrone a joué dans la LHJMQ. L’autre jour, alors que je me préparais à mettre les voiles à bord du FV Tyhawk plus tard dans la journée, j’étais justement avec Tyrone et nous regardions des photos de nos pères à l’époque des Hawks. Nous rigolions de voir à quel point ils nous ressemblaient. Mais ce qui m’a vraiment frappé c’est de voir comment nous avons voulu à notre tour devenir des héros dans notre communauté comme nos pères l’avaient été plus jeunes. À Elsipogtog, c’est une obligation de jouer au hockey et de rendre notre communauté fière en continuant de garder le jeu bien vivant», raconte-t-il.

Un aréna plein de souvenirs

Parlant de Tyrone Sock, il voit cette annonce comme un événement de la plus grande importance.

«La victoire d’Elsipogtog au concours Kraft Hockeyville va avoir un impact durable pour les enfants et les générations à venir, souligne-t-il. Personnellement, je ne serais pas le joueur ni la personne que je suis aujourd’hui s’il n’y avait pas eu le Centre récréatif Chief Young Eagle. Cet aréna a permis à plusieurs jeunes de profiter d’heures de glace supplémentaires en dehors du hockey mineur, afin de les aider à développer et à approfondir davantage leurs compétences dans le sport et aussi dans la vie de tous les jours.»

«De plus, que nous ayons la chance d’accueillir ici la LNH est absolument incroyable. De nombreux enfants de notre communauté n’auraient jamais eu la chance d’assister à un tel match sinon. Je peux déjà assez facilement m’imaginer la joie des enfants qui vont vivre leur premier match de la LNH. Ce sont des souvenirs qui vont durer toute une vie pour notre communauté», assure l’ancien porte-couleurs des Sea Dogs de Saint-Jean et du Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard.

Luckie Milliea, qui dirige depuis plusieurs années l’équipe senior d’Elsipogtog, a tenu à remercier les Kylie Francis, Malian Levi, Jaime Carpenter, Raymond Millier, Sharona Levi et les autres membres du comité de la mise en candidature d’Elsipogtog pour le concours Kraft Hockeyville.

«Nous n’aurions pas pu choisir une meilleure équipe pour organiser tout ça, mentionne-t-il. Pour nous, cette annonce représente tout l’or du monde. Tous les gens de la communauté et des environs sont excités. Il faut préciser que ce ne sont pas seulement les gens d’Elsipogtog qui vont bénéficier des rénovations de notre aréna, mais tout le monde de Kent-Centre.»

«Grâce à cette aide financière, nous aurons un endroit sûr pour jouer à un sport qui permet d’unifier le Canada entier», termine Luckie Milliea.

C’est la première fois qu’une communauté autochtone gagne ce concours national. Les autres finalistes, qui ont tous reçu un chèque de 25 000$, étaient les localités de Saint-Adolphe (Manitoba), Bobcaygeon (Ontario) et Lumsden (Saskatchewan).

Outre la somme de 250 000$, un montant de 10 000$ pour l’achat d’équipement de hockey sera remis au nom de l’Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey.