Déjà que son nom de famille sort de l’ordinaire pour un Acadien, le parcours sportif de Logan VandeMeerakker est parmi les plus inhabituels des dernières années. Quand on dit que tous les chemins mènent à Rome, le Dieppois de 21 ans en fournit drôlement la preuve.

Le numéro 28 des Cadets de l’Université Norwich évoluait encore dans un circuit junior B au printemps de 2019.

Logan est aujourd’hui le quart-arrière de la brigade défensive des Cadets, une équipe dont le programme est considéré parmi les meilleurs en troisième division au sein de la NCAA.

Pour tout dire, son développement est tel qu’il se permet maintenant de rêver à une carrière professionnelle. Une chose qu’il n’avait même jamais imaginée avant son éclosion tardive comme joueur.

Mais avant d’aller plus loin, commençons d’abord par vous résumer son cheminement des sept dernières années.

En 2014, alors attaquant, Logan VandeMeerakker est retranché par les Flyers de Moncton et décide donc de joindre les rangs des Matadors de Mathieu-Martin, où il évoluera jusqu’à sa 12e année. Il prend ensuite la direction de l’université St-François-Xavier, tout en poursuivant modestement son aventure dans le hockey avec les Scotians de Pictou County, une équipe junior B de la Nouvelle-Écosse. À 18 ans, lors de sa première campagne, il inscrit 11 buts et cinq passes en 30 parties.

Puis, au début de la saison suivante, une simple requête de l’entraîneur-chef viendra jouer un rôle capital dans sa jeune existence.

«L’entraîneur est entré dans le vestiaire pour nous dire que nous étions en manque de défenseurs en raison de blessures. Il voulait savoir s’il y avait des gars qui voulaient jouer à cette position le temps que les autres reviennent au jeu. J’ai dit oui même si je n’avais jamais joué en défensive. Je voulais juste profiter de la chance d’avoir plus de temps de jeu», raconte le sympathique athlète de 5 pieds 11 pouces.

Rapidement, Logan se rend compte qu’il adore l’expérience. L’entraîneur ne met également pas de temps à voir qu’il a tout ce qu’il faut pour devenir un solide défenseur.

Il connaît tellement de succès à sa nouvelle position qu’il enregistre pas moins de 51 points (12-39) en seulement 27 parties, ce qui le place au 11e rang des pointeurs de la ligue.

Il n’en fallait pas plus pour convaincre les Crushers de Pictou County de la Ligue junior des Maritimes de l’inviter à leur camp d’entraînement à l’automne de 2019. C’était la première fois qu’il recevait une telle invitation. Il était temps puisqu’il avait désormais 20 ans.

La «vieille» recrue se taille non seulement un poste, mais il hérite aussi du poste de quart-arrière de l’équipe en avantage numérique. Il termine la saison avec 37 points (12-25) en 51 duels. C’est pendant cette saison que les Cadets de l’Université Norwich lui proposent de jouer dans la NCAA.

Il ne lui faudra que trois parties dans la NCAA pour assurer sa place à la pointe de l’avantage numérique. Dans une saison écourtée par la pandémie, Logan a réussi un but et trois passes en sept rencontres.

«Quelqu’un m’aurait prédit un tel avenir à 18 ans, je ne l’aurais jamais cru, insiste-t-il. Ça démontre que lorsque tu obtiens une véritable occasion, tu ne sais jamais ce qui peut arriver ensuite. Je suis fier de mon parcours et je rêve maintenant de jouer professionnel. C’est mon objectif. En attendant, je prends ça une journée à la fois. J’ai beaucoup de plaisir à jouer au hockey ici.»

«Je m’attends d’ailleurs à jouer un rôle plus important la saison prochaine. Norwich est un bel endroit pour étudier et jouer au hockey. C’est même un privilège de jouer pour une équipe qui a des chances de remporter le championnat national chaque année. Il y a ici une véritable culture gagnante. Les vétérans transmettent de saison en saison leur fierté de jouer pour l’équipe», confie-t-il.

En bref…

Né d’un père (Robert) hollandais qui était un bon joueur de soccer dans ses jeunes années, Logan VandeMeerakker a aussi pratiqué longtemps ce sport. Il a même réussi à se tailler une place dans les équipes provinciales. Il avoue toutefois que le hockey a toujours été son sport de prédilection. «J’ai pratiqué plusieurs sports pendant mes années à Mathieu-Martin. En plus du hockey et du soccer, j’ai aussi représenté les Matadors au football, au volleyball et au basketball», indique celui qui a aidé le Sud-Est à remporter une médaille d’or aux Jeux de l’Acadie de 2011 à Edmundston…

Le Dieppois se dit très content de voir deux autres Néo-Brunswickois se joindre aux Cadets en vue de la prochaine campagne, soit Drew Toner (Grand-Sault) et Alex Lewis (Moncton). «Je me souviens très bien d’avoir affronté Drew quand il jouait pour les Lions de Leo Hayes. Il y avait une grande rivalité entre les deux équipes. Les Lions nous ont même battus en finale lors du championnat provincial des écoles secondaires. Quand j’ai appris que Drew allait être mon coéquipier, je lui ai tout de suite envoyé un message pour lui dire que ce serait le fun de gagner un championnat national, mais cette fois-ci dans la même équipe», indique Logan VandeMeerakker en riant…

Il se promet par ailleurs de faire savoir à Toner et Lewis que les premiers jours pourraient bien être déstabilisant pour eux. «Comme l’Université Norwich est une académie militaire, au moins 80% des étudiants ici sont en uniforme. C’est assez particulier pour un civil et ça m’a pris quelques jours pour m’habituer. Ils doivent suivre à la lettre leurs propres règles et c’est quelque chose de les voir se déplacer en groupe pour aller à leur cours», souligne-t-il…

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle