Les Aigles Bleues de l’Université de Moncton présenteront une équipe transformée lorsque les activités reprendront à l’Aréna Jean-Louis-Lévesque cet automne.

Ce sera particulièrement visible à l’attaque, où seulement quatre vétéranes seront de retour, soit Isadora Quirion, Janie Poitras, Alexia Desforges et Jessica Turbide.

Cette semaine, Marc-André Côté a confirmé l’entrée en scène de Janique Lamoureux, une grande Ontarienne de 5 pieds 11 pouces qui vient combler un besoin sur le flanc gauche à l’attaque.

«C’est une fille qui n’a jamais cessé de progresser au cours des trois dernières années, affirme l’entraîneur-chef du Bleu et Or. C’est normalement signe qu’elle n’a toujours pas atteint son plafond. Nous venons du même coup de nous grossir à l’attaque. Janique a beaucoup d’outils dans son coffre et j’ai hâte de travailler avec elle. Déjà, elle a beaucoup amélioré son coup de patin avec un entraîneur privé. Je suis enthousiaste à son sujet.»

Lamoureux, qui ne célébrera son 18e anniversaire que le 20 juillet prochain, connaît déjà fort bien l’arrière Émily Gravelle puisque les deux filles évoluaient cet hiver pour les Sharks junior de Barrie dans la Ligue professionnelle de hockey féminin (PWHL).

«Je voulais poursuivre mes études en français et je sais que les Aigles Bleues ont une très bonne organisation, mentionne Lamoureux dans un communiqué acheminé aux médias. On m’a beaucoup parlé de l’esprit d’équipe et du fait que les joueuses sont proches les unes des autres. C’est une équipe rassembleuse.»

Excellente athlète, Lamoureux a également excellé au soccer, au volleyball, au basketball et au badminton à l’école secondaire. Le hockey a toutefois sa préférence.

«Il y a toujours de la place pour l’amélioration dans le hockey. On peut toujours travailler sur ses habiletés et on doit aussi ajuster son jeu et sa vitesse à chaque nouveau niveau. J’espère apporter aux Aigles Bleues une bonne présence devant le filet adverse, de l’agressivité et déranger les adversaires. Cet été, je vais m’entraîner pour améliorer encore plus ma force et mon agilité. Je veux être plus rapide et je me prépare mentalement pour jouer et gagner», ajoute celle qui entamera des études en physiothérapie du sport afin de travailler éventuellement avec des athlètes d’équipes sportives.

Lamoureux vient s’ajouter à une cohorte de recrues qui comprend aussi, outre, Émily Gravelle, les attaquantes Érica Plourde, Shani Rossignol, Maritza Labrie et Clémence Dumesnil. Une autre attaquante, peut-être deux, pourrait être confirmée au cours de la prochaine semaine.

Ajoutez à cela les six recrues de 2020 qui n’ont toujours pas disputé de rencontres puisque la dernière saison a été annulée en raison de la COVID-19. Ces filles sont la gardienne Annick Boudreau, les arrières Stéphanie Péladeau et Émilie Comeau, de même que les attaquantes Vanessa McKinnon, Marika Gagnon et Pénéloppe Ringuette.

«Nous allons avoir beaucoup de recrues à l’attaque, mais ça ne veut rien dire, prévient Marc-André Côté. Je me souviens que lors de ma première année comme joueur (2008-2009) avec l’équipe masculine, nous avions une dizaine de recrues à l’avant et ça ne nous avait pas empêchés de terminer au troisième rang de la ligue.»

«Nous serons très solides devant le filet avec en défensive avec plusieurs vétéranes. Notre première gardienne Audrey Berthiaume sera en plus bien entourée et notre top-4 à l’arrière se compare aux meilleures équipes avec des filles d’expérience comme Catherine Longchamps, Cassandra Call, Émilie Lalancette et Pascal Lebeau», confie Côté.

En bref…

Érica Plourde est la jeune sœur de l’ancien attaquant du Titan d’Acadie-Bathurst Yan Plourde. Elle est également cousine avec une ancienne vedette du Bleu et Or, Marie-Hélène Plourde…

Parlant de famille, Pénéloppe Ringuette est la cousine de Mika Cyr, qui jouera de son côté pour l’équipe masculine de l’U de M. Maritza Labrie, de son oté, est cousine au quatrième degré avec deux autres anciens du Bleu et Or, Mathieu et Kristine Labrie…

Shani Rossignol évoluait cet hiver avec les Buckeyes de l’Université d’Ohio State. Insatisfaite de son utilisation et estimant que l’entraîneure-chef de l’équipe (Nadine Muzerall) lui manquait de respect, elle a décidé de revenir au Nouveau-Brunswick. Marc-André Côté fonde de grands espoirs sur Rossignol ainsi qu’Érica Plourde. Bien qu’il compte leur donner le temps de s’acclimater au calibre de jeu, il voit les deux Acadiennes devenir rapidement des joueuses d’impact dans le hockey universitaire de l’Atlantique…

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle