Dix mois après avoir quitté les Aigles Bleus de l’Université de Moncton pour démarrer une carrière professionnelle en France, Danick Crête a retrouvé un brin du Bleu et Or en paraphant une entente d’une saison avec les Aigles de Nice dans la Ligue Magnus.

Le hockeyeur de Salaberry-de-Valleyfield, qui habite désormais à Richibucto pendant la saison morte, anticipe sa deuxième saison dans le pays de La Marseillaise avec beaucoup d’optimisme.

«C’est ma copine (Sophie Vautour) qui m’a fait réaliser que j’allais redevenir un Aigle», s’est exclamé le défenseur de 24 ans en riant.

Pour tout dire, Crête envisageait dans un premier temps de poursuivre l’aventure avec les Scorpions de Mulhouse, où il a disputé sa première campagne sur le Vieux Continent.

«Ça m’a brisé le cœur de quitter les Scorpions, surtout que j’aime beaucoup l’entraîneur Alexandre Gagnon, qui est un Québécois. J’étais même prêt à accepter un moins bon salaire pour rester. Mais la différence salariale était trop énorme pour refuser l’offre des Aigles. Ce n’était même pas proche», a confié l’athlète de 5 pieds 10 pouces et 187 livres.

«Ça n’empêche pas que j’ai vraiment aimé ma saison avec les Scorpions. J’étais utilisé comme un défenseur numéro un et je jouais plus de 25 minutes par match. L’entraîneur m’a utilisé à toutes les sauces», a raconté Crête, qui sera cette fois-ci accompagné de sa copine à Nice, où elle pourra profiter des plages de la mer Méditerranée.

«L’entraîneur des Aigles (Stanislav Sutor) m’a fait savoir qu’il comptait m’utiliser de la même façon. La saison dernière, l’équipe ne comptait que sur des Slovaques (et des Tchèques) comme joueurs importés. Cette fois-ci, ils ont l’intention d’avoir cinq Canadiens. Je suis le premier à signer, mais il y en a d’autres qui devraient être annoncés bientôt», a noté Crête.

À ce sujet, les rumeurs vont bon train que l’ancien attaquant du Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard Louick Marcotte pourrait se joindre aux Aigles. Marcotte évoluait lui aussi à Mulhouse la saison dernière.

En bref…

Danick Crête a disputé trois saisons avec les Aigles Bleus de l’U de M avant de faire le saut chez les professionnels. En 93 matchs, séries éliminatoires incluses, il a enregistré 41 points dont 12 buts…

Comme il lui restait une année d’éligibilité avec le Bleu et Or, Crête craignait de regretter sa décision en acceptant l’offre des Scorpions de Mulhouse en juillet 2020. «C’était déjà dans mes plans de jouer professionnel, mais en raison de la situation dans laquelle les Aigles Bleus se trouvaient avec la COVID-19, j’ai décidé de devancer mon projet d’une année. Le fait que la saison universitaire a été annulée a fait en sorte que ma décision a été plus facile à accepter. Je n’ai donc plus aucun regret. Mais ça n’a pas été le cas dans les premières semaines. Je me demandais souvent si j’avais pris la bonne décision», a mentionné Crête…

Il dit avoir été agréablement surpris par le niveau de jeu de la Ligue Magnus. «C’est aussi rapide que le hockey universitaire et on y retrouve plusieurs gars qui ont joué soit dans la LNH, dans la Ligue américaine, la KHL ou encore la Liiga. Les gardiens sont également très bons. Le hockey est toutefois moins physique qu’au Canada.»

«Ici, on fait plus de place à la créativité et les joueurs n’hésitent pas à contrôler la rondelle plus longtemps. Ce sont justement ces différences qui m’ont demandé une certaine période d’ajustement. Je n’avais que trois points après mes huit premiers matchs. Ce n’est qu’après Noël, une fois que j’ai pu adapter mon jeu comme il faut, que les choses ont débloquées pour moi. J’ai même maintenu une moyenne d’un point par match lors de mes 12 dernières parties», a raconté Crête…

Sophie Vautour, la petite amie de Danick Crête, est une ancienne athlète qui a pratiqué plusieurs sports, dont le volleyball au niveau scolaire. Elle a également représenté la région de Kent aux Jeux de l’Acadie de 2012. Elle avait pris le cinquième rang à l’épreuve de 2000m en athlétisme chez les 14-15 ans…

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle