Charles LeBlanc est devenu lundi le nouveau directeur général des Tigres de Campbellton dans la Ligue junior des Maritimes. Pour l’homme de hockey âgé de 48 ans, il s’agit d’un retour dans l’organisation du Restigouche. Il y a occupé les doubles fonctions de d.g. et entraîneur-chef pendant les saisons 2010-2011 et 2011-2012.

LeBlanc succède ainsi à Kevin Mitchell qui a décidé de prendre une pause du hockey.

Les deux hommes ont d’ailleurs prévu se rencontrer samedi afin de discuter de fond en comble des derniers développements. LeBlanc rencontrera aussi l’entraîneur-chef Sandy McCarthy au début de la semaine prochaine.

«J’hérite d’une équipe de hockey en bonne santé, tant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire, affirme LeBlanc. Greg Leland, puis Kevin et Sandy ont fait un excellent travail ces dernières années avec cette équipe.»

LeBlanc mentionne qu’il n’avait pas quitté l’organisation en mauvais terme à l’époque, puisque c’était pour retrouver son poste d’entraîneur adjoint avec le Titan d’Acadie-Bathurst, où il besognait d’ailleurs déjà avant de se retrouver à la barre des Tigres en 2010.

«J’ai hâte de travailler avec Sandy. Il sait que je ne suis pas là pour prendre sa place. Et comme je ne suis pas le genre à faire des transactions seulement pour en faire, je veux que Sandy me dise quels sont les besoins du club pour la prochaine saison. S’il y a quelqu’un de bien placé pour me dire ça, c’est bien Sandy. Je suis là pour le soutenir et je vais faire tout mon possible pour l’aider», révèle le nouveau d.g. LeBlanc n’a pas mis de temps à se mettre à la tâche puisqu’il a déjà invité quatre agents libres au camp d’entraînement, soit les attaquants Luke Thorne et Jordan Joseph, le défenseur Martin Duguay et le gardien Samuel Ouellette. Thorne, un ancien porte-couleurs du Vito’s de Saint-Jean, a même disputé quelques parties avec les Tigres la saison dernière. Quant aux trois autres, ils ont joué sous les ordres de LeBlanc avec le Moose du Nord.

Parlant du Moose, LeBlanc a tenu à préciser qu’il continuera de diriger la formation de la Ligue des moins de 18 ans.

Il doit justement se rendre à Edmundston, mercredi, afin de discuter avec de jeunes espoirs de cette région.

«Le Moose va être une équipe excitante à regarder jouer la saison prochaine, promet LeBlanc. Je m’attends à avoir de 14 à 17 joueurs nés en 2006 et je vais les entourer de quelques vétérans. Les recruteurs vont avoir du plaisir à venir voir jouer le Moose parce que nous allons avoir plusieurs jeunes avec du talent.»

Les prochaines semaines de LeBlanc seront d’autant plus occupées qu’il dirigera une école de hockey de cinq semaines à compter du 2 août à l’aréna de Belledune. Le camp du Moose, lui, devrait prendre son envol le 27 août, toujours à Belledune. Celui des Tigres suivra au Centre civique Memorial dès le début de septembre.

Un homme très occupé

«Je trouvais que je passais déjà trop de temps à la maison, surtout pendant la pandémie, alors il fallait bien que je trouve quelque chose pour m’occuper encore plus. De toute façon, ma femme est habituée. Elle m’a marié alors que j’étais déjà impliqué dans le hockey et elle va terminer ses jours avec un gars qui sera là-dedans jusqu’à la fin.»

C’est avec humour que Charles LeBlanc a répondu à la question à savoir s’il ne s’en mettait pas trop sur les épaules avec ses nouvelles fonctions de directeur général des Tigres de Campbellton, qui s’ajoutent à celles d’entraîneur-chef du Moose du Nord, chez les M18.

C’est sans oublier qu’il gagne sa vie en haute mer à bord de bateaux pour les pêches du homard, du hareng et du flétan. Ce qui lui fait dire à la blague: «Je suis entraîneur et directeur général tous les jours et pêcher est mon passe-temps».

Plus sérieusement, il dit que l’envie de travailler à nouveau auprès de joueurs plus âgés était toujours présente. De pouvoir diriger un club junior et entraîner une équipe des moins de 18 ans et pour lui le meilleur des deux mondes.

«J’aime bâtir des clubs de hockey. Ce n’était pas nécessairement dans mes plans immédiats de retourner dans le junior, mais quand le poste s’est libéré à Campbellton la semaine dernière, j’ai tenu à aller m’asseoir avec le président Pierre Girard pour en discuter», affirme LeBlanc.

«Ç’a tout de suite cliqué entre nous. Pierre et moi voyons les choses de la même façon. Pierre veut un club champion, mais pas au détriment de l’avenir. Je crois aussi à ça. C’est bien beau de gagner un championnat, mais il faut éviter de prendre ensuite trois ou quatre ans pour rebâtir le club. Tu risques alors de perdre l’intérêt des partisans», ajoute Charles LeBlanc.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle