En attendant de connaître son sort avec l’équipe, Hendrix Lapierre savoure chaque seconde dans l’entourage des Capitals de Washington et auprès d’Alexander Ovechkin, possiblement sa plus grande idole quand il était encore un gamin à Gatineau.

Neuf jours après avoir marqué son premier but dans la Ligue nationale de hockey, à sa toute première partie, en match d’ouverture et, de surcroît, devant des membres de sa famille, le porte-couleur du Titan d’Acadie-Bathurst a admis, vendredi après-midi, qu’il a vécu des instants inoubliables.

«Il y a beaucoup de choses qui ont fait en sorte que c’était une soirée spéciale. Le fait que ma famille soit là, aussi, c’était vraiment le fun. J’ai pu voir (les membres de ma famille), après, et passer un peu de temps avec eux à l’hôtel. Et mon grand-père, Raymond, l’un de mes plus grands fans, c’est sûr. Il m’a tout le temps suivi depuis que je suis petit. (…) Un beau moment. Je pense que tout le monde était vraiment content dans la famille Lapierre», a déclaré le centre âgé de 19 ans, que les Capitals ont rendu disponible en visioconférence pour les médias francophones.

Aussi enivrantes ont pu être les minutes et les heures qui ont suivi ce premier but dans la LNH, Lapierre sait qu’il doit demeurer dans le moment présent, pour assimiler chaque petit conseil et chaque petit geste dans le cadre d’un apprentissage qui ne fait que commencer.

«Je suis quelqu’un qui pose quand même beaucoup de questions, précise Lapierre. J’aime apprendre de nouvelles choses. Si jamais j’ai des questions pour Oshie, Ovechkin, n’importe quel joueur, je pense qu’ils sont tous là pour répondre. Et aussi, de voir les choses qu’ils font, sur une base quotidienne, et qui font qu’ils sont les meilleurs joueurs au monde, je pense que ça peut vraiment m’aider.»

Lapierre essaie de ne pas se poser trop de questions sur son statut avec les Capitals.

Après avoir participé aux deux premiers matchs, Lapierre a été laissé de côté au profit de Connor McMichael, un autre jeune joueur de centre que les Capitals observent, tout comme ils le font avec Lapierre, pendant l’absence de Nicklas Backstrom.

À 19 ans, Lapierre pourrait toujours retourner avec le Titan.

«Je suis pas mal dans l’inconnu. Je ne me fais pas dire grand-chose, mais mon travail, c’est d’être prêt chaque jour, d’être prêt à toute éventualité. Mais même si je ne joue pas de matchs, j’ai tellement l’impression que j’apprends des choses et que je me développe. Je vais continuer de travailler fort et je vais essayer de leur forcer la main pour me garder. Je ne sais pas ce qui m’attend mais je sais que je vais être prêt pour n’importe quelle situation, et je vais continuer d’essayer de montrer qui est Hendrix Lapierre.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle