Sans faire trop de bruit, Louis Melanson poursuit son ascension parmi le gratin du golf canadien. Après y avoir quelque peu goûté cet été, l’entraîneur âgé de 52 ans fait désormais officiellement partie du personnel d’encadrement de l’équipe nationale masculine amateur.

En d’autres mots, tous les joueurs du pays qui cognent à la porte de la PGA et autres circuits professionnels auront maintenant droit aux précieux conseils de Melanson.

Lui et le Québécois Benoît Lemieux seront les adjoints de l’entraîneur-chef Derek Ingram, de Winnipeg.

Son contrat avec Golf Canada lui garantit de travailler entre 80 et 100 jours dans la prochaine année, que ce soit par l’entremise de tournois, de visites individuelles avec un golfeur à son collège (ou université), ainsi que de camps d’entraînement comme ce sera d’ailleurs le cas la semaine prochaine au prestigieux Legacy Golf Resort de Phoenix, en Arizona.

«J’étais déjà sur le radar quand j’ai manifesté mon intérêt cet été, dit-il. Ils m’ont alors dit qu’il y aura un concours en octobre et je n’étais pas certain à ce moment-là que je voulais le poste. Encore moins de savoir si j’avais une véritable chance de l’obtenir.»

L’ancien hockeyeur de Sainte-Marie-de-Kent, qui a été immortalisé en 2018 au Temple de la renommée des sports du Nouveau-Brunswick avec les autres membres des Aigles Bleus de l’Université de Moncton, édition 1989-1990, a appris l’heureuse nouvelle mardi.

«Je suis fier d’avoir obtenu ce poste. Ça veut donc dire qu’ils ont trouvé que j’ai bien fait les choses cet été. C’est un beau défi. C’est le genre de défi que j’attendais depuis au moins 15 ans. J’ai toujours rêvé de travailler avec l’élite, avec la crème de la crème au pays. L’un de mes buts est d’être un jour considéré parmi les meilleurs entraîneurs de golf au monde», confie-t-il.

Melanson n’est pas naïf, il se doute fort bien que les golfeurs qui faisaient partie des deux équipes masculines en 2021 ont été consultés. Surtout que la moitié d’entre eux sont de retour pour la prochaine année.

«Ce sont des golfeurs que je connais bien et ça va faciliter mon travail. Je crois qu’ils ont glissé un bon mot à mon sujet aux gens de Golf Canada. J’ai hâte de travailler avec eux. Je commence mon contrat lundi en m’envolant vers Phoenix pour mon premier camp d’entraînement avec le groupe. Je serai de retour là-bas au début de janvier», mentionne-t-il.

N’ayez crainte, le Nouveau-Brunswick n’est pas à la veille de perdre son meilleur entraîneur. Et l’Académie Louis Melanson poursuivra son beau travail auprès de la relève sous sa supervision.

«Je vais avoir une ou deux missions par mois avec les équipes nationales. En tout et partout, je vais être absent près d’une centaine de journées dans l’année. De toute façon, il était hors de question de laisser tomber l’Académie. C’était également important qu’elle ne souffre pas trop de mes absences», indique-t-il.

«Et je sais aussi que l’expérience que je vais aller chercher là-bas va apporter du positif à l’Académie. Ce que je vais y apprendre, je vais l’enseigner aux jeunes», termine-t-il.

Les golfeurs faisant partie de l’équipe nationale masculine sont: A.J. Ewart, Henry Lee et Tristan Mandur, de la Colombie-Britannique, Brendan MacDougall, Piercen Hunt et Max Sekulic, de l’Alberta, Chris Vandette, Étienne Papineau et Laurent Desmarchais, du Québec, ainsi que Johnny Travale, Matthew Anderson, Noah Steele et Thomas Giroux, de l’Ontario.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle