Les Aigles Bleues de l’Université de Moncton (0-5) prennent la route cette fin de semaine pour un tournoi du circuit de Sport universitaire de l’Atlantique (SUA) à Halifax. Elles affrontent vendredi soir les Tigres de l’Université Dalhousie (3-2), qui occupent la 4e et dernière place permettant de se qualifier pour les séries.

Si le Bleu et Or est toujours à la quête de son premier gain, il faut rappeler qu’il s’agit essentiellement d’une nouvelle formation après la sabbatique forcée pendant la pandémie et l’arrivée de plusieurs recrues inexpérimentées, de même qu’une nouvelle entraîneure-chef à la barre, Joline Richard, elle-même ancienne porte-couleurs de l’U de M.

Elle remplace Monette Boudreau-Carroll qui a longtemps dirigé le programme.

Appelée à commenter la fiche de l’équipe devant ces nombreux défis, Mme Richard reste toute positive.

«Ça va quand même bien. On cherche maintenant notre première victoire. On mise là-dessus en fin de semaine. Le rythme universitaire est beaucoup plus rapide, mais nos recrues s’adaptent quand même assez bien et nos vétéranes sont là pour les accompagner.»

Outre les recrues, la nouvelle entraîneure a aussi son lot d’expérience à acquérir dans ses nouvelles fonctions.

«C’est un grand apprentissage pour moi aussi, mais j’adore ça. La première année, il y a beaucoup de nouvelles choses, mais je prends ça un jour à la fois. Je suis excitée et très reconnaissante d’être là.»

«J’avoue qu’il y a beaucoup de choses à gérer. Je ne sais pas ce que le reste de l’année nous réserve, mais j’adore le défi.»

Tournoi à Halifax

Comme toutes les équipes participantes, les Aigles joueront trois matchs en trois jours, vendredi, samedi et dimanche. Le tournoi est aussi la dernière occasion pour les équipes du circuit de se mesurer l’une à l’autre, puisque sa clôture annonce aussi la pause des Fêtes.

«On s’est préparé cette semaine pour affronter Dalhousie. On sait ce qu’on a à faire. On vise notre première victoire donc on veut commencer ce tournoi-là en feu».

Pour ceux qui se questionnent sur l’absence de résultats de l’équipe, Joline Richard assure que tout est en place pour développer une équipe gagnante. Il ne manque que du temps pour bien roder la machine.

«Nous sommes choyés à l’Université de Moncton. C’est une des meilleures places à jouer dans ce circuit. Je commence à peine, mais je me sens très bien entourée.»

«On commence à avoir une bonne chimie d’équipe. Il y a beaucoup de visages qui se sont ajoutés avec l’équipe au début de la saison. Je sens que l’équipe commence à se cimenter. On s’entend vraiment bien. Ça augure super bien pour le reste de la saison», conclut Joline Richard, pleine d’optimisme pour la suite des choses.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle