Le Moose du Nord (3-10-0) sera exceptionnellement de passage au Colisée Léopold-Foulem de Caraquet, vendredi soir, afin de disputer la victoire au Wild de Kensington (2-11-0).

Ce sera surtout l’occasion pour la population de la région de voir à l’œuvre deux des leurs, soit Martin Duguay et son jeune frère Simon. Les deux défenseurs sont par ailleurs les fils de l’ancienne vedette de baseball Marc Duguay.

Un troisième joueur de la Péninsule acadienne évolue avec le Moose. Il s’agit de Yanic Hachey, de Tracadie, qui joue lui aussi à l’arrière.

«Nous jouons du bon hockey depuis quelques semaines, indique le directeur général du Moose, Hollis Chamberlain. Les gars jouent mieux et nous gardons les pointages serrés. Il reste maintenant à apprendre à gagner. Ça s’en vient. Nous sommes contents des progrès.»

Il faut comprendre que le Moose est un club relativement jeune dans la Ligue des moins de 18 ans du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard avec pas moins de 11 joueurs nés en 2006, dont les deux gardiens Niko Boudreau et Anthony Savoie.

«Nous sommes la plus jeune équipe de la ligue avec Kensington. Nous nous débrouillons quand même bien compte tenu que la ligue est très forte. D’ailleurs, ce sont deux équipes de notre ligue (Saint-Jean et Moncton) qui ont pris part à la finale du Monctonian en fin de semaine dernière», précise Chamberlain.

Parlant du Monctonian, le Moose y a peut-être perdu ses trois duels, mais il a chèrement vendu sa peau face à ces équipes nettement plus âgées. D’abord par la marque de 2-1 face à l’Express de York-Simcoe (1-2), ensuite au compte de 3-1 devant les Islanders de Cap-Breton Ouest, puis enfin 1-0 au dépend du Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph.

Quatre représentants de l’équipe ont par ailleurs pris part à la vitrine du Monctonian devant une armée de recruteurs. Ce sont les gardiens Anthony Savoie et Niko Boudreau, de même que le défenseur Simon Duguay et l’attaquant Izach Poirier.

«C’était plaisant de voir autant de nos joueurs dans la vitrine parce que ça fait quelques années que nous n’avions même pas été capables d’en placer un», signale Hollis Chamberlain.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle