IJL – Réseau.Presse – Acadie Nouvelle

En cette période de pandémie, alors que les sports organisés sont sur la glace, certaines familles ont décidé d’installer une patinoire dans leur cour arrière. En fait, comment s’y prendre pour aménager une glace extérieure?

«Nous, on a fait une patinoire sur le terrain situé en arrière de notre terrain de maison, explique d’abord Melanie Poirier de Bouctouche. On a placé une petite cabane à éperlan à côté. Donc, les jeunes peuvent aller mettre leurs patins dedans. Il y a un peu de chaleur et de la lumière.»

Leur surface glacée est d’une longueur de 80 pieds (environ 24 mètres), par 40 pieds de large (12 mètres). Puisqu’ils ont également installé des lumières, les jeunes peuvent patiner même en soirée. Pour ce qui est des bandes, comme le dit la propriétaire, «ce n’est rien de fancy.» Ce sont tout simplement des bandes en bois.

Melanie Poirier et sa famille ont l’habitude chaque année de préparer une patinoire l’hiver. «L’année passée on a décidé de l’agrandir à cause de la pandémie.» Ils savaient que le hockey organisé serait souvent arrêté pour des raisons de santé publique.

«On a deux garçons, mais les amis, des voisins, viennent patiner sur notre patinoire. C’est souvent qu’ils sont plus que deux», dit la mère.

Il faut d’abord aplatir la terre avant de placer la bâche, soit une grande toile en un seul morceau. Selon Mme Poirier, c’est important que la bâche soit en une seule pièce pour éviter les écoulements d’eau.

«La plupart du monde achète ça dans les magasins de fermiers», explique la résidente de Bouctouche. Son mari, avec l’aide du voisin, fait le contour avec des petites planches de bois. Ensuite, ils placent la toile qu’ils attachent sur les planches de bois. Ils remplissent la surface d’eau lorsque la météo prévoit du gros froid. Une fois gelée, ils peuvent ensuite placer les bandes.

Lorsque le tout est complété, il faut arroser. Toutefois, s’il y a des tempêtes de neige, il faut l’entretenir. «C’est de l’ouvrage», avoue la mère de deux enfants.

Chez les Poirier de Bouctouche, au bout du boyau d’arrosage, ils accrochent une serviette sur un support en forme de T pour avoir une glace uniforme. – Gracieuseté

Pour l’arrosage, il est recommandé d’utiliser de l’eau chaude pour avoir une meilleure qualité de glace. Chez Mme Poirier, ils ont l’avantage d’avoir une sortie extérieure d’eau chaude, en plus de l’eau froide, ce qui leur facilite la tâche. Au bout du boyau d’arrosage, ils accrochent une serviette sur un support en forme de T, faisant penser à une vadrouille. C’est ainsi qu’ils arrosent la surface glacée. Dans leur cas, ils ont besoin d’un boyau d’arrosage de 100 pieds étant donné que l’aire de jeu se trouve sur le terrain voisin, derrière leur propriété.

«C’est plaisant de voir les jeunes jouer dehors et de les voir actifs», mentionne Melanie Poirier.

Julie Dallaire

C’est la première fois que Julie Dallaire aménage une patinoire dans sa cour arrière. Dans son cas, elle est d’environ 25 pieds de large par 70 pieds de long. En raison de sa limite de terrain, la résidente de Cocagne ne pouvait pas dépasser 25 pieds de large. Elle a placé des bandes d’une hauteur de deux pieds.

«J’ai commencé un peu sur le tard, car j’ai été obligée de préparer mon terrain», explique Julie Dallaire. Le père de ses enfants est venu niveler le terrain. Elle et son fils ont ensuite installé la base autour de la surface. Elle s’est achetée une grande toile de plastique de 40 pieds par 100 pieds. Elle a ensuite attaché les bandes par dessus la toile.

«Il faut être sûr de ne pas mettre la toile trop serrée parce que tu vas mettre l’eau dans la toile. Il faut être sûr aussi qu’il n’y a pas de gros plis avec la tarp», conseille-t-elle.

Son beau-frère qui avait déjà préparé une patinoire dans le passé est venu l’aider. «Lorsqu’on arrose, c’est important que la base des bandes soit dans la glace, pour qu’elles soient solides. Par la suite, c’est seulement une question d’entretien.»

Dans son cas, elle arrose dans un mélange d’eau chaude et d’eau froide pour éviter d’avoir des bosses sur la glace. Elle a un joint qui lui permet de relier l’eau chaude et l’eau froide ensemble jusqu’au boyau d’arrosage. Au bout du boyau d’arrosage, elle a comme une grande vadrouille munie de plusieurs trous dans un tuyau pour permettre à l’eau de s’écouler uniformément sur la surface de jeu.

Depuis deux ans, en raison de la COVID-19 et des restrictions, les jeunes ne peuvent pas jouer au hockey dans une ligue.

C’est ce qui a motivé la mère de famille à aménager ce lieu de rencontre des jeunes. «Moi j’ai deux enfants qui jouent au hockey, ma voisine en a deux, mon autre voisine en a elle aussi qui patinent. Quelques maisons plus loin, il y a un autre garçon qui vient», explique Julie Dallaire.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle