Jérémie Thibodeau a beau savoir depuis près de deux mois qu’il terminera la saison avec les Saguenéens de Chicoutimi, le hockeyeur de Saint-Léonard ne prend néanmoins rien pour acquis.

Le défenseur gaucher de 17 ans, un colosse de 6 pieds 2 pouces et 201 livres, quitte le Blizzard d’Edmundston avec la ferme intention de ne plus revenir.

Pas qu’il n’aime pas l’organisation du Blizzard, au contraire, mais bien parce qu’il veut continuer de grimper les échelons dans un sport qu’il souhaite pratiquer un jour au niveau professionnel.

Thibodeau a convaincu le directeur général et entraîneur-chef des Saguenéens Yanick Jean de lui faire une place en jouant du hockey solide lors de ces deux rappels plus tôt cette saison.

La première fois pendant un voyage de trois matchs en autant de soirs au Nouveau-Brunswick à la mi-novembre, puis la deuxième fois au début du mois dernier pendant une série de trois parties en quatre soirs en sol québécois, dont deux sur la route. Lors de ces six duels, Thibodeau est parvenu à accumuler deux mentions d’aide en plus de présenter un différentiel positif de +2.

«Mon objectif d’ici la fin de la saison est de convaincre l’équipe de me donner de plus en plus de minutes de jeu. Je veux jouer un rôle important dans l’équipe. J’aimerais également assurer ma place dans le top-6 régulier en vue de la saison prochaine. Il suffit d’y croire et mettre l’effort pour que ça arrive», affirme celui qui endossera le numéro 23 avec les Saguenéens.

Thibodeau réalise que les choses peuvent aller vite dans le hockey junior. Il a encore frais en mémoire son retranchement lors du dernier camp d’entraînement, où Yanick Jean l’a encouragé à continuer de travailler fort en plus de lui faire savoir qu’il figurait dans les plans d’avenir de l’organisation.

«J’ai travaillé sur toutes les facettes de mon jeu à Edmundston et je me suis beaucoup amélioré. Mon jeu a maturé dans l’ensemble. Je dois beaucoup à l’entraîneur des défenseurs du Blizzard Martin Michaud. Je n’ai vraiment pas perdu mon temps à Edmundston. C’est une bonne organisation et les entraîneurs ont su m’aider à me développer», dit-il.

«Lors de mon premier rappel, j’ai tout de suite vu une différence dans mon jeu comparativement à ce que j’avais fait au camp. Yanick Jean m’en a aussi fait la remarque. Je me sentais nettement mieux sur la glace. Pendant le camp, j’étais lent à prendre mes décisions. C’est un aspect que j’ai beaucoup amélioré. Je lis bien mieux le jeu aujourd’hui. J’hésite moins avec la rondelle», confie-t-il.

À Chicoutimi, Jérémie Thibodeau aura l’occasion de compter sur deux gars qu’il connaît déjà fort bien, Jonathan Desrosiers et Matteo Mann, défenseurs comme lui. Jonathan, c’était déjà mon coéquipier l’an dernier avec le Blizzard. Quand j’ai question à poser, c’est d’abord à lui que je demande», mentionne Thibodeau.

Quant à Mann, Thibodeau l’a connu au sein des équipes provinciales. En 2018, lui et Mann faisaient partie d’une équipe du Nouveau-Brunswick qui comprenait aussi des gars comme Samuel Savoie, des Olympiques de Gatineau, Sam Oliver, des Voltigeurs de Drummondville, Kiefer Lyons, des Eagles du Cap-Breton, et Ethan Dollemont, des Wildcats de Moncton.

Jérémie Thibodeau a été sélectionné en quatrième ronde par les Saguenéens en 2020, le 74e joueur choisi au total.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle