La troupe de John DeCourcey était réunie pour un avant-dernier entraînement intensif jeudi avant leur départ pour Okotoks (en Alberta), samedi matin. Les Flyers de Moncton, qui participeront pour une neuvième fois au championnat national M18 – la coupe Telus -, pourront-ils enfin atteindre leur première demi-finale? Les principaux intéressés ne visent rien de moins que leur premier titre national.

Bien reposés alors qu’une pause de plus de deux semaines tire à sa fin, DeCourcey a rapidement mis ses hommes à exécution après un léger échauffement. Une bonne partie de la séance de jeudi a servi à pratiquer les 3 contre 3 avec des changements rapides. C’est la formule qui sera appliquée en prolongation lors du tournoi, note l’entraîneur.

Une période de prolongation de 5 minutes précèdera les tirs de barrage lors du tournoi à la ronde, au besoin. Lors des demi-finales et de la finale, la période de prolongation s’étalera sur 10 minutes (toujours à 3 contre 3), avant d’entamer des tirs de barrage si le score est toujours à égalité.

«Notre premier but est d’atteindre le deuxième tour, résume John DeCourcey pendant que ses joueurs s’exécutent. Nous devons être prêts à bondir dès le premier match. Je crois que cette année, c’est la bonne occasion pour atteindre le 2e tour», lorsqu’interrogé sur les huit tentatives infructueuses jusqu’à maintenant.

Le défi est grand, car outre le Rush de Sydney qualifié de facto comme hôte de l’événement, les autres forces en présence sont forcément de très grands clubs.

«Les gagnants des séries régionales ont tous d’excellentes équipes. Je ne pense pas qu’on veuille étiqueter une équipe comme la meilleure. Les quatre équipes (finalistes régionaux) sont excellentes. Il va d’ailleurs aussi falloir bien jouer contre Sydney, les hôtes, pour ne pas se faire surprendre.»

Outre Jonah Leard, qui soigne toujours une fracture à la clavicule subie avant le dernier championnat, la formation de Moncton est complète pour le voyage.

Nathan Weber, venu en renfort des Flyers de Dieppe (M15) pour le championnat atlantique, sera aussi dans l’uniforme.

«Tu peux voir l’intensité des joueurs aujourd’hui. Tout le monde est optimiste et prêt pour le grand saut», explique avec enthousiasme John DeCourcey.

Pour Philippe Collette de Saint-Antoine, ce voyage en Alberta dépasse toutes ses attentes. Et pourtant, son billet, il l’a bien mérité. Ses 39 aides parmi ses 50 points en saison régulière l’a placé en première place pour les passes dans le circuit Nouveau-Brunswick/Île-du-Prince-Édouard lors de la saison régulière.

«Ç’a été une vraie bonne saison cette année et on a une super bonne équipe. Pour ma production, le crédit revient beaucoup à mes coéquipiers de trio, Zach Wheeler et Luke Patterson. On se trouve super bien sur la glace et on a une excellente chimie. On joue vraiment bien ensemble.»

«C’est le plus gros tournoi auquel j’ai participé. On représente l’Atlantique devant le reste du Canada, lance-t-il avec fierté. C’est une très grosse occasion pour nous. On va essayer de faire de notre mieux.»

«Oui, on est tous un peu nerveux, poursuit-il, mais ça va se dissiper dès que la rondelle va tomber.»

Concernant l’opposition, la confiance règne même si la commande est lourde.

«Ce sont toutes des équipes qui passent bien et qui sont rapides. Il va falloir jouer comme eux. Je sais qu’on a une bonne équipe à l’attaque comme à la défense. Il faut capitaliser sur nos opportunités», conclut Collette, qui a aussi pris part à cinq matchs avec le Titan d’Acadie-Bathurst et deux autres avec le Blizzard d’Edmundston cette saison. Il lui reste une saison d’éligibilité avec les Flyers si les équipes juniors ne mettent pas d’abord le grappin dessus.

Cette force à l’attaque comme sur la ligne bleue dont parle Collette explique beaucoup des succès des Aviateurs. L’équipe a maintenu un différentiel de buts de +116 en saison régulière, et de +29 en matchs d’après-saison.

Pour le capitaine de l’équipe Luke Patterson, le plus grand défi pour lui et ses coéquipiers est le calibre des équipes auxquelles ils vont faire face. Mais il maintient que lui et les siens peuvent remporter leur premier titre national.

Luke Patterson des Flyers de Moncton, lors de l’entraînement de jeudi, à la veille de la Coupe Telus. – Acadie Nouvelle: Denis Savard

«Les équipes vont être très bonnes. C’est différent et c’est toute une chance de pouvoir se mesurer aux meilleures équipes du Canada. Ça va être le vrai test pour notre équipe.»

Pour l’analyse de l’opposition, Luke laisse ça aux entraîneurs.

«On n’a pas encore joué contre ces formations. Ça va être un bon défi. Mais je crois qu’avec l’équipe que nous avons cette année, nous avons une bonne chance de remporter ce tournoi», estime Patterson dans un français bien assumé.

«On est vraiment comme une famille. On veut jouer pour tous les autres gars dans le vestiaire. On va travailler chaque jour qu’on est là afin d’atteindre notre but», promet le jeune capitaine.

En plus du Rush et des Flyers, la Coupe Telus opposera les Cantonniers de Magog (champions Québec), les Reps de Mississauga (région centrale), les Hounds de Notre-Dame (région ouest) et les Chiefs de Vancouver Nord-Est qui ont surpris les favoris, les Buffaloes de Calgary, dans la finale Pacifique.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle