Le 21 avril 2001, dans un Centre Henry-Leonard rempli à pleine capacité de 3042 spectateurs, le Titan d’Acadie-Bathurst et le Drakkar de Baie-Comeau disputait le deuxième plus long match de l’histoire de la LHJMQ. Il aura fallu jouer 6 minutes et 37 secondes en troisième période de prolongation pour faire un vainqueur.

Jusque-là, seule la partie du 19 mars 1999, qui opposait les Tigres de Victoriaville aux Olympiques de Hull, avait été plus longue, alors qu’elle s’était terminée après 146 minutes et 31 secondes d’action. Ce record tient toujours de nos jours.

Pour revenir au marathon de Baie-Comeau, qui aura duré près de cinq heures, le tout a pris fin quand Yanick Lehoux, pendant que les hommes de Réal Paiement profitait pourtant une supériorité numérique, s’est échappé devant Adam Russo pour le déjouer et ainsi donné une victoire de 3 à 2 à l’équipe locale. La cacophonie qui a suivi est encore bien fraîche dans la mémoire des Baie-Comois.

Lehoux, qui avait également créé l’égalité avec un peu moins de six minutes à faire au troisième vingt, en garde un souvenir impérissable.

«Je sais que j’ai marqué deux buts, mais je ne me souviens pas du tout du but égalisateur. Le but gagnant, par contre, je peux voir encore chaque seconde de la scène dans ma tête» confie Lehoux.

«J’étais au banc quand nous avons écopé d’une punition et (l’entraîneur) Richard Martel m’a fait signe de sauter sur la glace. Je me souviens m’être tourné vers Jean Morin Jr. et Jonathan Gautier et de leur avoir dit: ‘’C’est terminé, je m’en vais marquer’’. Je vois encore Jean, inquiet, qui me dit: ‘’Voyons Yanic, c’est pas le temps de prendre des risques’’. Mon idée était faite. J’ai pris position pour la mise au jeu, que j’ai perdu, mais la rondelle s’est retrouvée le long de la bande à l’entrée du territoire du Titan. Moi et (Miroslav) Durak y avons foncé et ce dernier a tenté de frapper la rondelle en allongeant son bâton qu’il a même perdu. Je me suis alors emparé du disque et je me suis retrouvé en échappée devant (Adam) Russo. J’ai fait une feinte et je l’ai déjoué du revers en envoyant la rondelle dans la lucarne du côté du biscuit», raconte Lehoux avec un brin d’émotion dans la voix.

«Écoute, j’ai réussi à marquer mon premier but dans la Ligue nationale à mon premier match et ma première présence sur la glace (en 2005-06, avec les Coyotes de Phoenix). Pourtant, je n’ai pas ressenti la même charge d’adrénaline que lors de mon but en prolongation contre le Titan. Quand on me demande quel but m’a le plus marqué, c’est toujours celui-là qui me vient en premier en tête. Je sais bien que le Titan a fini par remporter la série, mais ce but en prolongation demeure pour moi le plus beau moment de ma carrière», dit-il.

Adam Russo se souvient lui aussi du but dans ses moindres détails.

«Quand Durak a perdu son bâton, Lehoux était juste trop rapide pour qu’il puisse faire quelque chose. Lehoux s’est présenté en échappée et il m’a battu du revers en lançant par-dessus mon bloqueur après une ou deux feintes», se remémore le portier du Titan.

Russo se souvient avoir perdu plusieurs livres pendant cette rencontre.

«J’ai dû perdre au moins une douzaine de livres d’eau. Plus la partie avançait et plus c’était difficile de garder ta concentration. T’es mort (de fatigue). Et parce que tu finis par être déshydraté, tu commences à avoir des crampes. Ce n’est pas évident. Par exemple, tu ne veux pas trop boire parce que tu sais que ça va te ralentir. C’est très difficile mentalement de gérer un tel match», révèle Adam Russo.

D’autres rencontres interminables

En disputant une partie qui a nécessité 116 minutes et 14 secondes, mercredi soir au Scotiabank Centre, le Titan d’Acadie-Bathurst et les Mooseheads de Halifax figurent désormais au quatrième rang parmi les plus longs matchs éliminatoires dans l’histoire de la LHJMQ. L’Acadie Nouvelle a donc eu l’idée de partir à la recherche des plus longues parties dans quelques circuits élites.

Ainsi, c’est dans la GET ligaen, en Norvège, que s’est disputé le plus long match professionnel dans l’histoire du hockey.

Le 13 mars 2017, les Dragons de Storhamar a eu raison des Warriors de Sparta au compte de 2 à 1 après 217 minutes et 14 secondes d’action. En d’autres mots, il a fallu disputer pratiquement au complet une huitième période supplémentaire pour faire un vainqueur.

Ça venait battre l’ancienne marque du 24 mars 1936, alors que les Red Wings de Detroit étaient venus à bout des Maroons de Montréal par la marque de 1 à 0 après 176 minutes et 30 secondes de jeu.

C’est une autre rencontre de la LNH qui revendique le troisième échelon chez les professionnels, soit un gain de 3 à 2 des Maple Leafs de Toronto devant les Bruins de Boston après 164 minutes et 46 secondes de jeu le 3 avril 1933.

Plus récemment, soit le 4 mai 2000, les Flyers de Philadelphie ont eu raison des Penguins de Pittsburgh 2 à 1 à la suite d’une rencontre qui aura duré 152 minutes et une seconde.

Dans la Ligue américaine, le record appartient aux Phantoms de Lehigh Valley et aux Checkers de Charlotte depuis le 9 mai 2018. Les Phantoms, qui comptaient alors dans leurs rangs l’Acadien Philippe Myers, avait triomphé des Checkers 2 à 1 après 146 minutes et 48 secondes d’action.

Dans le Circuit de la Côte-Est (ECHL), le record est de 137 minutes et 18 secondes et remonte au 28 avril 2014. Les Steelheads de l’Idaho l’avaient alors emporté 3 à 2 devant les Eagles du Colorado.

Du côté de la KHL, le Jokerit d’Helsinki a pris la mesure du CSKA de Moscou 2 à 1 après 142 minutes et neuf secondes de jeu. C’était le 22 mars 2018.

D’autre part, le plus long match de hockey junior majeur a eu lieu dans la WHL le 2 avril 2017. Ce soir-là, les Silvertips d’Everett ont défait les Royals de Victoria 3 à 2 après 151 minutes et 36 secondes de jeu.

Dans l’OHL, le match le plus long a été disputé le 20 mars 1990, alors que les Frontenac de Kingston ont battu les Bulls de Belleville 4 à 3 après 123 minutes et 51 secondes de dur labeur.

Ceci dit, tout ça c’est bien beau, mais ça se veut bien loin du record Guinness. Ainsi, la plus longue partie de l’histoire a duré, tenez-vous bien, pas moins de 250 heures, trois minutes et 21 secondes entre les 22 juin et 3 juillet 2017. Quarante bonshommes de la région de Buffalo, dont l’ancien joueur des Canadiens de Montréal Les Kuntar, ont vu les Bleus triompher des Blancs par la marque de 1725 à 1697.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle