Parole de Bennett MacArthur, le Titan a amplement de jus dans les jambes pour disputer le cinquième et ultime match de leur difficile série contre les Mooseheads. La journée supplémentaire de repos imposée par la LHJMQ, après que les joueurs des deux équipes ont disputé l’équivalent de deux matchs le même soir, a cependant été fort bien accueillie.

«La ligue a estimé qu’il était judicieux de nous accorder un jour de congé de plus et tous les gars dans l’équipe sont d’accord avec cette décision. Ceci dit, nous aurions aussi été d’accord pour jouer ce soir (jeudi)», affirme le numéro 61 du Titan.

«Nous devons continuer de jouer avec un sentiment d’urgence, vendredi soir. Ce sera une grande bataille. Pour les deux équipes, c’est do or die», dit-il.

Pour revenir au match de mercredi, MacArthur estime que les joueurs ont bien réagi après le but refusé de Ben Allison, quelques minutes plus tôt, pendant la troisième période supplémentaire.

«C’est sûr que nous avons été surpris quand l’arbitre a annoncé que le but était refusé, mais nous avons aussitôt recentré nos efforts sur la partie. Nous n’avons pas laissé cela nous déranger», signale MacArthur, qui a par ailleurs tenu à vanter le travail des deux gardiens, Jan Bednar et Mathis Rousseau.

«Ils ont très bien joué. Ils ont dû faire face à plusieurs occasions de qualité pendant les trois périodes de prolongation. Il faut leur donner du crédit», indique MacArthur.

Justement, au sujet des représentants de Halifax, aucun membre de l’organisation, voire même les partisans de l’équipe, n’en voudra à Rousseau d’avoir rapidement trouvé le sommeil, mercredi soir, malgré le revers. Le portier des Orignaux a fait face à 72 tirs, le cinquième plus haut total dans une partie éliminatoire dans l’histoire de la LHJMQ.

Et parmi ses 68 arrêts, plusieurs d’entre eux tenaient du miracle. À quelques reprises on a vu les gros canons du Titan, dont MacArthur et Riley Kidney, secouer la tête de dépit après un gros arrêt du gardien.

«Non, je n’ai pas eu de problème à tomber endormi, confie Rousseau avec humour. Ça été une belle soirée. C’était vraiment amusant. On m’a dit que j’avais même battu le record d’équipe pour le plus de lancers dans un match des séries. La seule chose qui manquait, c’est la victoire.»

Rousseau ne croit pas que cette défaite aura un impact sur la volonté des Mooseheads de causer la surprise dans cette série.

«Nous avons prouvé que nous sommes capables de jouer contre les meilleurs, mentionne-t-il. Nous allons là-bas sans aucune pression. Après tout, personne ne nous voyait encore ici pour le cinquième match de la série.»

À noter que Mathis Rousseau a vu son taux d’arrêt passer de ,857 à ,893 après le match de mercredi soir. Il faut dire qu’il a arrêté 68 rondelles.

Comme en 1999!

Photo: site Facebook du Titan d’Acadie-Bathurst

La vente des billets pour le match ultime allait très bien en fin d’après-midi, jeudi. Des partisans ont même planté leur tente devant le guichet en matinée pour être sûrs d’obtenir des bonnes places. Le chef de la direction et ventes corporatives, Gilles Cormier, n’est pas allé jusqu’à dire qu’on se dirigeait vers une salle comble, mais que ça regardait bien. Il suggère aux gens de ne pas attendre la dernière minute pour se procurer des billets…

En bref… Quelques minutes avant que Riley Kidney ne mette fin au suspens, Ben Allison s’est vu refuser un but. Ce que les gens semblent avoir oublié, c’est que ce même Allison avait déjà inscrit un but dramatique, le 1er mai 2021, quand il avait permis au Titan de l’emporter 5 à 4 après 93 minutes et 46 secondes de jeu face aux Wildcats de Moncton… Le record pour le plus de lancers reçus par un gardien dans un match éliminatoire appartient à Pierre-Luc Therrien. Le 19 mars 1999, l’ancien portier des Tigres de Victoriaville avait fait face à 89 rondelles dans un revers de 3 à 2 aux mains des Olympiques de Hull. C’est d’ailleurs ce soir-là que les Tigres et les Olympiques ont disputé le match le plus long dans l’histoire de la ligue, soit 146 minutes 31 secondes. Le match a donc nécessité cinq périodes de prolongation… Outre Therrien, Alexis Shanks (83 arrêts, 23 mars 2019), des Saguenéens de Chicoutimi, Evan Fitzpatrick (76, 30 mars 2016), du Phoenix de Sherbrooke, et Michel Morissette (74, 23 mars 1983), des Castors de Saint-Jean, sont les autres gardiens qui ont fait face à plus de tirs que Mathis Rousseau dans une partie éliminatoire… L’ancien record de lancers des Mooseheads dont fait mention Rousseau était celui d’Éric Brassard qui, le 3 avril 2015, avait reçu 63 tirs face aux Cataractes de Shawinigan…

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle