Au-delà des vétérans aguerris de l’équipe de hockey des Aigles Bleus et des deuxièmes années qui trouvent leur erre d’aller, on peut difficilement passer sous silence la contribution du défenseur recrue Jacob Dion (3-11=14), qui se hisse tranquillement parmi les meilleurs pointeurs de la ligue.

Dion, un ancien des Voltigeurs de Drummondville (LHJMQ), savoure l’occasion de se joindre à une équipe mature et bien rodée.

«Ç’a été émotif pour moi de terminer ma carrière junior. On nous dit en arrivant là que ça va passer vite. C’est tellement vrai! J’ai passé trois belles saisons à Drummondville avec de belles équipes, mais jamais celle pour gagner», explique Jacob Dion.

«C’est une chance d’arriver ici avec un club qui peut déjà compétitionner avec tout le monde. Je ne savais pas en battant les Reds de UNB  (12-2-0) que c’était un adversaire si difficile. C’est vraiment le fun d’être dans les équipes de haut de classement en partant.»

Dion occupe le 13e rang des marqueurs du SUA, mais arrive deuxième chez les défenseurs, derrière Matt Brassard des Panthers (3-14=17).

«Je me suis toujours défini comme un défenseur offensif, explique le joueur originaire de Sherbrooke. J’ai toujours joué comme ça dans le junior, donc je ne tenais pas à changer mon style de jeu. Mais je reste un défenseur et je suis responsable de ma zone. D’ailleurs, je crois que ma fiche (+14) me donne raison. Je suis content de pouvoir contribuer dans toutes les zones.»

Si plusieurs joueurs connaissent des difficultés d’adaptation à leur première année universitaire, ce n’est visiblement pas son cas, ni sur la patinoire, ni dans ses cours.

«Les deux ligues ne se ressemblent pas beaucoup: il y a moins d’espace (au hockey universitaire) et les gars finissent leurs mises en échec. Ce sont des hommes. Ça m’a quand même pris quelques matchs pour m’habituer, mais je pense que la période d’adaptation est derrière moi.»

Ses cours au Cégep de Drummondville lui ont aussi bien servi pour se préparer aux cours universitaires.

«J’ai eu quelques cours de crédités en arrivant à Moncton. Ce n’était pas l’université, mais ça m’a permis de baigner dans les études supérieures. Je suis en criminologie et j’adore ça. Mes cours sont plaisants. L’adaptation a donc aussi bien été de ce côté-là.»

Il a rapidement appris à aimer sa nouvelle ville depuis son arrivée.

«Avec le junior, on venait souvent, mais on n’avait pas le temps de visiter. C’est très plaisant et j’aime vraiment ça. Les gens des Maritimes sont vraiment gentils. Il y a de très beaux endroits. Je me sens déjà chez moi ici.»

Même si les Aigles Bleus présentent une équipe capable de remporter le titre, il faut rappeler qu’ils évoluent dans une ligue qui aligne plusieurs équipes de haut calibre, dont les Reds de UNB et les Panthers de UPEI (10-4-0) au premier chef.

«C’est une bonne question, répond Dion quand on lui demande de prédire le classement de l’équipe en fin de saison. C’est difficile à dire. Dans cette ligue, chaque partie peut faire changer le classement. Pourvu qu’on se maintienne dans le premier tiers, ça ferait bien mon affaire. Je crois que nous avons l’équipe pour le faire.»

Les Aigles Bleus prennent la route pour leurs derniers matchs avant la pause des Fêtes. Vendredi, ils sont à Halifax pour affronter les Huskies de l’Université Saint Mary’s (8-6-0) à 19h. De là, ils se rendront à Wolfville pour affronter les Axemen de l’Université Acadia (3-9-2). Mercredi, les Aigles seront enfin à Charlottetown pour terminer la première moitié de la saison en affrontant les Panthers.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle