Les lutteurs Gabriel Savage et Chantal Roy, ainsi que le gérant Michael Plourde, feront partie de la deuxième mouture de Lutte Académie qui prendra son envol en mai 2023.

Si Roy et Plourde étaient déjà présents pour la première saison, Savage, lui, en sera à une première expérience. Notons que le véritable nom de Savage est Gabriel Vienneau.

«C’est une énorme nouvelle pour moi et je ressens de grosses émotions», affirme le colosse de 6 pieds 2 pouces et 260 livres qui, le mois dernier, a eu la tristesse de perdre son père Guilmond.

«De voir que j’ai été choisi parmi les 24 lutteurs masculins pour la compétition c’est quelque chose. Nous étions une cinquantaine de gars à travers le Canada qui ont essayé d’avoir une place. Quand j’ai approché Jacques Rougeau avec ça, je lui ai demandé combien d’expérience il voulait de la part des participants. Quand il m’a dit que ça prenait au moins de deux à trois années d’expérience, je lui ai dit que j’allais donc devoir attendre. C’est lui qui m’a dit de quand même envoyer une vidéo pour me présenter et ç’a fonctionné. J’ai été choisi», raconte le natif de Pont-Lafrance âgé de 29 ans.

Gabriel Savage, qui ne compte que cinq combats d’expérience depuis qu’il a décidé de faire carrière comme saltimbanque du ring, compte évidemment sur Lutte Académie pour se faire des contacts et se donner encore plus de visibilité.

«Je suis déjà très content d’avoir été choisi, mais c’est clair que j’y vais pour gagner les 10 000$ du concours. Je veux aussi obtenir le camp d’entraînement de trois mois aux États-Unis. Mon rêve est de faire carrière dans la lutte. Puis, qui sait, peut-être que je parviendrai un jour à lutter à la WWE ou encore la AEW», dit-il.

Savage, qui a suivi récemment un cours intense sur l’ABC de la lutte avec l’entraîneur Troy Merrick à l’école Cobra Clutch, en Nouvelle-Écosse, entend poursuivre sa préparation cet hiver dans son gymnase. Il aimerait ainsi ajouter du muscle à sa charpente tout en diminuant son taux de gras.

«Ce serait merveilleux d’avoir un corps comme Marko Estrada, mais ça demande beaucoup de temps pour avoir ça. Cet hiver, je veux surtout avoir un corps avec une meilleure définition. Je veux aussi grimper mon poids aux environs de 280 livres sans la bedaine», confie-t-il.

Quant à son manque d’expérience sur le ring, Gabriel Savage ne croit pas que ça va nuire à ses chances de bien faire à Lutte Académie.

«Je n’ai aucune inquiétude là-dessus. J’ai déjà beaucoup appris dans la dernière année. Même que lors de mon dernier combat à la C.W.A., j’ai livré la grande finale, qui a duré plus de 20 minutes, contre le vétéran Chris Lewis. Ç’a vraiment bien été. Je n’ai rien oublié. Même que j’ai annoncé plusieurs prises à l’avance à Chris et ce dernier m’a remercié après le combat», souligne-t-il.

Gabriel Savage croit tellement en ses moyens qu’il y est allé d’une prédiction à des membres de sa famille.

«Je leur ai dit que Wilfred (LeBouthillier) avait gagné Star Académie en 2003 et que j’allais gagner Lutte Académie en 2023. J’ai dit la même chose à Jacques Rougeau. Il n’y a pas de hasard. Vingt après Wilfred, une autre personne de la région de Tracadie va gagner un gros concours», termine-t-il.

Si Chantal Roy n’était pas disponible pour une entrevue, Michael Plourde, lui, espère avoir autant de plaisir qu’il en a eu cet été.

«J’ai surtout apprécié la camaraderie avec les autres participants, dit-il. J’y vais vraiment pour vivre une expérience avec des lutteurs et des lutteuses de partout au pays. Il y a même parmi eux qu’on verra probablement un jour lutter à la télévision.

«J’ignore encore de quel lutteur je vais m’occuper, mais je me verrais bien dans le coin de Gabriel Savage. Tout ce que je sais pour l’instant c’est que je vais ramener mon personnage de gérant anti-québécois qui se veut un grand nationaliste francophone», ajoute le natif d’Edmundston.

Rappelons que Jeremy Prophet et Jessika Black ont été les grands gagnants de la première saison de Lutte Académie.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle