Les chiffres sont souvent trompeurs. Prenez le cas du Titan d’Acadie-Bathurst (15-21-7). La troupe de Gordie Dwyer compte sur six joueurs qui ont pris part à tous les matchs du club. Il s’agit d’un sommet dans la LHJMQ qu’il partage avec les Voltigeurs de Drummondville. Pourtant, mis à part peut-être les Olympiques de Gatineau, aucune formation n’a dû faire face à autant de coups durs dans les six derniers mois.

Dès le camp d’entraînement, Dwyer apprend que le quart-arrière de l’équipe Miguel Tourigny a choisi de s’exiler en Slovaquie pour disputer sa saison de 20 ans.

Le coup fait très mal puisque le d.g. et entraîneur-chef du Titan (15-21-7) comptait sur Tourigny pour regarnir sa banque d’espoirs et de choix au repêchage. Heureusement, il lui est resté Riley Kidney et Jacob Melanson pour s’améliorer à ce niveau.

À la mi-octobre, Dwyer se résigne à soumettre le prometteur défenseur letton Peteris Bulans au ballottage afin de respecter un règlement de la LHJMQ qui ne permet que deux joueurs internationaux par club. Comble de malchance, ses deux autres Européens tombent sous les blessures dans la semaine qui suit. Le Suédois Markas Samenas a dû rater une dizaine de parties et c’est pire pour le gardien tchèque Jan Bednar, dont la saison est désormais terminée. Là aussi, ç’a fait très mal.

Et comme si ce n’était pas suffisant, au même moment, le Prince-Édouardien Cameron MacLean, qui se dirigeait vers une campagne d’une vingtaine de buts, voit lui aussi sa saison se terminer. MacLean est victime d’une ultime commotion cérébrale qui pourrait bien le forcer à abandonner le hockey.

Et pour couronner le tout, quelques jours après avoir échangé Kidney et Melanson, Dwyer croit avoir réaliser un très bon coup en signant l’agent libre Jake Uberti, dont le curriculum vitae est annonciateur de beaux moments au Centre régional K.-C.-Irving. Dwyer compte sur lui pour compenser à sa façon la perte de Melanson.

Hélas, dès son premier match, le colosse ontarien trouve le moyen de se blesser gravement à une épaule en frappant illégalement un joueur des Islanders de Charlottetown contre la bande. Non seulement il écope d’une suspension d’un match, mais sa saison est sérieusement compromise.

«Il s’est blessé dans le même jeu. Ce n’est pas quelque chose qui doit arriver souvent», révèle Dwyer en ricanant.

On peut comprendre Dwyer de jouer la carte de l’humour puisqu’il n’aurait rien à gagner à se mettre à pleurer sur son sort.

Aux dernières nouvelles, Uberti est retourné à Toronto, où il est allé quérir un deuxième avis auprès d’un autre médecin. Dwyer espère avoir plus de nouvelles dans les prochains jours.

«Toutes les équipes doivent faire face à des défis au cours d’une saison, convient Dwyer. Dans notre cas, par contre, on peut parler de plusieurs malchances imprévues. Les pertes de Tourigny et Bednar ont eu un gros impact.»

«Mais comme le dit l’expression, la malchance de l’un peut devenir la chance d’un autre. Il y a des joueurs qui doivent saisir l’opportunité qui leur est offerte dans ce genre de situation», indique le d.g. du Titan.

Dimanche, l’équipe a encaissé un 12e revers par la marque d’un but cette saison. Ses sept défaites en fusillade ou en prolongation se veulent d’ailleurs un sommet dans la LHJMQ, à égalité avec l’Armada.

«Il faut apprendre à jouer ce genre de match. Il faut trouver une façon de profiter de nos chances de marquer, à avoir davantage l’instinct du tueur. Certains de nos jeunes nous montrent de belles choses, mais ils doivent améliorer leur constance. En fait, tout le club en général doit améliorer sa constance. L’amélioration doit se voir de présence en présence, de période en période et de match en match», souligne Dwyer.

C’est justement sur le travail collectif que Dwyer et son adjoint Marc Lafleur vont travailler avec les joueurs cette semaine à l’entraînement.

Le Titan a encore trois matchs à disputer en janvier contre les Sea Dogs (vendredi), les Mooseheads (dimanche) et les Eagles (mardi). Puis, du 3 au 5 janvier, il sera pour une dernière fois en sol québécois afin de disputer trois matchs en autant de soirs contre le Phoenix, l’Armada et les Voltigeurs.

En bref… Saviez-vous que le Titan est l’équipe qui a écopé du plus grand nombre de matchs de suspension cette saison? L’équipe a dû purger jusqu’ici 18 matchs de suspension. Ils sont suivis par les Sea Dogs et les Voltigeurs qui ont écopé respectivement de 13 et neuf rencontres… Avec seulement 12 attaquants à sa disposition, Gordie Dwyer devra vraisemblablement rappeler régulièrement des joueurs d’ici la fin du calendrier régulier. À moins bien sûr que la malchance lui laisse un brin de répit…

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle